Gros sur le cœur – Carène Ponte

Titre : Gros sur le cœur

Auteur : Carène Ponte

Editeur : Michel Lafon

Genre : Littérature jeunesse / Roman français

Date de sortie : 15/11/2018

Présentation

C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile.
C’est l’histoire d’un nouveau lycée, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent.
C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui séduit.
Mélissa, 17 ans, suit ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée.
Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi, et renaissance.

Auteur 

Afficher l’image source

Lauréate du prix e-crire aufeminin, Carène Ponte est aussi l’auteure du blog Des mots et moi. Après sa dernière comédie romantique, Avec des si et des Peut-être, elle revient avec un roman jeunesse inspiré de sa propre expérience.

Mon avis 

Quelle belle histoire !

C’est officiel : après la lecture de Avec des Si et des Peut-être, je suis sous le charme de la plume de Carène Ponte. Aucun doute là-dessus.  J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture.

Une fois le livre refermé, je ne peux m’empêcher de penser à toutes ses Mélissa. A toutes ses jeunes filles qui sont victimes de harcèlement scolaire. A ce qui devient un jeu pour certains, un cauchemar pour d’autres. A ces personnes méchantes et manipulatrices qui se réjouissent de répandre le mal autour d’elles. A ces êtres sensibles et fragiles qui sont leurs boucs émissaires.

Mélissa est la gentillesse incarnée. Elle accepte les coups bas, les insultes et les humiliations quasi quotidiennement au lycée. Morgane, Julie et Justin agrémentent leurs journées en s’en prenant à la jeune fille qui supporte leurs méchancetés, sans un mot, en courbant l’échine. Mais enfin Mélissa, quand vas-tu réagir ? Combien d’humiliations vas-tu encore vivre avant de mettre un terme à cet enfer ? J’ai eu tellement de peine pour elle ! J’ai vécu les mots de l’auteur. Chacun d’entre eux.  Car ils sont beaux, simples et criants de vérité !

Heureusement, la protagoniste est bien entourée. De Camille, sa meilleure amie, mais aussi de l’adorable Greg et de sa mère, même si les relations entre elles ne sont pas toujours faciles. Si la méchanceté est inévitable, cette histoire déborde aussi d’amour ! Les gens qui l’aiment sont là pour la soutenir et c’est vraiment magnifique à lire !!!

Ne te laisse pas faire Mélissa !!! Ne vous laissez pas faire les Mélissa !!! Croyez en vous ! Vous n’avez rien à envier aux autres. Surtout pas à des êtres qui ont besoin d’écraser les autres pour exister. Vous valez bien mieux qu’eux !!!

Je me répète : une trèèèès belle lecture sur ce qui est devenu un fléau pour notre nouvelle génération. A mettre entre toutes les mains !!! D’urgence !!!

 

 

 

Publicités

La face cachée de Margo – John Green

Titre : La face cachée de Margo

Auteur : John Green

Edition : Gallimard

Genre : Littérature adolescente – Littérature étrangère

Date de sortie : 2009

Présentation

Margo Roth Speigelman, le nom qui fait fantasmer Quentin depuis toujours. Alors, forcément, quand elle s’introduit dans sa chambre, un soir, pour l’entraîner dans une expédition vengeresse, il la suit. Mais au lendemain de leur folle nuit blanche, Margo a disparu. Quentin saura-t-il décrypter les indices qu’elle a laissés derrière elle ?

Auteur

Description de cette image, également commentée ci-après

John Green est né en 1977 à Indianapolis, où il vit toujours. À l’âge de vingt-cinq ans il écrit son premier roman, «Qui es-tu Alaska ?», et remporte le prestigieux M. L. Printz Award du meilleur livre pour adolescents. Il crée en 2007 avec son frère Hank une chaine de vidéos en ligne «Vlogbrothers » qui est l’une des plus populaire de l’histoire du Net. En 2008 sort «La face cachée de Margo», qui a figuré dans la liste des best-sellers du New York Times et obtient le prix Edgar Award du meilleur roman pour jeunes adultes. «La face cachée de Margo» a été porté à l’écran en 2015. Son cinquième roman, «Nos étoiles contraires», paraît en 2012 et devient immédiatement un best-seller international, adapté au cinéma. Le célèbre «Time magazine» sélectionne John Green dans sa liste des « personnes les plus influentes du monde».

Mon avis 

Retour sur une ancienne lecture qui m’avait beaucoup émue et dont j’ai envie de vous faire part aujourd’hui.

