Mes coups de cœur de la littérature hispanique

Les romans latino-américains ont leurs particularités. Une spécificité que je serais incapable de décrire avec précision. Un mélange de réalisme magique et de conte pour adultes. Un genre à part. Unique. Inimitable. Une littérature qu’on aime ou qu’on n’aime pas. Je connais peu de lecteurs aux avis mitigés sur la question.

Je vous présente mes coups de cœur en la matière

Cent ans de solitude

À Macondo, petit village isolé d’Amérique du Sud, l’illustre famille Buendia est condamnée à cent ans de solitude par la prophétie du gitan Melquiades… Dans un tourbillon de révolutions, de guerres civiles, de fléaux et de destructions, elle vit une épopée mythique, à la saveur inoubliable, qui traverse les trois âges de la vie : naissance, vie et décadence… Ce roman époustouflant est un chef – d’œuvre  du XXe siècle.

Le Vieux qui lisait des romans d'amour

Antonio José Bolivar connaît les profondeurs de la forêt amazonienne et ses habitants, le noble peuple des Shuars. Lorsque les villageois d’El Idilio les accusent à tort du meurtre d’un chasseur blanc, le vieil homme se révolte. Obligé de quitter ses romans d’amour – seule échappatoire à la barbarie des hommes – pour chasser le vrai coupable, une panthère majestueuse, il replonge dans le charme hypnotique de la forêt.

La Maison aux esprits

Une grande saga familiale dans une contrée qui ressemble à s’y méprendre au Chili. Entre les différentes générations, entre la branche des maîtres et celle des bâtards, entre le patriarche, les femmes de la maison, les domestiques, les paysans du domaine, se nouent et se dénouent des relations marquées par l’absolu de l’amour, la familiarité de la mort, la folie douce ou bestiale des uns et des autres, qui reflètent et résument les vicissitudes d’un pays passé en quelques décennies des rythmes ruraux et des traditions paysannes aux affrontements fratricides et à la férocité des tyrannies modernes. Isabel Allende a quitté le Chili après le coup d’Etat militaire. La Maison aux esprits, son premier roman, tantôt enchanteur, tantôt mordant, est à inscrire parmi les révélations de la littérature latino-américaine d’aujourd’hui. Il est traduit dans une dizaine de pays et a obtenu le prix du Grand Roman d’évasion 1984.

Lituma dans les Andes

Sur le front déchiqueté des Andes nous retrouvons le personnage de Lituma, échappé de La Chunga et de Qui a tué Palomino Molero ?, sous-officier rétrogradé et grelottant de froid. Ou de peur. La menace de la guérilla du Sentier lumineux est ici permanente. Trois disparitions successives accentuent l’angoisse et l’effroi. Sur fond d’enquête, nous pénétrons dans le monde des mineurs et des aventuriers des Andes avec, au centre, le couple Dionisio et Adriana, réincarnation dégradée des mythes de Dionysos et d’Ariane. […] Un univers truculent et glacé se met en place, un monde archaïque où les croyances de la nuit des temps refont surface, un monde barbare, magique et entêtant… Une fois de plus, Mario Vargas Llosa, dans la parfaite maîtrise de son talent romanesque, nous entraîne vers un destin qui n’est jamais qu’humain, trop humain.

Le Violon d'Auschwitz

Auschwitz, 1944. Les privations, les coups, les humiliations. Un prisonnier juif, Daniel, lutte pour la survie de son âme. Surprenant un concert organisé par Sauckel, le commandant du camp, il révèle son talent de luthier pour sauver son ami Bronislaw, violoniste de génie accusé à tort d’avoir joué faux. Il va alors devoir fabriquer un violon qui imite le son d’un Stradivarius, car de cet instrument dépend leur salut…

Pour l'amour du chocolat

Lausanne, 1922. Adrian Troadec, dix-huit ans, livreur de lait de son état, tombe amoureux de la jeune violoncelliste Alma Trapolyi. Après s’être essayé sans succès à la musique et aux échecs, il pense pouvoir la conquérir avec du chocolat et ouvre sa boutique : Le Petit Chocolat Troadec. C’est le début d’un empire et le point de départ d’une saga familiale, savoureuse et mouvementée.

Chocolat amer: Roman-feuilleton où l'on trouvera des recettes, des histoires d'amour et des remèdes de bonne femme

Dans le Mexique du début du siècle, en pleine tempête révolutionnaire, Tita, éperdument éprise de Pedro, brave les interdits pour vivre une impossible passion. À cette intrigue empruntée à la littérature sentimentale, Laura Esquivel mêle des recettes de cuisine. Car Tita possède d’étranges talents culinaires : ses cailles aux pétales de roses ont un effet aphrodisiaque, ses gâteaux un pouvoir destructeur. L’amour de la vie est exalté dans ces pages d’un style joyeux et tendre, dont le réalisme magique renvoie aux grandes oeuvres de la littérature latino-américaine. Chocolat amer, adapté en film sous le titre Les épices de la passion, s’est vendu à plus de quatre millions d’exemplaires dans le monde.

Les maras, gangs d'enfants : Violences urbaines en Amérique centrale

Ce titre n’est évidemment pas de la fiction, malheureusement j’aurais envie de rajouter, mais je l’ai trouvé excellent. Le sujet est très bien traité.

Les Dead Rabbits, les Sharks, les Jets… Des noms de gangs devenus labels kitsch ou exotiques d’une New York mythifiée, d’une Amérique en gestation continue. MS pour Mara Salvatrucha, 18 pour Eighteenth Street sont des enseignes moins connues, et pourtant… Ces maras, nées dans les quartiers d’immigrés de Los Angeles dans les années 1970, se sont diffusées au cœur de l’Amérique centrale lorsque les États-Unis ont décidé d’expulser systématiquement leurs délinquants immigrés, commode manière de mistigri sécuritaire. Les maras, ces communautés de rues proliférant dans des régions où tous les cadres sociaux ont volé en éclats, regroupent aujourd’hui des milliers de jeunes prêts à tout pour défendre leur territoire, leur identité et leur place dans le groupe. Leur idéologie? De n’en avoir pas, si ce n’est l’élimination pure et simple de la bande rivale.

