La Belgique de Simenon, Tome 1 : Du berceau aux reportages – Michel Carly et Christian Libens

Titre : La Belgique de Simenon, Tome 1 : Du berceau aux reportages

Auteurs : Michel Carly et Christian Libens

Editeur : Weyrich édition

Genre : Biographie

Date de sortie : 25/01/2016

Présentation

Simenon, romancier universel et cosmopolite, ne serait-il pas aussi l’un des plus enracinés dans le territoire affectif des ses origines ? Joli paradoxe : la Belgique est le creuset d’où sont sortis tous ses romans…Ou presque tous !

Auteurs 

Michel Carly et Christian Libens, deux  » simenoniens  » passionnés, ont mené leurs recherches à Liège, à Charleroi, à Bruxelles, en Ardenne et au pays flamand. Ils ont retrouvé des lieux d’inspiration, des décors d’époque, des ombres familiales…

Mon avis

Ma vie livresque est perturbée ces derniers temps. Mon rythme de lecture faiblit et mes envies sont différentes. Je m’oriente davantage vers des romans graphiques. Ou vers des biographies, comme aujourd’hui par exemple avec celle du très célèbre auteur belge : Simenon.

J’avoue que j’ignorais tout ou presque de ce grand monsieur si ce n’est qu’il est le créateur de Maigret. Un peu léger niveau connaissances 😉

Je remercie donc la masse critique Babelio ainsi que les éditions Weyrich qui m’ont permis de me plonger dans l’enfance et les jeunes années de Simenon. Si le but de ce premier tome est de donner envie aux lecteurs de découvrir plus amplement les titres de l’auteur belge, eh bien je peux vous dire que pour moi, il a été pleinement atteint !

J’ai apprécié les déambulations dans les rues de Liège qui ont influencé à la construction de l’adulte assoiffé de liberté qu’il est devenu. Un enfant puis un jeune homme, avide d’expériences, qui se sent vite à l’étroit dans cette petite ville. Un être ambitieux et déterminé qui ne pouvait échapper à son destin. J’aime lire le futur incroyable de ces personnages hors du commun qui n’ont qu’un désir : celui de sortir des sentiers battus.

Et en plus, de jolies photographies viennent égayer le texte.

Vous admirez les écrits de Simenon ? Incontestablement, vous voudrez alors en savoir plus sur l’auteur et ce livre vous le permettra.

Vous voyez ces gros pavés en fond sur la photo ? Bon, je n’ai plus qu’à m’y mettre moi ! 😉

Publicités

Le guide du mauvais père – Guy Delisle

Titre : Le guide du mauvais père

Auteur : Guy Delisle

Editeur : Delcourt Collection Shampooing

Genre : Roman graphique

Date de sortie : 03/01/2013

Présentation

Oublier le passage de la petite souris, traumatiser sa fille avec une terrifiante histoire d’arbre qui pousse dans l’estomac, dénicher des conseils peu avisés pour encourager fiston à taper plus fort sur le punching bag… Guy Delisle, un mauvais père ? Non, un auteur de bande dessinée qui sait puiser l’imagination là où elle se trouve, avec un sens aigu de l’observation et une bonne dose d’autodérision.

Auteur

Guy Delisle est un auteur de bande dessinée et animateur québécois, né le 19 janvier 1966 à Québec. Il est connu pour ses bandes dessinées autobiographiques, dont Pyongyang et Chroniques de Jérusalem.

Mon avis

Je reviens vous parler d’un roman graphique de Guy Delisle après Chroniques birmanes et Chroniques de Jérusalem. Au programme, encore plus d’humour !

Un petit livre très drôle et très décomplexant !!! 😉

Après l’avoir lu, vous vous sentirez le meilleur parent au monde !

A prendre à la dérision bien sûr…

On est tous très occupés. De ce fait, il est parfois difficile d’accorder beaucoup de temps à nos chères petites têtes blondes. Guy Delisle, à regarder trop de séries, en oublie la petite souris. A croire son enfant bien plus âgé qu’il ne l’est, il se lance avec lui dans des conversations d’adultes qui lui fileront des frissons. Il ira même jusqu’à rompre le secret de Pâques…

Bref, avec ces quelques exemples, vous aurez aisément compris que l’auteur met en exergue les petites bourdes qui nous pouvons parfois faire avec nos enfants nous parents humains, parents imparfaits. Il les passe au microscope et y ajoute une bonne bonne dose d’autodérision.

