Une odyssée américaine de Jim Harrison

Titre : Une odyssée américaine

Auteur : Jim Harrison

Editeur : J’ai lu

Genre : Littérature américaine

Date de sortie : 21/08/2010

Présentation

Plaqué par sa femme à soixante-deux ans, Cliff quitte tout et prend la route. II traverse les Etats-Unis de part en part, bientôt rejoint par la peu farouche Marybelle. Parfois mélancolique, toujours truculent, ce voyage lui apportera – t-il la renaissance tant recherchée ?

Auteur

Résultat d’images pour jim harrison

Né en 1937 dans le Michigan, Jim Harrison a publié près de trente livres parmi lesquels Légendes d’automne, Dalva, La route du retour ou De Marquette à Veracruz, qui l’ont imposé comme l’un des plus grands auteurs américains de notre temps. Son dernier ouvrage, Les jeux de la nuit, est paru aux Editions Flammarion.

Mon avis

Mon premier Jim Harrison. Une belle balade au cœur des Etats-Unis en compagnie de Cliff, ce sexagénaire en quête d’une seconde vie. Après avoir été professeur puis fermier, récemment divorcé, cet homme qui aime la pêche, les femmes et l’alcool part à l’aventure, dans son propre pays, dans le but de rebaptiser les différents états et de donner un autre nom aux oiseaux. Etrange projet pour un homme qui ne l’est pas moins. Ce personnage est vraiment intéressant et très attachant. Très charismatique aussi. J’ai vu en lui un double de l’auteur, moi qui ne connais Jim Harrison qu’à travers les documentaires de François Busnel.

J’ai adoré partager son périple. J’ai lu ce road book en un clin d’œil. Ce qui importent ici, ce ne sont pas tant les actions, peu nombreuses, mais davantage les descriptions. Ce qui priment dans Une odyssée américaine, ce sont les états d’âme du protagoniste à travers une nature qu’il affectionne tant et dont il ne peut se passer.  On perçoit aisément son grand cœur derrière ce côté un peu bourru à ce solitaire qui a aussi besoin des autres.

Digressions et retours sur des tranches de vie, critique de la société, réflexion à propos de celle-ci.

Des grands espaces à perte de vue. Des rivières. Et de la poésie.

Mon premier Jim Harrison. Ce ne sera pas mon dernier. Celui-ci est, parait-il, loin d’être son meilleur. Je vais voir cela …

 

Publicités

Je suis un écrivain frustré – José Angel Manas

Titre : Je suis un écrivain frustré

Auteur : José Angel Manas

Editeur : Nouvelles plumes

Genre : Littérature étrangère

Date de sortie : 18/04/2019

Présentation

Un professeur d’université, critique littéraire célèbre, écrivain sans succès, fait du lecteur le confident épouvanté, prisonnier de la logique criminelle.

Auteur

José Angel Mañas

José Angel Mañas est né en 1971 à Madrid où il vit actuellement. Il a fait des études d’Histoire contemporaine à l’Université autonome de Madrid, mais également dans le Sussex en Angleterre et en France à Grenoble.
Après des débuts fulgurants dans le monde des lettres à 20 ans, il a écrit six romans, dont deux ont été adaptés au cinéma en Espagne et un en France par Patrick Bouchitey sous le titre Imposture.

Mon avis

Mon retour sur cette lecture sera bref. Je n’ai pas été conquise par ce bouquin. Mais alors, pas du tout. Au début, j’ai trouvé la lecture plutôt sympathique. Le thème du professeur d’université qui veut devenir écrivain. Un critique à l’âme d’artiste, tourmenté par cette fièvre créatrice qui sommeille en lui. Le tout dans un décor urbain qu’est la ville de Madrid. Séduisant tout ça…

Puis, le protagoniste est vite devenu antipathique à mes yeux. Grossier et sans intérêt. Le fait qui soit empli de tourments ne fait pas tout, tout de même 😉

Le style est simple mais pas désagréable. L’histoire était attractive, à la base, mais pas assez fouillée.

Une parenthèse littéraire pour moi.