Le caractère impétueux de Margo, sa fougue et sa personnalité hors du commun, alors qu’à cet âge là les adolescents cherchent plutôt à se ressembler, fait de ce livre un très bon moment de lecture gravé dans ma mémoire et dans mon cœur.

Margo, c’est cette jeune fille qui disparaît sans laisser de traces. Seulement quelques indices…Car toute fuite contient une once d’envie d’être retrouvé. Car c’est parfois par l’absence que le regard se pose enfin longuement sur soi. Si son entourage est habitué à ses fugues à répétition, celles-ci n’en restent pas moins inquiétantes.

Margo l’indomptable dont l’oxygène est la liberté. Margo l’électron libre qui ne suit aucune des règles qu’on lui dicte. Margo, cette jeune fille si attachante car tellement différente. Margo qui fascine. Hypnotise. Margo qui a beaucoup de chance d’avoir des amis fidèles.

Une plume agréable. Des mots simples qui vont droit au cœur. Parce que des Margo il y en a des tas. Malheureusement, elles n’assument pas toutes si bien leurs envies. Leurs besoins.

Un livre à mettre entre toutes les mains adolescentes. Mais pas seulement.

A toutes les Margo.

 

American elsewhere – Robert Jackson Bennett

Titre : American Elsewhere

Auteur : Robert Jackson Bennett

Edition : Albin Michel

Genre : Fantastique

Date de sortie : 28/09/2018

Présentation

« Un merveilleux cadeau pour les fans de Stephen King et Neil Gaiman. » Library Journal Veillée par une lune rose, Wink, au Nouveau-Mexique, est une petite ville idéale. À un détail près : elle ne figure sur aucune carte. Après deux ans d’errance, Mona Bright, ex-flic, vient d y hériter de la maison de sa mère, qui s est suicidée trente ans plus tôt. Très vite, Mona s’attache au calme des rues, aux jolis petits pavillons, aux habitants qui semblent encore vivre dans l’utopique douceur des années cinquante. Pourtant, au fil de ses rencontres et de son enquête sur le passé de sa mère et les circonstances de sa mort (fuyez le naturel…), Mona doit se rendre à l évidence : une menace plane sur Wink et ses étranges habitants. Sera -t-elle vraiment de taille à affronter les forces occultes à l’œuvre dans ce lieu hors d Amérique ?

Auteur

Description de cette image, également commentée ci-après

Né le à Bâton-Rouge, en Louisiane, aux États -Unis, Robert Jackson Bennett est un écrivain américain, auteur de roman policier, de science-fiction, de fantasy, de fantastique et d’horreur.

Robert Jackson Bennett grandit au Texas et suit les cours de l’Université du Texas à Austin. Il commence une carrière de romancier en 2009 avec les romans Mr Shivers et The Company Man, deux thrillers mâtinés de fantastique et d’horreur. Ces romans remportent plusieurs prix littéraires prestigieux aux États -Unis et lance la carrière de Robert Jackson Bennett.

En 2014, il inaugure une nouvelle série de fantasy intitulé The Divine Cities.

Mon avis 

Tout d’abord, je voudrais remercier la masse critique Babelio et les éditions Albin Michel pour cette lecture dont le retour sera quelque peu mitigé. La faute aux longueurs majoritairement…

Bienvenue à Wink ! Petite ville du Nouveau Mexique, cette contrée est un havre de paix. Les demeures y sont belles. Les rues propres et les habitants courtois. Lorsque Mona Bright, ex-flic et ancienne nomade depuis plus de deux ans, hérite de la maison de sa mère elle s’imagine que c’est l’occasion d’un nouveau départ. En tentant de se familiariser avec les lieux et ses habitants, afin d’en apprendre un peu sur sa mère décédée alors qu’elle était encore une petite fille, la jeune femme ne tarde pas à s’apercevoir que les apparences sont trompeuses. Wink n’apparait sur aucune carte. A cette étrangeté s’accumulent des événements non moins étranges. Des bizarreries que la protagoniste relèvera au milieu de l’histoire.

J’ai mis un certain temps à entrer dans le roman. L’auteur tarde à poser le décor. Ce n’est que lorsque la jeune femme réalise que Wink n’est pas ce qu’elle est, que mon intérêt a réellement été suscité. Il s’est fait attendre. Trop de longueurs ont freiné mon entrain. Puis, l’intrigue a finalement été lancée. Je déplore qu’une fois le voile levé sur celle-ci, il ne reste plus trop de suspense au lecteur qui trouvera certainement un plaisir jusqu’au dénouement mais sans grand twist final.