C’est très léger et carrément drôle. J’apprécie décidément beaucoup l’humour et la décontraction de cet auteur. A chaque fois que je referme un de ces livres, j’ai le sourire aux lèvres.

Mais oui vous êtes géniaux ! Et ce ne sont pas vos enfants qui diront le contraire 🙂

Québec Land – Pauline Bardin, Edouard Bourré-Guilbert, Aude Massot

Titre : Québec Land

Auteurs : Pauline Bardin et Edouard Bourré-Guilbert

Illustratrice : Aude Massot

Editeur : Sarbacane

Genre : Roman graphique – Humour

Date de sortie : 04/06/2014

Présentation

Quebec Land ou l’histoire vécue de deux jeunes français et leur chat qui décident de quitter la France pour vivre au Canada. Après l’obtention de leur PVT (Permis Vacances-Travail), vient l’heure des cartons, des adieux à la famille, des sept heures d’avion et des premiers pas dans le Nouveau Monde… Retrouvez saison après saison les étapes d’une installation réussie, les erreurs à ne pas commettre, les trucs à savoir… Attention : grands froids et caribous ne seront pas les seuls au rendez-vous !

Les auteurs et l’illustratrice

Edouard Bourré-Guilbert est originaire du Mans. Après des études de commerce qui l’ont amené à vivre à Paris, Londres et Osaka, il travaille pour les éditions Soleil et Casterman où il est en charge du développement numérique de catalogues. Puis, il décide de vivre une nouvelle expérience à l’étranger. Accompagné de Pauline Bardin et de leur chat, il s’envole pour un an à Montréal. Pauline Bardin est née au Mans. Elle devient comédienne au sein de la troupe de théâtre Le Marquis Capricieux dirigée par Philippe Bardin. Cinq années en études d’arts du spectacle plus tard, une envie d’aller voir ailleurs la pousse à réserver un billet d’avion à destination de Montréal. Là-bas, elle croise le chemin de UBU, compagnie de création dont elle devient la chargée de projets et de diffusion. Aude Massot est née en 1983 aux Lilas. Diplômée des ateliers BD de l’école bruxelloise St-Luc en 2006, elle entame ensuite une carrière de storyboarder dans le dessin animé. Son premier album, Chronique d’une chair grillée, réalisé en collaboration avec Fabien Bertrand, paraît aux Enfants rouges en 2009. Suivent deux autres publications. En 2011, elle part vivre un an à Montréal. Elle rencontre les auteurs Édouard Bourré-Guilbert et Pauline Bardin et devient la dessinatrice de Québec Land.

Mon avis

Aussitôt reçu ( après trois semaines d’attente…) aussitôt lu !!!

Décidément, j’aime vraiment beaucoup ces romans graphiques qui abordent les faits de société avec humour. Je vous avais parlé il y a peu de deux romans graphiques de Guy Delisle ( dont je vous reparle très très vite !). Je reviens aujourd »hui avec Québec Land, écrit par un couple qui a décidé, en 2014, de vivre un an au Québec.

Comme le soulignent Pauline et Edouard :  » Le Québec, c’est super ! « . En effet, qui est revenu déçu du Québec ? Bon, je n’ai pas encore eu la chance de m’y rendre, mais c’est un projet à moyen terme que je compte bien réaliser. D’où l’achat de ce livre 😉 Nous avons tous dans notre entourage, ou dans l’entourage de notre entourage (!) des personnes qui ont visité le Québec, voire même qui y ont vécu, et qui nous disent que :  » Le Québec, c’est super ! « .

L’installation du couple est abordée avec humour et légèreté , les clichés sont tournés à la dérision et le sourire ne m’a pas quitté du début à la fin de cette lecture. Autre point positif : les illustrations que j’ai trouvées plus que réussies.

J’ai donc fait un très bon voyage à travers ces pages qui fleurent bon le vécu. Petit bémol néanmoins : c’est beaucoup trop court…J’aurais souhaité que certains points, qui sont juste abordés, soient plus détaillés. Je vous laisse découvrir lesquels !

Une lecture qui m’a toutefois fait passer un très bon moment et qui correspond totalement à mes envies du moment. J’apprécie tellement de voyager en lisant et ici le pari est plus que réussi ! Dépaysement garanti si vous souhaitez découvrir le pays de la poutine. Mais pas que…;-)

Entre deux mondes – Olivier Norek

Titre : Entre deux mondes

Auteur : Olivier Norek

Editeur : Michel Lafon

Genre : Policier

Date de sortie : 05/10/2017

Présentation

Adam a découvert en France un endroit où l’on peut tuer sans conséquences.

