La disparition de Stephanie Mailer de Joël Dicker

Titre : La disparition de Stephanie Mailer

Auteur : Joël Dicker

Genre : Policier

Editeur : Editions De Fallois

Date de sortie : 7/03/2018

Présentation

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer? Qu’a-t-elle découvert? Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea?

Auteur

Joël Dicker est né à Genève en 1985. Son premier roman, Les Derniers Jours de nos pères, a reçu les Prix des écrivains genevois en 2010. Il a publié en 2012 La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert, qui a obtenu successivement le Prix de la Vocation Bleustein-Blanchet, le Grand Prix du Roman de l’Académie française et le 25e Prix Goncourt des Lycéens.
En 2015 il a publié Le Livre des Baltimore.

Mon avis

Après avoir lu tant de commentaires sur La disparition de Stéphanie Mailer, il était temps que je me fasse ma propre opinion. Un livre qui ne laisse manifestement indifférent. Qu’on aime ou qu’on déteste. Personnellement, je me situe dans la première catégorie.

Tout d’abord, je voudrais faire références aux nombreuses remarques que j’ai entendues concernant les coquilles. Mais c’est intolérable des coquilles dans un livre édité par une grande maison d’édition. C’est un manque de respect pour le lecteur. Moi j’ai noté à la page…puis à la page… Bla bla bla bla…Eh bien moi, je n’ai rien noté du tout. Je n’ai pas que ça à faire. Je lis. Je suis immergée dans l’histoire et franchement, me lever pour prendre un stylo et une feuille afin de noter ce que certains ont déjà pris la peine de souligner et de clamer aux yeux de tous, mais j’ai mieux à faire ! Je suis confortablement installée sur mon canap et rien ne m’en fera bouger 🙂 Ce genre de comportement m’horripile. Que veut démontrer celui ou celle qui prend la peine de descendre, sur ce point là je précise, un livre désormais de renommée internationale ? Qu’il ou qu’elle maîtrise la langue française ?! Chouette pour lui ou pour elle… Qu’il n’y a pas que les indés qui font des erreurs ? Que certains d’entre eux n’en font même pas ? Ben oui, c’est vrai. Moi aussi j’essaie d’écrire et de faire le moins de fautes possible. Je fais même relire mes manuscrits par un correcteur professionnel. Ce n’est pas pour autant que je vais devenir le futur Joël Dicker. Bref…

Alors oui, il y a des coquilles, des phrases bancales mais ce n’est pas ce que je retiens. Il y a tellement plus à dire sur le dernier opus de Joël Dicker. En quelques mots je vous dirais : J’ai aimé ! Je vous explique pourquoi.

En premier lieu, un livre qui me balade dans l’état de New York comme si j’y étais, je prends ! Surtout en ce moment. Les beaux jours arrivent et le petit air de la ville d’Orphea me fait le plus grand bien. Un fois bien ancrée dans le décor, je ne peux que constater que la structure du livre est vraiment remarquable ! Si je me suis un peu égarée ( égarée pas perdue !) lors des premières pages, les personnages étant nombreux, le malaise ne dure pas. La suite n’est plus que régal. Des successions de secrets, magistralement divulgués au compte goutte, pour mon plus grand plaisir. Un suspense omniprésent. Les courts chapitres apportent du rythme. Les rebondissements s’enchaînent. Je me serais peut-être passée de quelques détails que les détracteurs qualifieront de longueurs. Je ne partage pas cet avis. Certes, l’auteur nous conte la vie passée de chacun des personnages avec minutie mais rien n’est laissé au hasard. Tout d’abord, ces passages, sont loin d’être inutiles car, ils permettent d’entrer plus aisément dans l’histoire. Puis, bien sûr, au moment où on s’y attend le moins, un élément clé nous est livré. Et tout s’imbrique à la perfection. Le passé et le présent. Ce n’est pas une lecture passive. Le lecteur doit faire preuve d’une certaine souplesse d’esprit.

Un très joli puzzle dans lequel l’auteur lie roman policier et littérature. Un délicieux mélange de plus de 600 pages qui se lit en un rien de temps. C’est avec un immense plaisir que je retrouve le style de l’auteur. J’apprécie ses caricatures. Voulues. Ses personnages parfois loufoques. Je pense notamment au critique et au metteur en scène. Ils apparaissent complètement déjantés (ah les apparences…) au milieu de cet univers soumis à la normalité.

