Avec des Si et des Peut-être de Carène Ponte

Titre : Avec des Si et des Peut-être

Auteur : Carène Ponte

Genre : Romance

Edition : Michel Lafon

Date de sortie : 24/05/2018

Présentation

Aimeriez-vous savoir quelle serait votre vie si vous aviez fait d’autres choix ?

Prof de français au lycée de Savannah (-sur-Seine), Maxine vit en colocation avec Claudia (et ses crèmes au jus d’herbe fermenté), elle aime Flaubert (ses élèves, Stromae), courir avec ses deux meilleures amies (trois cents mètres) et aller chez le dentiste (sa sœur).
Maxine croit aux signes et aux messages de l’Univers. Pourtant elle ne peut s’empêcher de se demander :  » Et si j’étais allée ici plutôt que là, si j’avais fait ceci au lieu de cela, ma vie serait-elle chamboulée ?  »
En bonne prof de français, Maxine aime le conditionnel…
Mais à trop réfléchir Avec des si et des peut-être, ne risque-t-on pas d’oublier de vivre au présent ?
Et si la vie décidait de lui réserver un drôle de tour ?

Auteur

Lauréate du prix e-crire aufeminin, auteure du blog   » Des mots et moi « , Carène Ponte est l’auteure d’ Un merci de trop et de Tu as promis que tu vivrais pour moi, deux romans remarqués (et remarquables). Avec ce nouveau titre, elle jette sur l’existence un regard amusé et bienveillant.

Mon avis 

Un vent de fraîcheur au cœur de cet été caniculaire !

Je pense que je vais avoir du mal à modérer mon enthousiasme. J’ai A-DO-RE !!! Je ne connaissais cette auteure que de nom. Jamais je ne m’étais laissée tenter par sa plume. La romance, les feel good books ne sont habituellement pas mes lectures de prédilections. Mais j’ai décidé d’étendre mes découvertes. Je fais une (petite) pause avec les thrillers et les romans noirs et psychologiques. Je suis sortie de ma zone de confort. Ma curiosité a été récompensée ! Ce livre est plus qu’une romance…

Le personnage de Maxine est juste…parfait ! Cette jeune femme est drôle, intelligente et très attachante.  Elle fait preuve d’une grande sincérité et s’exprime sans ambages. Ses apartés m’ont fait énormément rire. Elle a l’esprit vif cette Maxine et si, elle garde ses réparties pour elle, le lecteur (ou la lectrice!) en profite allègrement.

Beaucoup de joie se dégage de ce roman. Et de l’humour ! Enormément d’humour. Parfois un peu loufoque. J’ai aimé cette pointe de fantaisie.

Des rires mais pas que…Beaucoup d’émotions aussi. Maxine n’ a pas connu que des moments heureux. Mais elle les masque, à coups de bonne humeur et d’amitié. Grâce à Samya et Audrey, ses inséparables amies, elle surmonte les épreuves de la vie, tente de les contourner.

Sous une apparente légèreté, de profondes réflexions sur la vie et les choix que l’on fait. A quoi ressemblerait notre existence si…Peut-être que…Qui ne s’est jamais posé ce type de questions ?

Une lecture trèèès agréable. Une écriture pétillante ! Votre ROMAN de l’été !!!

Publicités

Minute, papillon ! – Aurélie Valognes

Titre : Minute, papillon !

Auteur : Aurélie Valognes

Genre : Feel good

Editeur : Le Livre de poche

Date de sortie : 07/03/2018

Présentation

Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre. Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique. Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

Auteur

Une image publiée par l'auteur.

Âgée de 34 ans, Aurélie Valognes est une romancière française, auteur de best-sellers. Ses trois premières comédies, Mémé dans les orties, En voiture, Simone ! et Minute, papillon !, véritables phénomènes populaires, ont conquis le cœur de millions de lecteurs à travers le monde. Son quatrième roman Au petit bonheur la chance ! vient de paraître.

Mon avis

Minute, papillon ! J’en ai entendu parler tant et plus. Le genre feel good me plait bien de temps à autre. Les lectures distrayantes, légères entre deux romans plus « noir » ont toute leur place dans ma PAL. Néanmoins, là c’est…trop. J’aime, l’espace d’un instant me dire que tout est merveilleux, que les choses peuvent connaître un dénouement heureux mais il faut que ce soit un minimum crédible. Et ici, à mes yeux, ça ne l’est pas. Malgré la faible épaisseur du livre, j’ai trouvé le temps long.

Le principal thème abordé : les relations filiales, est un thème que j’aime voir traité en littérature. Néanmoins dans ce roman, il est juste survolé. La résolution des problèmes rencontrés est trop simpliste. Le tout un peu plat.

Les personnages sont un peu clichés : Véronique, un véritable iceberg ;  Rose l’hypersensible et Colette l’ange-gardien de cette dernière. Mais celle qui mène la danse, enfin plus ou moins tant on a envie de la secouer parfois, c’est Rose. Malgré le bon cœur de l’héroïne, j’avoue n’avoir ressenti que peu d’empathie pour elle. Je ne m’y suis pas attachée. J’ai mes raisons 😉 mais je ne vous en dirai pas plus de crainte de spoiler.