Je rajouterai un dernier titre qui n’est pas un coup de cœur mais qui néanmoins vaut la peine d’être découvert. Suspense garanti avec celui-ci ! Une construction plus que remarquable qui nécessite néanmoins une sacrée concentration 😉

Ton avant-dernier nom de guerre

Victime d’un accident de la route, le journaliste Manuel Carraspique se retrouve hospitalisé au coeur de l’Argentine profonde. Il partage sa chambre avec un Indien Mapuche, que les infirmières appellent Marquez mais qui ne s’appelle peut-être pas ainsi, comme le soupçonnent les policiers qui viennent lui rendre visite. Manuel a plus ou moins perdu la mémoire, mais pas ses réflexes de journaliste. Dans le silence de la chambre, il entreprend de faire parler le blessé. Ce dernier raconte des choses terribles, des histoires à dormir debout dont il serait le héros. Délire ou vérité ? Manuel n’est pas au bout de ses surprises.

 

Publicités

New-York et les New-Yorkais en littérature

En 2018, j’ai décidé de me lancer des « défis » lectures. Après le thème de « Jane Austen », j’entends par là ses propres romans et les romans contemporains qu’elle a inspirés, je voudrais lire des romans sur le thème de New York mais aussi et surtout sur les New-Yorkais et leur façon de vivre. Ce ne sont pas des livres dont l’histoire se déroule seulement à New York. La ville y a une place plus importante qu’un simple décor de fond.

Voici mon choix. Une minuscule sélection, si on prend en compte la multitude de livres qui tourne autour du sujet.

J’en ai déjà lu certains ( la trilogie new-yorkaise à deux reprises, Le désarroi de Ned Allen, Gatsby… par exemples) que je compte relire. Pour les autres titres, ce sera des (belles!) découvertes.

  • La trilogie New-Yorkaise de Paul Auster

Un incontournable de ce grand auteur qu’est Paul Auster. J’ai décidé de relire sa célèbre trilogie mais tous les livres de ce romancier traitent de New York. Et il en parle comme personne !

Trilogie new-yorkaise : Cité de verre - Revenants - La Chambre dérobée

De toutes les qualités qui ont justifié le succès de la Trilogie new-yorkaise, l’art de la narration est sans doute la plus déterminante. C’est qu’il suffit de s’embarquer dans la première phrase d’un de ces trois romans pour être emporté dans les péripéties de l’action et étourdi jusqu’au vertige par les tribulations des personnages. Très vite pourtant, le thriller prend une allure de quête métaphysique et la ville, illimitée, insaisissable, devient un gigantesque échiquier où Auster dispose ses pions pour mieux nous parler de dépossession.

  • L’attrape-cœurs  de Salinger

Encore une relecture. Je l’ai lu en version originale puis quelques années plus tard en français. C’est toujours mieux en V. O bien sûr !

L'attrape-cœurs

L’Attrape-Cœurs, unique roman de l’écrivain américain Jerome David Salinger (1919-2010), est un livre maudit. Lorsqu’il parut en 1951, il fut banni des bibliothèques, exclu des programmes d’étude.

  • Gatsby le magnifique de F. Scott Fitzgerald

Une pure merveille ! Un livre qui m’a émue aux larmes.

Gatsby le Magnifique

New York, années folles… Dans sa somptueuse demeure de Long Island, Jay Gatsby organise de fastueuses réceptions où les invités se pressent en foule. Mais leur hôte ne cherche à éblouir qu’une seule personne : Daisy Buchanan. Elle est élégante, riche, séduisante, mais elle est la femme d’un héritier millionnaire…

  • Année bissextile de Peter Cameron

Année bissextile

À Manhattan au début de 1988, année bissextile, tout semble aller de travers. Entre les beaux quartiers autour de Central Park et le bas de la ville, Soho, une petite bande d’amis fait des allées et venues dans ce « champ de mines physique et émotionnel » qu’est la vie des villes, et se serre les coudes. Quand Loren et David Parish divorcent, leur fille Kate va de l’un à l’autre. Puis un nouveau venu, jeune photographe, beau garçon et naïf, séduit David.
Entre l’édition, la banque, les relations publiques et privées, les galeries d’art, le cynisme arriviste des uns et la sincérité des autres, Peter Cameron décrit d’une façon désarmante et pleine d’esprit la vie que l’on vit tous les jours. Un vrai roman moderne de la société new-yorkaise.

  • Manhattan Transfer, John Dos Pasos

Manhattan Transfer

Ils durent changer de train à Manhattan Transfer. Ellen avait un gant neuf, en chevreau, dont le pouce avait craqué, et elle ne cessait de le frotter nerveusement avec l’index. John portait un imperméable à martingale et un chapeau mou gris rosâtre. Quand il se tourna vers elle, en souriant, elle ne put s’empêcher de détourner les yeux et de fixer la pluie qui miroitait sur les rails. Voilà, chère Elaine. Oh, fille de prince, voyez, nous prenons le train qui vient de la gare de Penn… C’est drôle d’attendre ainsi dans la brousse de New Jersey.

  • Comédie New-Yorkaise de David Schickler

Une relecture.