Et comme j’aime beaucoup me poser des questions…Enfin, ce n’est pas que j’aime, c’est plutôt qu’elles s’imposent à moi, en refermant ce livre je réfléchis. Jusqu’où l’Homme est-il capable d’aller pour assurer sa sécurité et celle de ses proches ? Que ne ferait-on pas pour obtenir son quart d’heure de gloire (ou plus) ? Comment s’accommoder de la société lorsqu’on est animé par l’art ?

Si vous aimez la plume de Joël Dicker, lisez ce livre ! Si vous ne connaissez pas l’auteur, pourquoi ne pas le découvrir à travers ce dernier opus. Je ne saurais trop vous conseiller la découverte de son univers dont voici les précédents titres :

Les derniers jours de nos pèresLa vérité sur l'Affaire Harry Quebert - Prix Goncourt des lycéens 2012 et Grand Prix du Roman de l'Académie française 2012Le Livre des Baltimore POCHE

 

Vous l’aurez compris, cet auteur me plait bien…;-)

Publicités

Phobia / Collectif

Titre : Phobia

Auteur : Collectif

Genre : Thriller

Editions : J’ai lu

Date de sortie : 14/03/2018

Présentation

Dans ce recueil de nouvelles inédites, nos phobies sont disséquées – peur du noir, de la mort, des araignées et même des cons… – et nous lecteurs, sommes malmenés, certes, mais pour la bonne cause !

Mon avis

Je ne suis habituellement pas très friande de recueils de nouvelles mais celui-ci, je ne voulais pas passer à côté. Tout d’abord, parce que son achat contribue à faire une bonne action. Et puis parce que j’étais curieuse de découvrir de nouveaux auteurs ou bien des auteurs que j’ai lus mais dans un autre contexte Et je n’ai pas été déçue. J’ai passé un bon moment de lecture. J’ai frémi, j’ai ri à travers ces histoires très différentes les unes des autres que je ne vous présenterai pas en détails. Pêle-mêle je vous dirais que :  je mettrais une mention spéciale pour la nouvelle d’Armelle Carbonel. Niveau style, je suis conquise à chaque fois par cette auteure tout comme par Johana Gustawsson et sa jolie plume. Niveau humour : la nouvelle de Ian Manook est numéro un ! Niveau angoisse celle d’Olivier Norek m’a fait frémir mais m’a également donné à réfléchir. Jusqu’où ira la tv ? La chute de Jean-Luc Bizien est tordante. Celle de Maud Mayeras m’a touchée. Elle démontre à la perfection à quel point un être triste, fragile et meurtri peut devenir dangereux. Chris Loseus, lui, remettrait les pieds sur terre au plus arrogant d’entre nous. On peut être riche, célèbre et…très seul. Quant à celle de Niko Takian, j’ai envie de dire  » bien fait! » à son protagoniste.

Je vous conseille ce recueil. Vous ne vivrez plus vos phobies de la même façon 😉

 

 

INNOCENTE / Amy LLOYD

Titre : Innocente ( The innocent wife )

Auteur : Amy Lloyd

Genre : Thriller

Editions : Hugo thriller

Date de sortie : 15/03/2018

Présentation

Si elle lui fait confiance, pourquoi a-t-elle peur de lui ?
Il y a vingt ans, Dennis Danson était arrêté et emprisonné pour le meurtre d’une jeune fille à Red River, une petite ville de Floride. Alors qu’il est dans le couloir de la mort, Netflix prépare un documentaire sur son histoire pour obtenir la révision de son procès. Les nombreuses erreurs judiciaires commises en attestent : l’arrestation de Danson ressemble à un coup monté.
À des milliers de kilomètres de là, en Angleterre, Samantha, une jeune enseignante, suit le dossier de Dennis avec obsession. Ils commencent une relation épistolaire puis, très vite, Samantha laisse sa vie et ses démons derrière elle pour rejoindre Dennis, l’épouser et œuvrer à sa libération.
Lorsque Dennis est finalement libéré, leur retour à Red River va plonger Samantha dans les eaux troubles d’une communauté recluse, pétrifiée par la haine et hantée par les fantômes de son passé. Mais qui croire et vers qui se tourner, lorsque chacun semble mentir pour protéger ses propres secrets ?

Auteur

Nouvelle plume du thriller psychologique, Amy Lloyd a remporté avec Innocente le prix du meilleur premier roman du Daily Mail.