La plume est simple. Fluide loin d’être désagréable. Mais…mais !

Une lecture en partie décevante alors que j’avais tant apprécié En voiture Simone.

 

En voiture Simone d’Aurélie Valognes

Titre : En voiture Simone – Livre anciennement paru sous le titre de Nos adorables belles-filles aux éditions Michel Lafon le 4 mai 2016

Auteur : Aurélie Valogne

Genre : Littérature française / Contemporain

Editeur : Livre de poche

Date de parution : 29 /03/2017

Résumé

Pour une comédie familiale irrésistible, il vous faut : un père, despotique et égocentrique, Jacques. Une mère, en rébellion après quarante ans de mariage, Martine. Leurs fils, Matthieu, éternel adolescent mais bientôt papa de trois enfants ; Nicolas, chef cuisinier le jour et castrateur tout le temps ; Alexandre, rêveur mou du genou. Et… trois belles-filles délicieusement insupportables ! Stéphanie, mère poule angoissée ; Laura, végétarienne angoissante ; Jeanne, nouvelle pièce rapportée, féministe et déboussolée, dont l’arrivée va déstabiliser l’équilibre de la tribu. Mettez tout le monde dans une grande maison en Bretagne. Ajoutez-y Antoinette, une grand-mère d’une sagesse à faire pâlir le dalaï-lama, et un chien qui s’incruste. Mélangez, laissez mijoter… et savourez !

Auteur

Diplômée de l’École Supérieure de Commerce NEOMA Business School (ESC Reims) en 2007, Aurélie Valognes est spécialisée en communication et en marketing, et a exercé au sein de diverses entreprises (Mars, Procter & Gamble) et pays (Italie, Suisse, France, Belgique, Pays-Bas).

Mon avis

J’ai longuement hésité à lire ce livre. Plusieurs fois, je suis passée devant sans jamais m’arrêter. Puis, un jour, j’ai lu la quatrième de couverture et je l’ai acheté. J’avais bien aimé Mémé dans les orties mais je ne me sentais pas ouverte à ce type de lectures en ce moment. Malgré tout, la curiosité, une fois de plus, a vaincu. Comme je le dis souvent, en littérature, je cède toujours à la curiosité…

Le roman s’ouvre sur un repas de famille. J’adore les repas de famille livresques ! Un moyen infaillible pour faire connaissance avec les membres d’une famille et pénétrer rapidement dans leur intimité. C’est Noël et les Le Guennec sont réunis chez Martine et Jacques qui accueillent leurs trois fils, leurs trois belles-filles, leurs deux petits enfants ainsi que la mère de Jacques, la délicieuse Antoinette, une nonagénaire qui est loin d’en avoir fini avec la vie. Ne dit-on pas, en général, que ce sont les belles-mères les plus « pénibles » ? Vous me pardonnerez le terme…Parce que, dans ce roman, celui qui m’insupporte le plus est Jacques, le beau-père. Cet enquiquineur de première ne peut s’empêcher de créer la polémique et de titiller tout le monde. Tout au long du roman ! Et, jusqu’à la fin il restera sarcastique ! Pas étonnant que plus aucun membre de sa famille ne le supporte. Même sa propre femme, Martine, après quarante ans de vie commune s’essouffle.

Dans cet opus, à mon goût bien plus réussi que Mémé dans les orties, l’auteur nous régale. Une petite pépite dans le genre. De sa plume fluide et agréable, elle donne à ses personnages un sens de la répartie qui permet aux lecteurs de ne pas voir les pages défiler.

Une bouffée d’oxygène !

Entrer dans cette famille fut pour moi un réel plaisir. Les personnages sont attachants et bien travaillés. On passe par beaucoup d’émotions. On rit. On s’émeut. On vit avec les personnages. On partage leurs moments en famille, les heureux comme les plus tragiques. C’est pétillant. Vivant. Et…terriblement réaliste.

Tisser un roman autour du sujet de la famille et de la belle famille est une idée intéressante qui porte à réfléchir sur les liens familiaux et leurs complexités.

Un superbe roman. Incontestablement un coup de cœur pour moi.

Merci à Aurélie Valognes pour ce magnifique moment de lecture.

Mémé dans les orties d’Aurélie Valognes

L’image contient peut-être : texte

 

Ferdinand Brun, 83 ans, solitaire, bougon, acariâtre -certains diraient : seul, aigri,méchant-, s ennuie à ne pas mourir. Son unique passe temps? Éviter une armada de voisines aux cheveux couleur pêche, lavande ou abricot. Son plus grand plaisir? Rendre chèvre la concierge, Mme Suarez, qui joue les petits chefs dans la résidence. Mais lorsque sa chienne prend la poudre d escampette, le vieil homme prend définitivement goût à la vie…jusqu’au jour où une fillette précoce et une mamie geek de 92 ans forcent littéralement sa porte, et son cœur.

J ai trouvé ce livre frais, léger parfois improbable mais il ne faut peut être pas toujours, tout le temps rechercher la vraisemblance. Bien que ce ne soit pas mon genre de lecture, je me suis laissée emporter par les personnages : Ferdinand bien sûr mais surtout Béatrice Claudel que j ai trouvé formidable. J aimerais tant lui ressembler à quatre vingt dix ans ! 😉