Heureusement que pour patienter, j’ai fait la connaissance d’une belle galerie de personnages. Moi qui aime les personnages  » rugueux « , j’ai été servie avec Mona. Et les autres. La jeune femme a du caractère. Dotée d’une bonne réflexion, elle sait faire face aux situations les plus délicates. Hors du commun même je dirais. Il me serait impossible de citer tous les personnages mais j’avoue que si je ne devais faire qu’une seule référence, ce serait Mme Benjamin. Cette vieille femme, dès le début, m’a fait froid dans le dos…

Je décrirais l’écriture comme très  » visuelle « . Le style de l’auteur a fait que j’imaginais les scènes au moment même où je lisais les mots. Instantanément, j’ai mis un visage sur les personnages et construit comme bon me semblait la ville de Wink.

Un livre à mettre entre toutes les mains d’amateurs du genre. Je n’en fais pas partie. Néanmoins, la quatrième de couverture avait suscité mon intérêt et je ne regrette en aucun cas d’avoir cédé à ma curiosité. Je sors de ma zone de confort et de temps en temps, j’aime ça !

Je peux très bien me passer de toi – Marie Vareille

Titre : Je peux très bien me passer de toi

Auteur : Marie Vareille

Editeur : Charleston

Genre : Roman français

Date de sortie : 30/10/2018

Présentation

Chloé, 28 ans et Parisienne jusqu’au bout des ongles, enchaîne les histoires d’amour catastrophiques. Un jour, elle conclut un pacte avec son amie Constance. Chloé devra s’exiler en pleine campagne avec l’interdiction d’approcher un homme, et réaliser son rêve de toujours : écrire un roman. Constance, incorrigible romantique, s’engagera à coucher le premier soir avec un parfait inconnu.

De Paris aux vignobles du Bordelais en passant par Londres, cet étrange pari entraînera les deux amies bien plus loin que prévu… Réussiront-elles à tenir leur engagement ?

Un pacte entre copines, un exil, un nouveau départ… Jusqu’où iront-elles ?

Auteur

Afficher l’image source

Marie Vareille croule sous les problèmes existentiels avec notamment une tendance à prendre les mojitos pour des menthes à l’eau et une carte bleue hors de tout contrôle… Seul remède à ses déboires : s’inventer des histoires. Je peux très bien me passer de toi est son deuxième roman. Il a reçu le 1er prix des lectrices Confidentielles.

Mon avis 

Je referme ce livre le sourire aux lèvres et le cœur serré.

Un bel hymne à la vie avec ses hauts et ses bas ; ses bons moments et ses périodes difficiles ; ses instants d’espoir et de désillusion…

Chloé et Constance vont traverser bien des péripéties avant de trouver l’équilibre. Deux jeunes femmes avec leurs qualités et leurs défauts. Deux beaux portraits féminins résolument modernes. Vrais ! Et ça j’adooore !!!!

Je me suis éloignée de ma zone de confort et le moins que je puisse dire, c’est que je ne le regrette pas !!! D’emblée la quatrième de couverture m’avait attirée alors que je ne me penche habituellement pas sur ce genre de livres. C’est le deuxième excellent moment de lecture que cette maison d’édition m’offre. Je vais continuer de découvrir leurs titres car je me suis aperçue que ce type de romans me faisait énormément de bien. Alors non, je ne laisse pas tomber pour autant les polars, thrillers et autres romans noirs qui satisfont une partie de ma facette de lectrice.

Néanmoins, un peu de poésie moderne, un mélange de Jane Austen et de Bridget Jones, moi je dis ouiiii !!!!

Deux personnages féminins extra…et il n’y a pas qu’elles !! Leurs sens de la répartie et tordant. Intelligence et humour : un cocktail efficace et décapant.

Un excellent moment de lecture. Un roman aux apparences légères qui aborde les sujets les plus importants de la vie : l’amour, l’amitié, la famille, le travail.

Une lecture que je vous conseille mille fois. Un peu de chaleur avec ce froid…;-)

Chère Mamie – Virginie Grimaldi

Titre : Chère Mamie

Auteur : Virginie Grimaldi

Editeur : Fayard / Le livre de poche

Genre : Littérature française

Date de sortie : 31/10/2018

Présentation

Chère mamie,
J’espère que tu vas bien, et surtout que tu es assise. Il y a plus d’un an, j’ai commencé à t’écrire des petites cartes sur les réseaux sociaux. Des chroniques du quotidien décalées, rédigées en gloussant. Je ne m’attendais pas à ce que mes aventures deviennent un vrai rendez-vous… Alors une idée a germé : et si ces rires partagés devenaient utiles ? J’ai immédiatement pensé à l’association CéKeDuBonheur, dont j’aime la philosophie et l’engagement.
Dans ce livre, tu trouveras plein d’inédits. Des photos pour illustrer. Des grands bonheurs, des petits malheurs, de la vie. Tu m’as donné l’amour des mots, j’ai hâte que tu découvres ceux qui te sont destinés.
Gros bisous à toi et à papy, Ginie