Mon avis

Tout d’abord, je souhaiterais remercier mon partenaire les éditions Hugo Thriller pour ce fantastique moment de lecture ! Je dois dire que cet éditeur fait vraiment très fort en ce moment. Je vous avais déjà parlé de La JournalisteDéfaillances, Mentor, Âmes sœurs

Aujourd’hui, je vous présente Innocente écrit par Amy Lloyd. Ce thriller vient de remporter le prix Douglas Kennedy. Il le mérite amplement !!!

Je suis tellement enthousiasmée par cette lecture que tout se bouscule dans ma tête. Je vais tout de même essayer de trouver les mots, les plus justes, pour vous faire part de mon ressenti. Lorsque je referme un livre et que je sens les personnages graviter tout autour de moi, c’est que la lecture fut bonne. Mais quand par une froide journée sans soleil, je ressens la moiteur du climat du sud des Etats-Unis, c’est qu’en plus d’avoir lu une histoire, je l’ai vécue.

Dès les premières pages, le malaise est palpable. Sam, professeur en Angleterre est mal à l’aise dans sa vie. Très vite, elle est obsédée par Dennis et son histoire. On ne comprend pas le comportement de la jeune femme.

Ce thriller est un extraordinaire concentré d’émotions dont le décor est un personnage à lui tout seul. J’adore ce type d’histoires. Celles qui me font oublier que je lis, celles qui me font voyager, celles qui me font vivre une autre vie l’espace de quelques heures. Car moi aussi je me trouvais en Floride. J’ai ressenti cette chaleur humide. Je me suis sentie prise au piège dans cet espèce de trou à rats. Tout comme Sam l’héroïne, au fil des pages qui se tournaient seules, j’ai attendu le signal de Dennis, impatiente de m’échapper de cette petite ville, où tout se sait mais où rien ne se dit de façon explicite. Ce lieu empli de secrets plus malsains les uns que les autres. Les habitants m’ont fait froid dans le dos. Lindsey, Howard ; même le policier Harris ne me rassurait pas. La tension, tout au long de ce thriller est délicieusement insoutenable.  » Bon, on s’en va » avais-je envie de supplier Dennis. Dennis qui vient de passer plus de vingt ans en prison. Comment ressortir indemne d’une enfance emplie de violence et d’un si long enfermement dans le couloir de la mort ? Cet homme a des réactions imprévisibles qui font sursauter le lecteur au fil de sa lecture. Il passe en un rien de temps de la violence à la gentillesse. De l’énervement à la douceur. Mais ce qui est assez extraordinaire, c’est qu’il semble toujours se contenir un minimum. Réalise-t-il la situation, cet homme qui semble parfois ne jamais avoir quitté ses dix-huit ans, l’âge qui l’avait en entrant en prison. Sam a du mal à le comprendre. Jalousement, elle voudrait le garder pour elle. Rien que pour elle. Mais c’est sans compter sur l’omniprésence de Lindsey qu’elle a du mal à supporter, elle qui a tout quitté pour lui alors que, finalement, elle ne le connaissait pas. Mais que ne ferait-on pas par… amour, n’est-ce pas ? Enfin, amour…et les différentes formes qu’il peut revêtir.

Le thème de l’importance de l’image est également très présent dans ce thriller. Dennis et  » son équipe » feront tout ce qui est possible pour tirer profit de la situation. L’argent, la célébrité. Décidément, ces deux là s’immiscent dans les moindres failles.

Une lecture que je vous recommande CHAUDEMENT !!! 😉 Vraiment, vraiment, vraiment…

 

 

Les sorties du mois d’avril 2018 qui me font de l’œil

Ce mois-ci, quelques sorties me tentent. Les voici :

Grands formats

Le baiser et la morsure

 

 

 

 

« J’ai compris très jeune que j’avais le pouvoir de transformer la déveine qui me suivait à la trace en source d’énergie, de la transcender par la littérature. A l’Ecole des cadets, la plume m’a permis de tenir tête à l’adversité. Chacun de mes textes était un pied de nez adressé à mes déboires. Ma revanche sur la vie était de devenir ce que j’idéalisais le plus : un écrivain. Seul mon nom imprimé sur la couverture d’un livre pourrait me venger de mon infortune. »
Yasmina Khadra

Dans cette série d’entretiens inédits avec la journaliste Catherine Lalanne, Yasmina Khadra retourne aux sources de sa vocation contrariée par son destin militaire. Arraché à la tendresse des siens et privé de son enfance, le petit prisonnier de l’Ecole des cadets puise, dans l’amitié de ses camarades d’infortune, le souffle de ses ancêtres poètes, puis l’amour d’une femme d’exception, la force d’accomplir son rêve d’écrire. Ni les années de combat contre le terrorisme, ni les différents comités de censure algériens, ni les incompréhensions suscitées par son parcours hors norme, n’empêcheront l’auteur d’aller à la rencontre de millions de lecteurs dans le monde.