L’auteur

Afficher l’image source

Engagé dans l’humanitaire pendant la guerre en ex-Yougoslavie, puis lieutenant à la section Enquête et Recherche de la police judiciaire du 93 depuis dix-huit ans, Olivier Norek est l’auteur de trois romans largement salués par la critique et traduits dans plusieurs pays, ainsi que le lauréat de nombreux prix littéraires. Après Code 93, Territoires et Surtensions, il nous invite dans un monde Entre deux mondes que nul ne peut imaginer, où se rencontrent deux inspecteurs que tout semble opposer et qui devront unir leurs forces pour sauver un enfant.

Mon avis

Que dire sur ce bouquin que j’ai longtemps évité de lire car je pressentais que cette lecture me serait trop difficile. Immanquablement, j’avais vu juste. Pour qui en serait-il autrement ? Dès la fin du premier chapitre, j’ai la gorge nouée. Il commence fort ce livre. Ce livre qui n’est pas un livre comme ceux que j’ai l’habitude de lire. Celui-ci, parle de faits réels. Tellement cruels que j’aurais voulu être en train de lire de la fiction.

Certains passages ont été vraiment très difficiles à lire pour moi. L’auteur a le don de placer quelques phrases cinglantes au milieu d’autres mots et là, c’est la gifle. J’ai dû en relire quelques unes à plusieurs reprises tant j’étais sous le choc, dans l’impossibilité de fixer mon regard sur celles qui suivaient. Et elles me glaçaient à chaque fois un peu plus. C’était comme si je l’entendais ce passeur murmurer à mon oreille  » Ta petite. Tu dois la jeter ». Je précise que je ne spoile pas, il s’agit de la fin du premier chapitre qui est composé de deux pages. Une phrase dont je me souviendrait longtemps tant elle a m’a choquée.

Mon retour sera court. Je n’ai pas les mots pour parler de tant d’atrocités.

Alors heureusement, au milieu de tout ça, on trouve encore des âmes bonnes prêtes à aider son prochain. Des personnes qui, bien qu’abîmées par la vie, n’ont pas encore basculé de l’autre côté.  J’ai toutefois un regret. Un seul : celui de ne pas avoir lu ce livre plus tôt et d’avoir ignorer si longtemps ce qui se passait réellement dans cette jungle de Calais dont la seule évocation me donne désormais la chair de poule et les larmes aux yeux.

Entre deux mondes, quel monde ! 😦

 

L’amie prodigieuse – Elena Ferrante

Titre : L’amie prodigieuse

Auteure : Elena Ferrante

Editeur : Folio

Genre : Littérature étrangère

Date de publication : 01/01/2016

Présentation

«Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile.» Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise. Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition. L’amie prodigieuse, Le nouveau nom et Celle qui fuit et celle qui reste sont les trois premiers tomes de la saga d’Elena Ferrante, qui se conclut avec L’enfant perdue.

L’auteure

Née en 1943 à Naples, Elena Ferrante est une écrivaine italienne. L’auteur derrière le pseudonyme tient absolument à rester dans l’ombre et refuse par conséquent la publicité et les apparitions télévisées, acceptant seulement en de rares occasions les interviews écrites. Lors de celles-ci, elle a reconnu être une femme, mère de famille, et que son œuvre était d’inspiration autobiographique. En particulier, dans La frantumaglia, l’auteur révèle à ses lecteurs des aspects de la personnalité d’Elena Ferrante en lui donnant notamment une origine une date et un lieu de naissance.

Elena Ferrante est l’auteur de plusieurs romans parmi lesquels L’amour harcelant , Les jours de mon abandon et Poupée volée . Tous sont publiés chez Gallimard. L’auteur a été finaliste du prix Strega pour le quatrième volet de la série L’amie prodigieuse.

Mon avis

J’en avais tant entendu parler de ce livre !

Je comprends maintenant l’engouement qu’il a suscité. Nous voici en plein cœur d’un quartier très populaire de Naples dans lequel la violence, sous toutes ses formes, est présente à chaque coin de rue. L’auteure la décrira comme omniprésente mais soutenable, bien qu’étouffante. N’oublions pas que l’auteure-narratrice, démarre son récit avec des souvenirs d’enfance. A cette période de notre vie, même si nous percevons bien plus que ce que les adultes imaginent, certaines choses nous échappent.