Auteur

Virginie Grimaldi

Virginie Grimaldi est l’auteur du best-seller Le Premier Jour du reste de ma vie. Grâce à une écriture maîtrisée et des personnages attachants, ses romans ont déjà séduit des centaines de milliers de lecteurs.

Mon avis 

Après Les rêveurs d’Isabelle Carré qui m’a beaucoup chamboulée, j’avais besoin d’une lecture légère. J’ai donc choisi dans ma PAL  un des petits derniers qui a rejoint ma bibliothèque : Chère Mamie de Virginie Grimaldi.

En achetant ce livre, mon intention était double. Tout d’abord je voulais soutenir LA TRES BELLE initiative de l’auteure dont toutes les recettes du livre seront reversées à l’association CéKeDuBonheur qui aide les services pédiatriques à améliorer les conditions de vie des enfants séjournant à l’hôpital. Puis, je voulais découvrir la plume de Virginie Grimaldi qui m’a maintes fois été vantée. Alors, je ne sais pas si ce recueil de lettres est révélateur des écrits de l’auteure. En tout cas, je pense que le ton est donné. C’est léger et plein d’humour. Plus qu’à sourire, je me suis parfois surprise à rire, ce qui est plutôt rare étant donné mes lectures… 😉 Certains passages sont également touchants. En tout cas, que ce soit à travers l’humour ou des anecdotes moins drôles, la relation privilégiée entre la mamie et sa petite fille ne fait nul doute. Elle est belle…

J’ai passé un bon petit moment. Une lecture rapide que je n’aurais néanmoins pas souhaité plus longue de crainte de me lasser du format  » lettres « .

J’ai maintenant très envie de découvrir les autres écrits de l’auteure ! En attendant, je vous conseille celui-ci. Il peut être à vous pour cinq petits euros. C’est peu pour passer un agréable moment de lecture et donner le sourire à des enfants hospitalisés.

 

 

Les rêveurs – Isabelle Carré

Titre : Les rêveurs

Auteur : Isabelle Carré

Editeur : Grasset

Genre : Roman français / Autobiographie

Date de sortie : 10/01/2018

Présentation

Quand l’enfance a pour décor les années 70, tout semble possible. Mais pour cette famille de rêveurs un peu déglinguée, formidablement touchante, le chemin de la liberté est périlleux. Isabelle Carré dit les couleurs acidulées de l’époque, la découverte du monde compliqué des adultes, leurs douloureuses métamorphoses, la force et la fragilité d’une jeune fille que le théâtre va révéler à elle-même. Une rare grâce d’écriture.

Auteure

Résultat d’images pour isabelle carré

Isabelle Carré est une actrice française, née le 28 mai 1971 dans le 12ᵉ arrondissement de Paris. Elle a obtenu le César de la meilleure actrice en 2003 pour son rôle dans Se souvenir des belles choses ainsi que le Molière de la comédienne à deux reprises. Elle publie un premier roman en 2018, Les Rêveurs.

Mon avis

Prise au dépourvu.

Certains rêvent leur vie. D’autres vivent leurs rêves. Puis, d’autres encore, font tantôt l’un tantôt l’autre.Une lecture qui m’a…déstabilisée.

Isabelle Carré nous amène à petits pas, sur la pointe des pieds, telle la danseuse qu’elle rêva de devenir pendant des années, au cœur de cette famille, sa famille pas comme les autres. Y- a -t -il seulement des familles comme les autres ?

Des parents hors normes aux pieds sur Terre et à la tête dans les étoiles. Deux personnes qui n’auraient peut-être jamais dû se rencontrer. Deux destins, puis cinq, qui ne tiennent qu’à un fil. Et le chaos règne année après année jusqu’à devenir un mode de vie. Une mère mentalement absente. Un père différent des autres papas ; un artiste qui ne pense qu’à la création et essaie d’assumer sa sexualité. De ce foyer  » hors normes  » ne pouvait en découler qu’une enfance « hors normes « .