Comédie new-yorkaise

Imaginez un très vieil immeuble de l’Upper West Side, le Preemption, une de ces tours mythiques, presque gothiques, avec gargouilles, clochetons et mâchicoulis. Tous ceux qui l’habitent – un comptable timide qui parle aux ascenseurs, un acteur raté, un étrange séducteur, une jeune fille à la recherche de l’amour… – participent, sans le savoir, d’une même conspiration.

  • Le bûcher des vanités de Tom Wolfe

Un grand classique. Un incontournable.

Le bûcher des vanités

Tom Wolfe devrait devenir aussi la coqueluche du public français, et son Bûcher des vanités la plus sinistre, la plus drôle, la plus juste des présentations de la vie new-yorkaise. Il s’avale avec un plaisir qui ne se dément pas. Nicole Zand, Le Monde.Le roman choc de Tom Wolfe. Où il est question de la chute d’un gagneur de Wall Street. Sur fond de convulsive fresque new-yorkaise. Vraiment saisissant ! Jean-Louis Kuffer, Le Matin .Succès phénoménal aux États-Unis, voilà un pavé qui n’a pas fini de ricocher !? C’est « the » roman encore jamais écrit sur cette ville et ses épicentres mondialement nerveux : la Bourse et les conflits raciaux, l’argent, la politique, la presse, la justice, le courage et la lâcheté, du grand spectacle en cinémascope. Véronique Le Normand, Marie-Claire. Cauchemardesque, fascinant, drôle et passionnant, Le Bûcher des vanités s’impose sans doute comme le livre qu’il faut avoir lu sur ce qui est aujourd’hui la « ville moderne » par excellence. Patrick de Jacquelot, Les Échos. N’auriez-vous les moyens ou le temps de n’en lire qu’un seul, que ce soit ce Bûcher des vanités, cet incendie de mots éclairant la nuit contemporaine. Jean David, V.S.D.

  • Les désarrois de Ned Allen de Douglas Kennedy

Un roman que j’ai adoré !

Les désarrois de Ned Allen

New York. Ses tours gigantesques, son fourmillement perpétuel. Ned Allen, et son extraordinaire bagout, s’y est fait une place. Si sa femme et lui vivent un peu au-dessus de leurs moyens, ils ne s’en inquiètent pas : le talent permet tout. La situation de Ned, responsable de ventes publicitaires, ne peut que s’améliorer. Mais le destin ne ménage pas ses coups. Quand une vague de licenciements tombe, Ned est du nombre. À la rue, il ne peut qu’accepter la proposition malhonnête d’un ami d’enfance. Quitte à emprunter, entre les tours, un chemin qui a tout d’une impasse…

  • Sex and the city de Candace Bushnell

Une lecture sympathique, légère et sans prise de tête assez différente de la série que j’ai lue en V. O

Sex and the City.

Elles sont journaliste, marchande d’art, avocate, responsable des relations publiques. Elles ont tout pour plaire : jeunes, jolies, brillantes, sexy, indépendantes. Tout, sauf ce qu’elles cherchent désespérément : le partenaire idéal.
Dans la jungle new-yorkaise, les places au soleil sont chères, Sex and the City en témoigne. Devenue un livre culte avant d’inspirer une série télévisée, cette chronique à la fois hilarante et terrifiante des mœurs amoureuses et sexuelles de l’élite de Manhattan met l’Amérique WASP en émoi. Il est vrai que Candace Bushnell, journaliste branchée du New York Observer, n’hésite pas à bousculer le «sexuellement correct» de rigueur, en narrant en toute impudeur les aventures de ses contemporaines, leurs états d’âme et leurs frasques sexuelles. Ou du moins ce qu’il en reste…
Bienvenue dans l’ère de l’innocence perdue : un regard lucide et impitoyable sur une société qui fout décidément le camp.

  • Manhattan People de Christopher Bollen

Manhattan People

Joseph voulait devenir acteur, il tourne dans des spots publicitaires. Il a une femme un peu par obligation, un meilleur ami jaloux, et un secret qui le ronge : tous les hommes de sa famille sont morts à 34 ans. Alors que son propre anniversaire approche, Joseph rencontre une mystérieuse veuve. Elle insiste pour qu’il joue le rôle de son mari assassiné. Va-t-il enfin réaliser son rêve américain ?

  • Noir dehors de Valérie Tong Cuong

Une lecture rapide et agréable. Un mini coup de cœur !

Noir dehors

Un après-midi d’août étouffant à New York. Soudain, c’est la panne générale. Tout s’arrête. La ville qui ne dort jamais devient la scène chaotique où les plus extrêmes solitudes vont s’entrechoquer. Il y a d’abord Naomi, la si jolie « pute à crack » enfermée dans un bar clandestin de Brooklyn, sur laquelle veille jalousement l’énigmatique Bijou. Il y a Simon Schwartz, l’avocat médiatique, au 36e étage d’une tour déserte du Financial District. Il y a Canal, ainsi baptisé depuis qu’on l’a trouvé, nourrisson, abandonné sur le trottoir de Canal Street à Chinatown. En glissements progressifs vers la folie ou l’expiation, en monologues nerveux, ces personnages vont s’ouvrir à la liberté et se réveiller différents. Un roman choral superbement réussi : « short cuts » d’une plongée dans les ténèbres.

  • Park Avenue de Cristina Alger

Park Avenue

En épousant Merrill par amour, le jeune avocat Paul Ross est entré dans le clan Darling avec son cortège de privilèges : un appartement sur Park Avenue, un job en or, des week-ends dans les Hampton et des soirées avec le tout Manhattan. Mais bientôt Wall Street plonge et les grandes banques menacent de s’effondrer. Un scandale vient éclabousser la famille Darling, la propulsant sous les feux des médias, et Paul doit choisir son camp. Sauver sa peau en trahissant sa femme et les siens ou les protéger, coûte que coûte. Cristina Alger pose un regard subtil et implacable sur cette haute société new-yorkaise dont la crise financière de 2008 va faire voler en éclats les certitudes. Un roman étincelant, drôle et féroce, aussi tendu qu’un thriller, sur lequel plane l’ombre de Madoff.