La petite fille, qui deviendra jeune fille au fil des pages, nous conte son enfance, puis son adolescence, dans ce quartier dont elle semble être prisonnière, parfois malheureuse enfin du moins pas toujours très épanouie. Elle nous narre son quotidien. L’importance de l’école notamment. Il n’est pas aisé d’avoir accès à l’éducation lorsqu’on est une fille à cette époque et en ce lieu, Elle nous parle de sa famille, de ses voisins, des ses amis. Et surtout de son amie prodigieuse. Cette jeune fille qui est loin d’attirer la sympathie mais qui pourtant fascine. Les caractères les plus rebelles, les moins domptables ne sont-ils pas les plus séduisants ? A coup sûr son intelligence et sa vivacité d’esprit vous éblouiront.

J’ai ressenti une sensation d’étouffement à plusieurs reprises. Mais qu’il est compliqué de sortir de ce quartier ! J’ai parfois eu l’impression, bon le parallèle est peut-être un peu audacieux(!), de me retrouver dans le Macondo de Cent ans de solitude de Marquez. De tourner en rond sans trouver d’issue.

Le poids des traditions. Celui de la famille et de l’honneur. Bienvenue à Naples. Un voyage dans le temps et dans l’espace empli d’authenticité qui m’a emportée, mais pas totalement. La faute à certaines longueurs qui ont, à mons sens trop ralenti le récit. Je me suis parfois essouflée. Mais comme toutes grandes sportives, j’ai repris mon souffle Puis, je suis repartie.

 

Mes meilleures lectures de 2019…à ce jour !

Nous sommes le 1er juillet. Déjà… Le temps file vraiment à vive allure quand on commence à prendre de l’âge 😉

La moitié de l’année est donc écoulée. L’occasion pour moi de revenir sur mes plus jolies découvertes de 2019, jusqu’à ce jour.

Immanquablement, ce sont surtout les livres qui m’ont fait voyager que je retiens.

  •  Au top de ma sélection : Tangerine de Christine Mangan

Tangerine (version française) : La sueur froide de votre été (HarperCollins)

Un énorme coup de cœur pour ce roman. Je vous dis tout le bien que j’en ai pensé dans ma chronique : https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/04/30/tangerine-christine-mangan/

La Citadelle

 

  • Vient ensuite le roman Les secrets signé Amélie Antoine. A ce jour, mon préféré de l’auteure même si j’ai très fortement aimé Raisons obscures qui est également excellent !

Les secrets

D’autres m’ont fait passer un très bon moment de lecture. La dame de Reykjavik de Ragnar Jonasson, Mon ombre assassine de Estelle Tharreau, Les heures souterraines de Delphine de Vigan.

La dame de Reykjavik   Mon ombre assassine Les Heures souterraines (pll)

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/04/22/la-dame-de-reykjavik-ragnar-jonasson/

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/02/03/mon-ombre-assassine-estelle-tharreau/

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/03/10/les-heures-souterraines-delphine-de-vigan/

 

Mais je me dois de faire un choix…Donc voici mon top 3 suivi, en fond de mon second top 3 😉 😉

Et pour vous, quel serait votre top 3 à ce moment de l’année ?

 

Bilan Lectures juin 2019

Je vous présente mon bilan livresque du mois  : cinq romans et thrillers, deux romans graphiques et un livre de littérature jeunesse. Le mois fut bon. Très bon même, je dirais. Une seule déception : Roissy. Je vous explique pourquoi dans la chronique. Sinon, je me suis régalée. De la diversité comme j’aime !

Je vous laisse les chroniques de ces belles découvertes.

La Citadelle

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/06/la-citadelle-eric-metzger/

 

ROISSY

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/10/roissy-tiffany-tavernier/

 

Paroles d'honneur

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/12/paroles-dhonneur-leila-slimani-laetitia-coryn/

 

Chroniques de Jérusalem - Fauve d'or  d'Angoulême - prix du meilleur album 2012

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/13/chroniques-de-jerusalem-guy-delisle/

 

L'Empereur, c'est moi

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/21/lempereur-cest-moi-hugo-horiot/

 

Fanny Cloutier T01: L'année où j'ai failli rater ma vie

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/21/fanny-cloutier-t01-lannee-ou-jai-failli-rater-ma-vie-stephanie-lapointe/

 

Iboga

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/06/25/iboga-christian-blanchard/

 

L'amie prodigieuse: Enfance, adolescence

Chronique à venir

Et pour vous, juin fut bon ?! 🙂