Je retrouve la délicatesse d’Isabelle Carré que je découvre en tant qu’auteure et que j’admirais déjà comme actrice. Ses mots se posent en douceur. Ils semblent effleurer le papier. Pudeur et dureté se confondent dans ce roman dans lequel elle livre un portrait familial complexe. Plusieurs passages m’ont émue, déroutée tant ils sont sombres et poignants. J’ai parfois ressenti un certain malaise tant des situations m’apparaissaient lugubres. Immédiatement, je visualisais les scènes. Ce qui n’empêche au récit d’être parsemé de fantaisie, à l’image de la famille ainsi que de sensibilité et d’originalité. Je n’en imaginais pas moins de l’auteure même si j’étais loin d’imaginer ce que fut son enfance.

Un livre que j’ai lu quasiment d’une traite. Une lecture agréable mais qui, pour moi, fut difficile. Je referme ce livre, quelque peu décontenancée. D’un geste, je rabats ma veste de laine sur mon buste. J’ai froid. J’admire la petite fille qui est ici narrée d’avoir traversé toutes ses épreuves et d’afficher aujourd’hui un si franc sourire.

J’ignore si c’est parce qu’il s’agit d’un récit autobiographique ou bien si c’est le style, mais je ressors de cette lecture un peu comme si j’en avais été la protagoniste. Je me suis peut-être trop impliquée mais…ce n’est pas moi qui en ai décidé ainsi.

Une lecture qui me restera longtemps en mémoire.

Agatha Raisin enquête, tome 14 – Gare aux fantômes : Qui vivra verra ! MC Beaton

Titre : Agatha Raisin enquête, tome 14 – Gare aux fantômes : Qui vivra verra !

Auteure : MC Beaton

Editeur : Albin Michel

Genre : Humour / Policier

Date de sortie : 31/10/2018

Présentation

Croyez-vous aux fantômes ? Mrs Witherspoon, une vieille mégère détestée de ses voisins et de ses propres enfants, se plaint de visites spectrales. Chuchotements, bruits de pas, brouillard suspect… sa maison serait hantée ! Les blagues vont bon train au village : mensonges ou hallucinations ?
Lorsque la vieille dame meurt dans des circonstances suspectes, plus personne ne rit : s’agit-il d’une farce qui a mal tourné ou d’un règlement de compte ? Mrs. Whiterspoon avait-elle de féroces ennemis ? Quels dangereux secrets abrite sa demeure ?
Agatha Raisin n’a plus l’âge de jouer aux fantômes mais bel et bien celui de traquer des meurtriers. Avec l’aide de son voisin, le charmant Paul Chatterton, elle compte bien démasquer ces « revenants » qui ont déjà fait beaucoup trop de mal.

Auteure

Résultat d’images pour mc beaton

Bon, je ne présente plus MC Beaton… Si ?! Alors, voilà : née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin qui s’est vendu à plus de 15 millions d’exemplaires dans le monde.

Mon avis

J’achève ce quatorzième tome que j’ai dévoré tout comme les autres. Alors, cette fois-ci, je ne vais peut-être pas faire une chronique détaillée dans la mesure où j’ai chroniqué treize livres de la série précédemment et que ma dernière chronique remonte, il me semble, à deux jours…Donc bon, que dire de plus ? La protagoniste : Agatha Raisin, les habitués la connaissent bien !!!

Comment ça ??? Vous ne connaissez pas Agatha Raisin ?? IN-CRO-YA-BLE !!!! Agatha c’est un mélange de Miss Marple et de …Bridget Jones. Sauf qu’elle a soufflé ces cinquante bougies il y a quelques années déjà. La professionnelle en communication, originaire de Birmigham et qui a exercé des années à Londres, a décidé de s’offrir une retraite anticipée et s’est retirée dans un petit village des Cotswolds : Carsely. A chaque fois que notre quinqua déjantée préférée s’ennuie, le destin met sur son chemin un ou plusieurs meurtres à résoudre ! Et des meurtres, il y en a dans cette magnifique région rurale à l’apparente tranquillité. Car, comme nous le savons tous, les apparences sont trompeuses…

Malgré les multiples rappels à l’ordre de la police, Agatha se mêle toujours de ce qui ne la regarde pas quitte à parfois risquer sa vie.

Comme vous l’aurez compris, humour et légèreté sont au programme !!!

Cerise sur le gâteau dans ce tome : le dénouement nous laisse penser qu’il va y avoir du changement pour notre Agatha internationale ! J’ai donc plus que hâte de lire la suite de ses aventures le 27 février 2019 avec le tome 15 intitulé Bal Fatal.

Bien sûr, je vous conseille de découvrir au plus vite cette série si ce n’est déjà fait…:)