Le Brasier

 

 

 

 

Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profiler refuse de croire à sa mort.

Persuadé que la jeune blogueuse est en danger, mais vivante, il accepte la mission et mène l’enquête avec Clémence Leduc, sa troublante partenaire. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que les ramifications de cette disparition sont beaucoup plus vastes qu’il n’y paraît et pourraient être liées à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l’ensemble du territoire américain.

Hanté par les visions d’un petit garçon sans visage et d’un brasier d’où s’échappent des cris d’effroi, Noah va se retrouver au coeur d’une investigation menée tambour battant mais qui le mènera aux portes de la folie.

Commandant Servaz, Tome 5 : Soeurs

 

 

 

 

Mai 1993. Deux sœurs, Alice, 20 ans, et Ambre, 21 ans, sont retrouvées mortes en bordure de Garonne. Vêtues de robes de communiantes, elles se font face, attachées à deux troncs d’arbres.

Le jeune Martin Servaz, qui vient d’intégrer la PJ de Toulouse, participe à sa première enquête. Très vite, il s’intéresse à Erik Lang, célèbre auteur de romans policiers à l’œuvre aussi cruelle que dérangeante.
Les deux sœurs n’étaient-elles pas ses fans ? L’un de ses plus grands succès ne s’appelle-t-il pas La Communiante ?… L’affaire connaît un dénouement inattendu et violent, laissant Servaz rongé par le doute : dans cette enquête, estime-t-il, une pièce manque, une pièce essentielle.
Février 2018. Par une nuit glaciale, l’écrivain Erik Lang découvre sa femme assassinée… elle aussi vêtue en communiante. Vingt-cinq ans après le double crime, Martin Servaz est rattrapé par l’affaire. Le choc réveille ses premières craintes. Jusqu’à l’obsession.
Une épouse, deux sœurs, trois communiantes… et si l’enquête de 1993 s’était trompée de coupable ?
Pour Servaz, le passé, en resurgissant, va se transformer en cauchemar. Un cauchemar écrit à l’encre noire.

Little Monsters

 

 

 

 

« À un moment donné, toutes les petites filles grandissent et s’abîment.  »

Kacey vient d’emménager à Broken Falls  avec son père, et c’est une nouvelle vie qui commence pour elle. Tout le monde ici est si gentil. Elle a même été accueillie à bras ouverts par de nouvelles amies, Bailey et Jade. Raison pour laquelle cela lui paraît si bizarre quand ces dernières commencent à se montrer distantes. Et lorsqu’elle n’est pas invitée à la plus grosse soirée de l’année, elle n’a pas vraiment l’impression qu’il s’agit d’un accident.

Mais Kacey ne pourra jamais en demander la raison, car après la fête Bailey disparaît. Soudain, Broken Falls ne semble plus si accueillant. Surtout quand tout le monde devient méfiant envers elle, la nouvelle.

Kacey est sur le point d’apprendre deux choses très importantes  : parfois, les apparences peuvent se révéler trompeuses. Et parfois, quand on est la nouvelle, il ne faut faire confiance à personne.

Les Virtuoses de la Cinquième Avenue

 

 

 

 

New York, 1891.
Issue d’une famille pauvre mais raffinée, Virginia Loftin est la plus audacieuse d’une fratrie de quatre sœurs et d’un frère. Elle souhaite devenir une romancière célèbre malgré son sexe et épouser Charlie, son voisin et premier amour. Mais lorsque ce dernier demande la main d’une riche héritière, Ginny est désemparée. Elle s’isole et transforme leur histoire en roman, réécrivant sans cesse une fin plus heureuse. Un jour, elle est conviée à se rendre dans un salon d’artistes, tenu par John Hopper. Dans cette assemblée, Ginny redevient elle-même et s’épanouit sous les attentions du beau et énigmatique John. Jusqu’à ce que Charlie ressurgisse dans sa vie. Une vie où les désillusions et les sombres secrets se dévoilent peu à peu…