  • La pâtissière de Long Island de Sylvia Lott

La pâtissière de Long Island

1932. Pour l’empêcher de fréquenter l’homme qu’elle aime, le père de marie décide de l’envoyer chez ses frères. Elle débarque à New York avec deux secrets dans ses bagages : son cœur  brisé et la recette ancestrale d’un savoureux gâteau au fromage blanc. 2002. Rona, sa petite-nièce en plein revers professionnel et sentimental, vient lui rendre visite. Marie lui raconte son histoire et lui confie à son tour la recette du cheesecake..

  • Un appartement à New York de James Smiley

Coffret Jane Smiley, 2 volumes : L'Exploitation - Un appartement à New York

L’appartement de Susan et Dennis est le port d’attache d’une bande de copains originaires du Midwest, installés à New York dans les années 80. Ils se voyaient déjà… former un groupe de rock, rester unis quoi qu’il arrive. Un unique album sort et les liens se distendent. Un matin, Alice fait une terrible découverte : les corps sans vie de Dennis et de leur ami Craig. Comment a-t-on pu en arriver là ? Avec un diabolique sens du suspens, Jane Smiley nous offre un roman attachant, disséquant les secrets et les blessures au coeur de toute relation.

  • De bons voisins de Ryan David Jahn

De bons voisins

New York, années 1960. Kat Marino, qui rentre tard chez elle, est agressée au couteau par un inconnu. De nombreux voisins sont témoins de la scène, mais personne n’avertira la police, persuadé que quelqu’un d’autre l’aura déjà fait. C’est le « bystander effect ». En donnant la parole à tous les protagonistes, ce roman noir polyphonique, dont l’action se concentre sur quelques heures, esquisse une tentative de généalogie de la violence contemporaine.

  • New York Odysée de Kristopher Jansma

New York Odyssée

Décembre 2008. Plusieurs amis, inséparables depuis l’université, s’apprêtent à fêter l’année à venir alors qu’une tempête de neige s’abat sur Manhattan : Sara, éditrice ; son compagnon Georges, astronome ; Jacob, écrivain poète, fauché et infatigable grande gueule ; William le banquier d’affaires et Irène, jeune femme charismatique, artiste peintre dont la côte commence à monter et centre névralgique de la bande. Le champagne coule à flot. Ils ont 25 ans, viennent d’arriver à New York et attendent tout de cette nouvelle ville, de cette nouvelle vie. Mais l’année 2009 en décidera autrement. Dans les mois suivants, la maladie d’Irène bouleversera leurs attentes et donnera une direction complétement différente à l’existence de chacun. Avec justesse, Kristopher Jansma évoque la fin des amitiés de jeunesse et dresse un portrait de groupe saisissant, tout en creusant la psychologie de chaque personnage.

Avez-vous lu certains de ces livres ? En avez-vous d’autres à me conseiller ? Dites-moi tout ;^)

 

 

 

 

Mes plus belles lectures de 2017

L’année fut très riche en découvertes livresques. Je suis actuellement à 100 lectures tout rond à ce jour. Même si 2017 n’est pas tout à fait finie, je pense pouvoir être en mesure de vous présenter mes plus belles lectures. Il ne s’agit pas forcément que de livres sortis en 2017, mais de bouquins qui m’ont fait passer un excellent moment !!!

  • D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan

51WP8XUcSFL._SX307_BO1,204,203,200_

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/10/02/dapres-une-histoire-vraie-de-delphine-de-vigan/

  • Frappe-toi le cœur d’Amélie Nothomb

419Sd1zJEaL._AC_US218_

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/10/02/frappe-toi-le-coeur-amelie-nothomb/

  • La symphonie du hasard de Douglas Kennedy

23800190_758832667635807_6302726275188116791_o

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/11/29/la-symphonie-du-hasard-livre-1-de-douglas-kennedy/

  • Agatha Raisin enquête (l’ensemble de la série) de M. C Beaton

Agatha Raisin enquête : La quiche fatale - Tome 1Agatha Raisin enquête : Remède de cheval - Tome 2Agatha Raisin enquête, Tome 3 : Pas de pot pour la jardinière

Agatha Raisin enquête, Tome 4 : Randonnée mortelleAgatha Raisin enquête, Tome 5 : Pour le meilleur et pour le pireAgatha Raisin enquête, Tome 6 : Bons baisers de Chypre

Agatha Raisin enquête, Tome 7 : A la claire fontaineAgatha Raisin enquête, Tome 8 : Coiffeur pour dames

Toutes les chroniques sont disponibles sur le blog

  • Derrière la haine de Barbara Abel

20170318_184500

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/03/21/derriere-la-haine-de-barbara-abel/

  • Un sac de Solène Bakowski

Un sac

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/02/19/un-sac-de-solene-bakowski/

  • Criminal Loft d’Armelle Carbonel

Criminal Loft

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/02/19/criminal-loft-darmelle-carbonel/

  • Wanda de Wendall Utroi

WANDA

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/03/01/wanda-de-wendall-utroi/

 

  • En voiture Simone d’Aurélie Valogne

En voiture, Simone !

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/05/18/en-voiture-simone-daurelie-valognes/

 

  • Le secret de Pembrooke Park de Julie Klassen

Le Secret de Pembrooke Park

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/08/28/le-secret-de-pembrooke-park-de-julie-klassen/

Et vous, quelles sont les plus belles lecture de cette année 2017 ?

