Une vie entre deux océans de M.L.Stedman

Gros coup de

Cap sur l Australie

L’image contient peut-être : texte

Après avoir comme les horreurs de la Grande Guerre, Tom Sherbourne revient en Australie. Aspirant à la tranquillité, il accepte le poste de gardien de phare sur l île de Janus, un bout de terre sauvage et reculé. Là, il coule des jours heureux avec sa femme, Isabel. Un bonheur peu à peu contrarié par leurs échecs répétés pour avoir un enfant. Jusqu au jour où un canot vient d échouer sur le rivage. A son bord, le cadavre d un homme, ainsi qu’ un bébé sain et sauf.
Je viens de terminer ce petit bijou. Ce livre est, à mes yeux, juste parfait. Une histoire très émouvante, des personnages extrêmement attachants et une plume comme je n en n avais pas lue depuis longtemps.
J ai été transporté à sur l Île de Janus, j ai détesté Isabel, j ai ressenti beaucoup d empathie pour cette pauvre Hannah et je n ai cessé de me dire tout au long du livre que ce Thomas Sherbourne est un homme extraordinaire.
La vie a son lot de difficultés mais, la plupart du temps, tout reprend sa place, et ce, quels que soient les moyens qu’ on met en oeuvre pour lutter contre le destin.

Publicités

Le crime du comte Neville d’Amélie Nothomb

L’image contient peut-être : 3 personnes

 

Amateurs et détracteurs d Amélie Nothomb, je vous présente son 24 ème roman : Le crime du comte Neville.

Une jeune châtelaine, mal dans sa peau, prénommée Sérieuse, fille du comte Henri Neville, veut se faire assassiner par son père lors d une garden-party organisée dans leur château afin que la prédiction d une voyante soit réalisée.
« Vous tuerez un invité « dit-elle au comte, qui, peu à peu, prend cet oracle très au sérieux.

Amélie Nothomb n est pas helvétique. Elle est belge. Pourtant, toutes les années, c est avec la même exactitude qu’ une montre suisse que celle-ci publie un roman. Des rentrées littéraires, elle n en manque pas une. Longtemps, chaque année, j attendais ce rendez-vous avec impatience. Puis, au fil des ans, les mois s écoulaient sans que je l honore…Pour celui-ci j ai peu attendu puisqu il date de 2015.
D inconditionnelle, je suis passée à admiratrice. Aujourd’hui, c est davantage la curiosité qui me pousse à ouvrir ses livres. Quelle situation loufoque va-t-elle nous présenter cette fois, me demandé-je avant d entamer ma lecture.
Dans Le comte de Neville, nous sommes en plein coeur de l aristocratie belge et de ses faux semblants avec des parents qui préfèrent organiser des événements mondains plutôt que de nourrir leurs enfants… Un petit coup de coeur pour Sérieuse, cette adolescente perturbée, « morne, timorée, solitaire, dépourvue d élan vital », pour cette jeune fille qui passe son temps cloîtré e dans sa chambre à lire des classiques de la littérature.
Elle a une belle plume Amélie, cette fois encore, teintée d élégance et de mordant. Ce trait semble immuable.
Je me suis bien amusée, voilà ce que je dirais. J ai trouvé l intrigue un peu « simple » et la fin trop rapide mais j ai lu ces quelques pages (148) quasiment d un trait. On ne peut pas être « top » à chaque fois.