Livres de poche

Les couleurs de la vie

 

 

 

 

Fraîchement débarquée de son île bretonne à Antibes pour devenir la dame de compagnie de Gilonne, Kim est frappée par la complicité qui unit cette ancienne actrice à son fils unique. Aussi, quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle apprend que celui-ci aurait disparu des années plus tôt… Gilonne est-elle victime d’un imposteur  ? Guidée par son désir de protéger celle qui pourrait être sa grand-mère, Kim va tenter de percer le secret de cette mystérieuse famille.
Des vagues de tendresse, un parfum de Bretagne, une pincée de suspense et de l’humour à foison…  : Lorraine Fouchet déploie ici toute la magie de son écriture.

Des hommes sans femmes

 

 

 

 

Un célibataire qui vibre au rythme des Beatles et du Kansai. Un chirurgien collectionneur d’aventures mais amoureux sans espoir. Un barman hanté par le fantôme de sa femme, ou encore le Samsa de Kafka épris d’une inconnue bossue.
Neuf ans après Saules aveugles, femme endormie, Haruki Murakami retourne à la forme courte. Dans ce recueil comme un clin d’oeil à Hemingway, des hommes cherchent des femmes qui les abandonnent ou qui sont sur le point de le faire. Entre mystère et fantaisie, ces récits d’isolement, rythmés par la musique, laissent entrevoir la magie du maître.

 » L’écrivain japonais nous entraîne dans le  » second sous-sol ‘ de l’âme avec Des hommes sans femmes, recueil de nouvelles puissantes et originales.  »

Et vous, quels sont vos potentiels futurs achats ?

 

 

 

 

L’eau de Rose de Laurence Martin

Titre : L’eau de Rose

Auteur : Laurence Martin

Genre : Littérature française

Edition : Publishroom

Date de sortie :

Présentation

Elle me pointe un petit carnet qui gît le long du caniveau et murmure : – Dites-leur pour moi que je les aime. Je demande : – A qui ? Elle convulse. Je pleure. – A qui ? Elle est partie. La femme qui sortait du cimetière est venue mourir dans mes bras… Je souffle « Je le leur dirai » comme une promesse indestructible. Rose ne sait pas que cette promesse va bouleverser son existence. Au fil des pages de ce carnet, elle remettra en question sa solitude. Elle ira chercher ses réponses, contestera les lois familiales qui érigent le silence sur sa mère disparue il y a vingt ans. Elle apprendra combien la vie peut être belle et l’amour un nouveau départ. Mais, quand l’adversité s’entête, la peur reprend parfois ses droits et la mort ses prérogatives. Rose trouvera-t-elle sa vérité ? Osera-t-elle enfin le bonheur ?

Auteur

Laurence Martin est née en 1969 à Paris. Rédactrice et journaliste dans divers magazines, l’écriture est son évidence.

Mon avis

Tout d’abord je voudrais remercier Laurence Martin pour ce service presse. Je ne cacherai pas mon retour mitigé. Si je n’ai pu qu’apprécier la très jolie plume de l’auteure, presque poétique, j’ai eu du mal à adhérer à l’histoire. Laurence Martin écrit extrêmement bien. C’est IN-DE-NIA-BLE !!! L’œuvre n’est que douceur et délicatesse. Un peu trop à mon goût. Si je n’ai pas été insensible à la douleur et la fragilité de Rose, à la rudesse de son père, je n’ai pas été totalement happée et ce, malgré l’émotion qui se dégage de cet ouvrage. Ce n’est mon genre de lectures. Trop larmoyant à mon goût. J’ai parfois trouvé un peu le temps.

Mais je vous en parle tout de même car, L’eau de Rose sait trouver son lectorat dont vous pourriez peut-être faire partie. Les commentaires sur cette œuvre sont excellents. Beaucoup ont même eu un coup de cœur ! Alors, ce n’est pas parce que je n’ai pas aimé que je dois vous priver de la découverte de ce roman. Il m’arrive parfois d’être à contre courant…

Je vous suggère donc de vous faire votre propre opinion 😉

Le dessus de ma PAL – Avril 2018

Je ne vais pas vous dire que je vous présente ma PAL du mois d’avril ou même d’avril et de mai car en ce moment je manque de temps et je ne sais pas trop si je pourrais en accorder beaucoup à la lecture.