Les auteurs qui me font me précipiter à la librairie à chaque fois (ou presque !) qu’ils publient un livre

Comme tous les lecteurs et lectrices, assidus ou pas, je suis certains auteurs de très près. Que leur dernier opus m’ait fait passer un moment mémorable ou un pas, je ne peux m’empêcher de découvrir leur dernier né. Alors, certes, parfois je suis un peu déçue mais, jamais je ne regrette. Quelque chose d’indéfinissable dans leur écriture fait que, à chaque fois, j’en redemande !

Voici ces auteurs dont je ne peux me détacher depuis plusieurs années :

  • Douglas Kennedy, auteur américain qui décrit de façon assez critique la société américaine.

Résultat d’image pour douglas kennedy

  • Paul Auster, auteur new-yorkais qui parle de sa ville comme personne !

Résultat d’image pour paul auster

  • Camilla Läckberg, auteure suédoise de polars qui vient de sortir le 10 ème tome de sa saga.

Résultat d’image pour camilla läckberg

  • Arnaldur Indridason, auteur islandais de polars dont le personnage récurrent fut très longtemps Erlendur Sveinsson.

Résultat d’image pour arnaldur indridason

  • Amélie Nothomb, auteure belge imprévisible.

Résultat d’image pour amélie nothomb

  • Yasmina Khadra, qui est pour moi une des plus belles plumes contemporaines.

Résultat d’image pour yasmina khadra

Plus récemment, j’ai découvert de nouvelles plumes, enfin nouvelles pour moi, et depuis, non seulement je suis chacune de leur sortie mais j’essaie aussi de me procurer leurs titres précédents :

  • Barbara Abel, spécialiste de thrillers psychologiques et pour notre plus grand plaisir, la reine de la manipulation.

Résultat d’image pour barbara abel

  • Solène Bakowski, ma nouvelle plume préférée 😉

Résultat d’image pour solène bakowski

  • Agnès Martin-Lugand, de la légèreté et une pointe de romance que je lis toujours avec plaisir

Résultat d’image pour agnès martin lugand

  • Avec Rachel Cusk, fin à l’omerta. Elle parle de domesticité et de rapports hommes- femmes sans tabous.

Résultat d’image pour rachel cusk

  • Katherine Pancol. J’ai adoré ces deux trilogies. Alors non, ce n’est pas de la grande littérature mais ce n’est pas ce que je recherchais en la lisant.  Trois baisers fait partie de ma PAL

Résultat d’image pour katherine pancol

  • Delphine De Vigan. LE COUP DE COEUR de ces derniers semaines. J’aurais pu la découvrir avant mais…c’est ainsi ! 😉

Résultat d’image pour Delphine de Vigan

Certains ont publié seulement deux ou trois romans, mais j’attends le(s)  suivant(s) avec impatience :

  • Aurélie Valognes. Léger et agréable.

Résultat d’images pour aurélie valognes

  • Ragnar Jonasson. Un mélange d’Arnaldur Indridason et d’Agatha Christie, écrivaine qu’il admire particulièrement.

Résultat d’images pour ragnar jonasson

  • Johana Gustawsson, une très belle découverte. Entre le polar et le roman historique.

Résultat d’images pour johana gustawsson

  • Armelle Carbonel. Une écriture presque poétique.

Résultat d’images pour armelle carbonel

 

Et vous, avez-vous ce type de « relation » avec certains auteurs ?

 

 

Des livres inspirés par Jane Austen

Jane Austen c’est Orgueil et préjugés, Raison et sentiments, Emma, Mansfield Park, Persuasion, Northanger Abbey… Mais avec les années, les siècles devrais-je dire, l’auteure qui compte encore à ce jour beaucoup d’admirateurs (et d’admiratrices !) a inspiré bien d’autres romans.

En voici quelques uns, aux styles très différents, que je vais essayer de découvrir au fil du temps. Jusqu’à présent je n’ai lu que Le club Jane Austen de Karen Joy Fowler.

Il y en a tant…

Orgueil & préjugés et zombies

Pour la famille Bennet, qui compte cinq filles à marier, l’arrivée de deux jeunes et riches célibataires dans le voisinage est une aubaine : enfin, des cœurs à prendre, et des bras supplémentaires pour repousser les zombies qui prolifèrent dans la région ! Mais le sombre Mr Darcy saura-t-il vaincre le mépris d’Elizabeth, et son ardeur au combat ? Les innommables auront-ils raison de l’entraînement des demoiselles Bennet ? Les sœurs de Mr Bingley parviendront-elles à le dissuader de déclarer ses sentiments à Jane ? Surtout, le chef-d’œuvre de Jane Austen peut-il survivre à une attaque de morts-vivants ?

