La symphonie du hasard, Livre 1 de Douglas Kennedy

Titre : La symphonie du hasard – Livre 1

Auteur : Douglas KENNEDY

Genre : Littérature étrangère

Editeur : Belfond

Date de sortie : 9/11/2017

 Présentation

À New York, dans un bureau, une éditrice lit un manuscrit. Une œuvre qui la trouble et qui va la replonger dans son passé et celui de sa famille. Sur le papier, une famille comme tant d’autres au pays de l’Oncle Sam, un bonheur propret, une vie plutôt confortable. Et pourtant… Aux années soixante insouciantes vont succéder les années soixante-dix tumultueuses. Et faire exploser au passage toutes ces familles qui croyaient encore au rêve américain…

Auteur

Résultat d’images pour douglas kennedy

Douglas Kennedy est né à New York en 1955 et vit entre les États-Unis, le Maine et la France. Auteur de trois récits de voyage remarqués, dont Combien ? (2012), il s’est imposé avec, entre autres, L’Homme qui voulait vivre sa vie et La Poursuite du bonheur (1998 et 2001), suivis des Charmes discrets de la vie conjugale (2005), de La Femme du Ve (2007), Quitter le monde (2009), Cet instant-là (2011), Cinq jours (2013), Mirage (2015), ainsi que son recueil de nouvelles Murmurer à l’oreille des femmes (2014) et son essai Toutes ces grandes questions sans réponse (2016), tous parus chez Belfond et repris chez Pocket

Mon avis

Du grand Douglas KENNEDY –

J’ai dévoré le dernier opus d’un de mes auteurs préférés. Si certains de ses livres m’ont un peu déçue, je dois dire que celui-ci m’a réellement enchantée !

Alice Burns, une éditrice new-yorkaise se plonge dans un manuscrit qui va la ramener à ses jeunes années. Ce premier tome, de ce qui sera une trilogie, nous renvoie dans la société américaine des années 70, au cœur d’une Nouvelle-Angleterre puritaine, et plus particulièrement dans son monde universitaire. En effet, si Alice nous conte sa dernière année de lycée, c’est plus précisément son entrée à l’université de Bowdoin que nous vivons avec elle. J’ai adoré mon immersion au cœur de cette vie estudiantine ! Les sociétés étudiantes, les éminents professeurs, les têtes brûlées qui jouent les trouble-fête certes, mais aussi et surtout les brillantes personnalités. Ce fut un véritable régal de voguer parmi elles.Par certains côtés, il m’a rappelé Le maître des illusions de Donna Tartt.

Ce livre est empli de personnages attachants, intelligents et déterminés dont l’auteur brosse brillamment le portrait. Je pense notamment, bien sûr, à l’héroïne qui fait preuve de tant de maturité du haut de ses dix-huit ans, mais également à ceux qui l’entourent : parents, amis et petits-amis. La médiocrité n’a pas sa place dans ce livre qui fleure bon la culture. A plein nez. Les pages sont jonchées de références littéraires et de rappels historiques qui s’imbriquent à la perfection au fil de l’histoire. Pour autant, l’auteur n’en a pas trop fait, ce que je n’aurais pas apprécié. Car, lorsque je souhaite m’informer sur un sujet en particulier, ce n’est pas vers une fiction que je me tourne. Par contre, une jolie histoire empreinte d’émotions et ponctuée de faits réels, voilà qui me comble.

Sur ce fond historique, Douglas Kennedy ne se contente pas d’informer le lecteur. La symphonie du hasard n’est pas une lecture passive. Elle amène à certaines réflexions criantes de vérité.

« Toutes les familles sont des sociétés secrètes. Des royaumes d’intrigues et de guerres intestines, gouvernés par leurs propres lois, leurs propres normes, leurs limites et leurs frontières, à l’extérieur desquelles toutes ces règles paraissent souvent insensées. »

« En vérité, je vous le dis…Si vous venez ici chercher des réponses, vous repartirez perplexes et emplis de doutes. Car, en vérité, je vous le dis : la vie n’est qu’une suite interminable de questions auxquelles il n’existe nulle réponse. »

« Les professeurs exceptionnels, je l’ai appris ce jour-là, peuvent modifier notre vision de monde. On se moque souvent des profs, Ceux qui savent faire font, ceux qui ne savent pas faire enseignent. »

« Mais cela dit, s’il y a une chose que j’ai retenue de mes quarante-neuf années sur cette terre, c’est que la vie des autres n’est jamais aussi parfaite qu’elle en a l’air. »

« Nous sommes tous composés d’élans contradictoires ; suivre l’un, c’est forcément renoncer aux autres. »

Si le lecteur se demande où l’auteur veut nous amener, eh bien, là tout simplement…

Pour reprendre les mots de sa dédicace : Le hasard est le destin. Qu’en pensez-vous ?

 

Publicités

Auteur : labibliothequedecelineblog

Passionnée, je partage mes lectures avec vous !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s