En tout cas, voici les livres que j’ai très envie de découvrir et qui sont au-dessus de ma PAL :

  • La disparition de Stéphanie Mailer / Joël Dicker

La Disparition de Stephanie Mailer

30 juillet 1994. Orphea, petite station balnéaire tranquille des Hamptons dans l’État de New York, est bouleversée par un effroyable fait divers: le maire de la ville et sa famille sont assassinés chez eux, ainsi qu’une passante, témoin des meurtres.
L’enquête, confiée à la police d’État, est menée par un duo de jeunes policiers, Jesse Rosenberg et Derek Scott. Ambitieux et tenaces, ils parviendront à confondre le meurtrier, solides preuves à l’appui, ce qui leur vaudra les louanges de leur hiérarchie et même une décoration. Mais vingt ans plus tard, au début de l’été 2014, une journaliste du nom de Stephanie Mailer affirme à Jesse qu’il s’est trompé de coupable à l’époque.
Avant de disparaitre à son tour dans des conditions mystérieuses.
Qu’est-il arrivé à Stephanie Mailer? Qu’a-t-elle découvert?
Et surtout: que s’est-il vraiment passé le soir du 30 juillet 1994 à Orphea?

  • Contre toute attente / Linwood Barclay

Contre toute attente

Les affaires de Glen Garber allant mal, il a pour seul réconfort sa femme Sheila et leur fillette Kelly. Un soir, Sheila meurt dans un accident de voiture, ivre. Pourtant, elle ne buvait jamais. Quand une voisine est à son tour retrouvée morte dans des circonstances troubles, le doute n’est plus possible : leur paisible banlieue cache une réalité bien plus sombre. Glen réalise alors que la mort de Sheila était tout sauf un accident et qu’il devient urgent de mettre Kelly à l’abri.

  • Promenade du crime / Peter Guttridge

Promenade du crime

Juillet 2009. Brighton, villégiature haute en couleur du sud de
l’Angleterre, est une capitale du crime où s’affrontent familles
locales et mafi as venues d’Europe de l’Est. La police cerne une
maison où se terre un dangereux criminel. Mais, en quelques
secondes, sans que rien n’ait pu le laisser pressentir, l’opération
tourne au carnage, provoquant une émeute dans la ville. Robert
Watts, chef de la police, se voit contraint de démissionner tandis
que les offi ciers ayant participé au raid sont retrouvés morts,
un à un.
Watts a-t-il été piégé ? Qui avait intérêt à le faire tomber ? Quels
sont les liens entre le gouvernement et la pègre locale ? Alors
que l’enquête est rapidement enterrée et que les hommes de
la police gardent obstinément le silence, un dossier ressurgit,
portant sur la disparition, dans les années 1930, d’une jeune
femme dont le corps démembré avait été retrouvé disséminé
dans des malles. Cette affaire criminelle va s’avérer coïncider
étrangement avec les événements du présent.
Sur fond de corruption et de luttes d’influence, Peter Guttridge
nous fait plonger dans un monde où une ligne étroite sépare la
vie étincelante d’une caste de viveurs et les bas-fonds d’une ville
où quiconque peut disparaître à jamais.

  • Yeruldelger / Ian Manook

Yeruldelgger

Rude journée pour le commissaire Yeruldelgger Khaltar Guichyguinnkhen. A l’aube, il apprend que trois Chinois ont été découpés au cutter dans une usine près d’Oulan-Bator. Quelques heures plus tard, dans la steppe, il déterre le cadavre d’une fillette aux boucles blondes agrippée à son tricycle rose. Il y avait la Suède de Mankell, l’Islande d’Indridason, l’Ecosse de Rankin, il y a désormais la Mongolie de Manook !

  • La liste de nos interdits / Koethi Zan

La Liste de nos interdits

Sarah et Jennifer ont tout prévu. Rédigé une liste exhaustive des dangers. Énuméré tous les interdits. Pris toutes les mesures de sécurité pour rendre leur monde plus sûr. Aucun imprévu ne devait pouvoir les surprendre. Mais un soir, elles enfreignent la première règle. Elles prennent un taxi. Dès lors, le cauchemar n’aura plus de fin.