Chloé, Constance et Jane Austen

Chloé n’aurait jamais mis les pieds dans un groupe de lecture, si sa grand-mère ne l’y avait pas inscrite, Constance n’aurait jamais rencontré Chloé, si elle n’avait pas espéré trouver l’âme sœur  dans le club en question. Découvrez la rencontre entre deux filles que tout oppose, à commencer par leur opinion sur Jane Austen, pour le meilleur et… pour le pire. Chloé, Constance et Jane Austen est le préquel de la comédie romantique Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille, découvrez vite comment tout a commencé.
La fille qui voulait être Jane Austen
Julie, quinze ans, est habituée aux lubies de sa meilleure amie Ashleigh, même si, à cause d’elle, elle se retrouve parfois dans des situations improbables. Après le roi Arthur, la stratégie militaire ou le ballet, la dernière passion en date de cette éternelle enthousiaste : Jane Austen ! Ashleigh veut à tout prix trouver le M Darcy d’aujourd’hui en participant au bal d’une prestigieuse école de garçons. Et voici les deux inséparables vêtues de crinolines, en chasse pour dénicher le parfait héros austenien… mais attention à ne pas choisir le même (heureux) candidat !
Le Manuscrit perdu de Jane Austen
Après avoir acheté un vieux livre, Samantha McDonough y trouve, coincée à l intérieur, une lettre évoquant un manuscrit « qui a disparu à Greenbriar, dans le Devon ». L’auteure de cette missive, elle en est sûre, ne peut être que Jane Austen ! Elle se rend alors à Greenbriar et demande au séduisant propriétaire des lieux, Anthony Whitacker, de partir avec elle à sa recherche. Lorsqu’ils découvrent les feuillets, ils sont immédiatement absorbés par ce roman inédit. En se plongeant dans ce récit du passé, tous deux écrivent leur propre histoire qui risque de les changer à tout jamais.
Le club Jane Austen
La Californie, par un été caniculaire. Les grandes et les petites histoires d’un club singulier qui compte six membres. Soit un pour chaque livre de Jane Austen. Car, comme d’autres jouent au bridge, cinq femmes et un homme se rencontrent régulièrement autour de l’œuvre de la plus grande romancière anglaise. S’ensuit une sublime chronique sur l’air du temps où la voix de Jane Austen vient éclairer l’éternelle tragicomédie des sentiments, et son tourbillon de rencontres, d’épreuves, de séductions et de jeux entre l’impossible et le possible que seul peut dénouer l’amour. Car, comme vont le découvrir les membres du club, il n’est peut-être de plus belle fiction que la plus ordinaire des vies.
Le Mystérieux Secret de Jane Austen: Inspiré de la Vie de Jane Austen - Nouvelle Version
NOUVELLE VERSION Je n’ai pas la prétention d’avoir le fin talent de la très célèbre Jane Austen, mais il me tenait à cœur de vous raconter cette histoire poussée par mon admiration pour les écrits et par la vie de cette grande romancière anglaise. Au fil des pages, vous serez certainement saisie par les émotions en parcourant les premières années de sa vie et de celles de son écriture. Cependant, attendez-vous à être surpris par la mystérieuse romance qui s’est animée sous le sceau de ma plume. Il se pourrait même que vous ne vous en remettiez jamais ! Et si d’aventure, vous souhaitiez poursuivre cette lecture, il vous faudrait le faire sans soulever le moindre sourcil. Alors, peut-être qu’il vous sera dévoilé l’un des mystérieux secrets de Jane Austen : pourquoi ne fut-elle
fiancée qu’une seule nuit à Harris Bigg-Wither ? Seule cette histoire saurait vous le dire…
Confessions d'une fan de Jane Austen
Après sa rupture, Courtney Stone noie son chagrin avec un verre
d alcool dans une main et un roman de Jane Austen dans l autre. Un matin, elle se réveille non pas dans son lit à Los Angeles, ni même dans son propre corps, mais dans la chambre d une autre femme, à l époque de la Régence anglaise. Même si Courtney n était pas préparée à l inconfort de la vie au xixe siècle, elle ne manque pas d y trouver un certain charme et surtout d être captivée par l énigmatique Mr Edgeworth, qui pourrait bien ne pas être le coureur de jupons qu’elle pensait…
Tribulations d'une fan de Jane Austen
1813. Fille de gentilhomme anglais, Jane rêve d une autre vie que
celle d épouse dévouée. Mais, elle était loin d imaginer qu’elle se
réveillerait un matin dans le corps d une dénommée Courtney, au
xxie siècle. Jane va devoir s adapter à ce monde étourdissant, où une
jeune femme peut se rendre à une entrevue galante sans chaperon…
Son seul point commun avec Courtney semble être la passion
qu’elles vouent à Jane Austen. Jusqu’à sa rencontre avec Wes, jeune
homme tout aussi troublant que celui qui lui a brisé le cœur au xixe
siècle…
Le Journal de Mr Darcy
À travers la rédaction de son journal, Darcy nous dévoile le tréfonds de son âme. Déchiré entre les devoirs de l’honneur dus à son rang et ses sentiments naissants pour la charmante Elizabeth Bennet, il s’interdit de tomber amoureux.
Cher Mr Darcy
Amanda Grange nous offre une épistolaire du classique de Jane Austen : Orgueil et Préjugés. Une série de lettres nous dévoile comment l’énigmatique Mr Darcy surmonte son deuil après la mort de son père bien-aimé; comment il va gérer relation le liant au scandaleux Mr Wickham et surtout comment il va succomber aux charmes de la spirituelle Elizabeth Bennet malgré ce que lui dicte son rang.
Darcy Gentleman, Tome 1: Une telle assembléeDarcy Gentleman, Tome 2: En vain ai-je luttéDarcy Gentleman, Tome 3: Un mot de vous
Orgueil et Préjugés a passionné des millions de lectrices qui se sont éprises du beau Mr Darcy. Pourtant, Jane Austen se garde bien d en révéler trop sur ce personnage fascinant. Qui est-il vraiment ? Pamela Aidan se livre à une exploration passionnante qui nous entraîne dans le Hertfordshire où Darcy rend visite à Charles Bingley, et tente de repousser les avances de Caroline, la sœur de son ami. Alors que son attirance pour Elizabeth Bennet ne fait que croître, il voit d’un mauvais œil la relation qu’elle entretient avec son pire ennemi…
Le Journal du capitaine Wentworth
Persuasion. Le point de vue de Wentworth
Lorsque Frederick Wentworth, promis à une brillante carrière dans la Marine, et Anne Elliot se rencontrent, ils tombent amoureux et se fiancent. Mais la marraine de la jeune femme la persuade de mettre fin à cette union.
Des années plus tard, après être devenu capitaine et avoir fait fortune, Wentworth la retrouve. Il s’aperçoit très vite que ses sentiments pour Anne n’ont pas changé. Elle est toujours belle et pleine d’esprit. La vie leur accordera-t-elle une seconde chance ?
Le Journal de Mr KnightleyLe Journal de Mr Knightley
Jane Austen et l'Arlequin
En ce début d’hiver 1804, Jane Austen et son frère Harry se réjouissent d’assister au grand bal costumé organisé par la duchesse de Wilborough. C’est pourtant en service commandé qu’ils sont priés de participer aux réjouissances : lord Trowbridge ne leur a-t-il pas demandé de surveiller sa fille, la turbulente Desdemona, sujette aux emportements amoureux ? En effet, une discussion entre deux admirateurs ne tarde pas à tourner au pugilat. A l’issue de la fête, c’est le corps sans vie de l’arlequin blanc qui est retrouvé une dague au manche d’or plantée dans le cœur… Auteur reconnue et appréciée pour avoir su dépeindre avec habileté et talent les mœurs de son temps, Jane Austen n’a pas eu la vie terne et rangée que lui prêtent souvent les biographes officiels. Stéphanie Barron, qui en a fait son héroïne, le prouve une nouvelle fois ici.
Jane Austen et le prisonnier de Wool House
Nous sommes en 1807 à Southampton en pleine période de guerre navale entre la France de napoléon et l’empire britannique. C’est là que vivent Jane Austen et son frère Franck, capitaine dans la Royal Navy momentanément sans vaisseau. Le meilleur ami de Franck, le capitaine Tom Seagrave, est accusé par son premier lieutenant Eustace Chessyre du meurtre d’un capitaine français alors que ce dernier venait de se rendre. Le cas est grave car il est contraire aux lois de la guerre et Seagrave risque la pendaison… Franck, convaincu de l’innocence de son ami, va tut mettre en œuvre pour le sauver. Mais l’affaire est complexe et l’arme du crime est bien le poignard de Seagrave…
Jane Austen et l'héritage du Comte
Brisée par la mort brutale de l’amour de sa vie, Jane Austen emménage dans sa nouvelle résidence à Chawton Cottage dans le Hampshire. Stupéfaite, elle apprend que feu Lord Harold Trowbridge a fait d’elle l’exécutrice testamentaire d’un legs extraordinaire : une malle du Bengale pleine de correspondances secrètes et de journaux intimes. Il l’a aussi désignée pour écrire les mémoires du Gentleman auquel ont appartenu ces documents. Désireuse de respecter les dernières volontés de son amant, elle se met à l’ouvrage sans tarder lorsqu’une découverte macabre va bouleverser son existence, un cadavre est enterré dans la cave de sa nouvelle demeure. Aussitôt le clan Austen se trouve plongé au cœur d’un scandale nourri par les habitants de ce village de province où, d’évidence, les étrangers ne sont pas les bienvenus…
Jane Austen à Canterbury
Malgré l’écrasante chaleur de cet été 1805 et les incessantes rumeurs d’invasion napoléonienne, la bonne société du Kent frémit à l’approche de la semaine hippique de Canterbury. Amour du jeu, passion de la victoire, tensions de la défaite… les abords d’un champ de courses recèlent mille distractions aux yeux de Jane Austen, marquée par le décès récent de son père et venue quêter du réconfort chez son frère Neddie, juge du comté. Mais le meurtre de Mrs Grey, élégante amazone et courtisane notoire, ainsi que la disparition du principal suspect, gentleman à la réputation apparemment irréprochable, vont lui faire apparaître les arcanes d’un monde trouble, où les écheveaux criminels se parent des masques de la respectabilité…
Avez-vous lu certains de ces romans ? 🙂

Ma folie Jane Austen

Je pense que je ne suis pas née au bon siècle… 😉

Ma passion pour Jane Austen, et son univers, n’est plus un secret. Aujourd’hui, je viens de faire la découverte de trois petits bijoux. Je n’ai pas pu m’empêcher d’en offrir un à ma bibliothèque. Du coup, ma décision est prise : je vais me relancer dans la lecture des œuvres de cette grande dame, découvertes il y a de nombreuses années maintenant.

Vais-je ressentir la même émotion que la première fois ?

Je vous ferai bien sûr un retour…

Et vous, aimez- vous Jane Austen ?

Mes 10 livres favoris à ce jour

Parce que les goûts changent, parce que les lectures se multiplient au fur et à mesure des années, je vous présente la liste de mes dix livres favoris A CE JOUR. Ce ne sont pas tous des chefs d’œuvre. Et pourtant, ils ont su me transporter comme peu y sont parvenus.

Faire une telle liste n’a pas été facile. Je suis une grande admiratrice de Jane Austen, Paul Auster et Douglas Kennedy. Et pourtant aucun livre de ces auteurs n’apparait dans mes choix. Pourquoi ? Eh bien parce qu’en ce qui les concerne, c’est l’intégralité de leur œuvre que j’admire…

Voici ma liste, susceptible de changer à tout moment. Quelle serait la vôtre ?