  • La cabane des pendus / Gordon Ferris

La Cabane des pendus

1946. Douglas Brodie, ancien policier, est rentré de la guerre depuis quelques mois lorsqu’il reçoit un appel de Hugh Donovan, un ami d’enfance qu’il croyait mort au combat : condamné pour le viol et le meurtre d’un petit garçon, il va être pendu dans quatre semaines. Afin de prouver l’innocence de Hugh, Brodie replonge dans le décor poisseux de leur enfance et la misère de la banlieue de Glasgow. Il se trouve une alliée de choix en l’avocate de Hugh, Samantha Campbell, mais le temps presse, et ni le gang local ni la police ne semblent vouloir leur faciliter la tâche.

  • Sans faille / Valentin Musso

Sans faille par Musso

Ils sont cinq. Cinq amis, la trentaine, qui se retrouvent après plusieurs années pour une randonnée dans les Pyrénées, le temps d’un week-end. Romuald, le gamin des cités à qui tout a réussi, a invité Théo, Dorothée, David et Juliette dans son luxueux chalet. Mais la montagne lui est-elle aussi familière qu’il l’a laissé croire? Le groupe s’égare, d’anciennes inimitiés ressurgissent, les secrets de chacun se font jour. Jusqu’au drame. Impensable. Imprévisible ? C’est du moins ce qu’il croient, au début…Connaît-on vraiment ses amis ? Le nouveau roman de Valentin Musso nous plonge au cœur d’une histoire vertigineuse et fascinante.

  • Meurtres rituels à Imbala / Parker Bilal

Meurtres rituels à Imbaba

2001. Les foules d’Imbaba sont en émoi : des adolescents de ce quartier populaire du Caire ont été tués dans des circonstances troublantes. Le pouvoir tente de faire accuser les coptes. Meera, employée copte d’une agence de voyages, est assassinée en pleine rue. Makana, ex-policier soudanais reconverti en détective privé, découvre en enquêtant une nouvelle facette de la corruption en Égypte.

  • Le plus bel endroit du monde est ici / Francesc Mirales – Care Santos

Le plus bel endroit du monde est ici

Iris a 36 ans et des idées noires plein la tête : ses parents viennent de disparaître dans un tragique accident et, en une seconde, toute sa vie a basculé. Par un après-midi froid et gris, elle songe même à en finir. Son regard se pose alors sur la devanture d’un café auquel elle n’avait jamais prêté attention auparavant. Son nom étrange, Le plus bel endroit du monde est ici, éveille sa curiosité. L’intérieur est plus intrigant encore, comme sorti d’un rêve. Tout y semble magique, à commencer par Luca, bel Italien porteur d’une promesse : le bonheur.

Avons-nous des livres en commun ? Des conseils ?

 

Bilan livresque mars 2018

Je vous présente mon bilan lecture du mois de mars. Entre écriture et lecture faut-il choisir ? A mon sens certainement pas ! Ces deux activités sont, pour moi, indissociables. Du coup, mes écrits avancent et mes retours de lectures aussi. Doucement mais sûrement 😉

  • Minute, papillon ! / Aurélie Valognes **

Minute, papillon !

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/11/minute-papillon-aurelie-valognes/

  • Le Retour / Robert Goddard ****

Le Retour

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/18/le-retour-de-robert-goddart/

  • Les silences / Amélie Antoine ****

Les Silences

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/07/les-silences-amelie-antoine/

  • Agatha Raisin, tome 9 : Sale temps pour les sorcières / M. C. Beaton *****

Agatha Raisin enquête 9 - Sale temps pour les sorcières: Mystère et boule de cristal...

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/20/agatha-raisin-enquete-tome-9-sale-temps-pour-les-sorcieres-m-c-beaton/

  • Noir dehors / Valérie Tong Cuong ****

Noir dehors

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/21/noir-dehors-de-valerie-tong-cuong/

  • Pourquoi Tokyo ? / Agathe Parmentier ***

Pourquoi Tokyo ?

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/25/pourquoi-tokyo-agathe-parmentier/

  • La symphonie du hasard, Livre 2 *****

La Symphonie du hasard - Livre 2 (2)

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/30/la-symphonie-du-hasard-livre-2-de-douglas-kennedy/

  • Agatha Raisin, tome 10 : Panique au manoir / M.C. Beaton *****

Agatha Raisin enquête 10 - Panique au manoir: Quand le conte de fées vire au cauchemar...

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/03/30/agatha-raisin-enquete-tome-10-panique-au-manoir-mc-beaton/

  • L’eau de Rose / Laurence Martin ***

L'eau de Rose

La chronique ne va pas tarder…