Millenium de Stieg Larson

Millénium : Intégrale : Les hommes qui n'aimaient pas les femmes ; La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette ; La reine dans le palais des courants d'air

Doit-on encore présenter la Saga Millenium ?? 😉

– Le Petit prince d’Antoine de Saint-Exupéry

Le petit prince

Bon, Le petit prince non plus…Mais tout de même ! 😉

Imaginez-vous perdu dans le désert, loin de tout lieu habité, et face à un petit garçon tout blond, surgi de nulle part. Si de surcroît ce petit garçon vous demande avec insistance de dessiner un mouton, vous voilà plus qu’étonné ! À partir de là, vous n’aurez plus qu’une seule interrogation : savoir d’où vient cet étrange petit bonhomme et connaître son histoire.
S’ouvre alors un monde étrange et poétique, peuplé de métaphores, décrit à travers les paroles d’un « petit prince » qui porte aussi sur notre monde à nous un regard tout neuf, empli de naïveté, de fraîcheur et de gravité. Très vite, vous découvrez d’étranges planètes, peuplées d’hommes d’affaires, de buveurs, de vaniteux, d’allumeurs de réverbères.
Cette évocation onirique, à laquelle participent les aquarelles de l’auteur, a tout d’un parcours initiatique, où l’enfant apprendra les richesses essentielles des rapports humains et le secret qui les régit : « On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux. »

Harry Potter de J. K. Rowling

Harry Potter, I : Harry Potter à l'école des sorciers

Pas la peine non plus de présenter Harry Potter 🙂

Le joueur d’échecs de Stephen Zweig

Le Joueur d'échecs

Qui est cet inconnu capable d’en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu’antipathique ? Peut-on croire, comme il l’affirme, qu’il n’a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.
Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l’inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets de l’isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.
Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit le personnage avec une ironie douloureuse, « pourrait servir d’illustration à la charmante époque où nous vivons ».

     – L’attentat de Yasmina Khadra

L'attentat

Amine, chirurgien israélien d’origine palestinienne, a toujours refusé de prendre parti dans le conflit qui oppose son peuple d’origine et son peuple d’adoption, et s’est entièrement consacré à son métier et à sa femme, Sihem, qu’il adore. Jusqu’au jour où, au cœur de Tel Aviv, un kamikaze se fait sauter dans un restaurant, semant la mort et la désolation. Toute la journée, Amine opère les victimes de l’attentat, avec pour tout réconfort l’espoir de trouver le soir l’apaisement dans les bras de Sihem. Mais quand il rentre enfin chez lui, au milieu de la nuit, elle n’est pas là. C’est à l’hôpital, où le rappelle son ami Naveed, un haut fonctionnaire de la police, qu’il apprend la nouvelle terrifiante : non seulement il doit reconnaître le corps mutilé de sa femme mais on l’accuse elle, Sihem, d’être la kamikaze… Amine ne peut tout d’abord admettre que sa femme, qui n’a jamais manifesté un attachement particulier à la cause palestinienne, ait pu commettre un acte aussi barbare. Pourtant, il doit se résoudre à accepter l’impossible quand il reçoit le mot qu’elle lui a laissé. Alors, pour comprendre comment elle a pu en arriver à une telle extrémité, il s’efforce de rencontrer tous ceux qui l’ont poussée à ce geste fou. Et doit écouter sans répit une vérité qu’il ne peut pas entendre.

  – La voix d’Arnaldur Indridason

La Voix

Mauvaise publicité pour l’hôtel de luxe envahi par les touristes ! Le pantalon sur les chevilles, le Père Noël est retrouvé assassiné dans un sordide cagibi juste avant le traditionnel goûter d’enfants. La direction impose la discrétion, mais le commissaire Erlendur Sveinsson ne l’entend pas de cette oreille. Déprimé, assailli par des souvenirs d’enfance douloureux, il s’installe dans l’hôtel et en fouille obstinément les moindres recoins…

      – Jane Eyre de Charlotte Brontë

Jane Eyre

Jane Eyre, orpheline à dix ans, est maltraitée par les Reed chez qui elle a été placée. Envoyée à Lowood, une institution rigide, elle y souffre de privations et de nouvelles brimades. Elle s’y fait une amie, Helen Burns, emportée par une tuberculose due aux mauvaises conditions sanitaires de l’internat – tout comme Maria Brontë, morte en bas âge à Cowan Bridge.
Jane saura pourtant s’adapter et – tout comme Charlotte Brontë – devient professeur après six ans d’études. Une annonce passée dans un journal lui permet de devenir gouvernante : la voilà chargée de l’éducation d’Adèle, la protégée de Mr Rochester, riche propriétaire du château de Thornfield-Hall… dont elle s’éprend sans savoir qu’il est mariée à une folle enfermée au grenier. Elle l’apprendra le jour même de leurs noces…

Gatsby le magnifique de F. Scott Fitzgerald

Gatsby le magnifique

New York, années folles… Dans sa somptueuse demeure de Long Island, Jay Gatsby organise de fastueuses réceptions où les invités se pressent en foule. Mais leur hôte ne cherche à éblouir qu’une seule personne : Daisy Buchanan. Elle est élégante, riche, séduisante, mais elle est la femme d’un héritier millionnaire… Avec ce texte devenu un classique, Fitzgerald, sur un air de jazz et une coupe de champagne à la main, met à nu le Rêve américain et écrit l’un des plus beaux romans du XXe siècle, ici présenté dans la traduction de référence, par Jacques Tournier.

– Dix petits nègres d’Agatha Christie

Dix petits nègres / Christie, Agatha / Réf: 28807

Dix personnes apparemment sans point commun se retrouvent sur l’île du Nègre, invités par un mystérieux M. Owen, malheureusement absent. Un couple de domestiques, récemment engagé, veille au confort des invités. Sur une table du salon, dix statuettes de nègres. Dans les chambres, une comptine racontant l’élimination minutieuse de dix petits nègres. Après le premier repas, une voix mystérieuse s’élève dans la maison, reprochant à chacun un ou plusieurs crimes. Un des convives s’étrangle et meurt, comme la première victime de la comptine. Une statuette disparaît. Et les morts se succèdent, suivant le texte à la lettre. La psychose monte. Le coupable se cache-t-il dans l’île, parmi les convives ?

  – En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut

En attendant Bojangles

Devant leur petit garçon, ils dansent sur « Mr. Bojangles » de Nina Simone. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir et la fantaisie. Celle qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible. Elle les entraîne dans un tourbillon de poésie pour que la fête continue, coûte que coûte. L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.