Peut-être ce livre plaira-t-il aux amateurs de lectures à la fois légères et un peu déjantée. Car oui, c’est un peu déjantée tout ça ! Je n’ai rien contre habituellement mais là, clairement, le charme n’a pas opéré…

 

Vers de nouveaux horizons…

Bonjour à tous,

J’avais en tête depuis un moment de créer un second blog plus  » généraliste « , qui parlerait de mes passions et hobbies, autre que la littérature. Oui oui, j’en ai d’autres !  Après maintes et maintes hésitations, je me suis lancée. Après tout, qu’ai-je à perdre ? 😉

Nous sommes le 29 juin, anniversaire de mon papa. En cette période de canicule, cloîtrée chez moi, la clim’ à fond ( je sais, ce n’est pas très bon mais ce n’est plus supportable ce manque d’air), je me lance dans cette nouvelle aventure. Qu’est ce que j’attends de cette expérience ?

Une petite présentation qui vous en dira plus sur mon projet :

 » Blog d’une trentenaire qui vit dans le sud de la France, maman d’un loulou de 5 ans. J’ai décidé de tenir ce blog afin de me rappeler à quel point chaque jour est unique. Chaque journée est faite de petites choses, ou parfois de plus grandes ! On a tendance à l’oublier je trouve.

Lectures, séries et cinéma, arrêts gourmets et gourmands, escapades touristiques et culturelles, voyages, shopping, activités en famille ou entre amis…Bref, la vie quoi 😉 Elle est si précieuse !

Bienvenue à vous qui passez par là !  »

Voici le lien du blog : https://lespetiteschosesduquotidien.home.blog/

N’hésitez pas à venir y faire un tour. Merci pour votre indulgence, c’est un nouveau né ! Il faut lui laisser le temps…

A très vite

Mes petits +++ de 2018

Je vous présente mes lectures de 2018, mieux vaut tard que jamais(!), qui n’ont pas fait partie de mes coups de cœur mais que j’ai beaucoup aimées et que je voudrais remettre en avant !!! Qui sait, peut-être que cela vous donnera des idées… 😉😁😆 Je les avais déjà présentées sur ma page facebook La bibliothèque de Céline ainsi que sur mon compte Instagram Céline180013

Dans un ordre non étudié, les voici :

– La vraie vie de Adeline Dieudonné

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/10/25/la-vraie-vie-adeline-dieudonne/

– Helena de Jérémy Fel – Les fils de la poussière de Arnaldur Indridason

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/09/20/helena-de-jeremy-fel/

– Sótt de Ragnar Jonasson

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/10/22/sott-ragnar-jonasson/

– Je t’aime de Barbara Abel

 

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/05/23/je-taime-de-barbara-abel/

– Défaillances de B.A PARIS

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/01/04/defaillances-de-b-a-paris/

– Les jumeaux de Piolenc de Sandrine Destombes

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/08/28/les-jumeaux-de-piolenc-sandrine-destombes/

– Âmes soeurs de John Marrs

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/01/31/ames-soeurs-de-john-maars/

Quand j’y repense…De bons moments !

Connaissez-vous ces titres ? En avez-vous lus ?

Mon top 3…enfin 4 « contemporain » 2018

Je vous présente mon top 4 ( eh oui, j’étais partie pour un top 3 mais je n’ai pas pu trancher…) de romans contemporains lus en 2018.

– La servante écarlate de @therealmargaretatwood aux éditions @robert_laffont

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/01/12/la-servante-ecarlate-de-margaret-atwood/

– Khalil de @yasminakhadraofficiel aux @editions_julliard

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/01/12/la-servante-ecarlate-de-margaret-atwood/

– La pluie, avant qu’elle tombe de Jonathan Coe aux éditions @editions_gallimard

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/07/01/la-pluie-avant-quelle-tombe-de-jonathan-coe/

– La symphonie du hasard livre 1 de @douglaslkennedy aux éditions @editionsbelfond

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2017/11/29/la-symphonie-du-hasard-livre-1-de-douglas-kennedy/

Hors thriller, ce sont ces quatre romans que j’ai préférés cette année. La servante écarlate pour l’originalité du sujet et la plume tranchante de l’autrice ; Khalil pour le sujet traité avec tant d’élégance dans le choix des mots ; La pluie, avant qu’elle tombe pour la multitude d’émotions ressenties et la symphonie du hasard livre 1 parce que j’ai adoré me plonger dans le monde de l’édition new yorkais et que j’ai dévoré ce bouquin sans même m’en apercevoir.

Quand je repense aux moments passés en compagnie de ces livres, je ressens un petit pincement au cœur…
Un grand merci aux auteurs qui par leurs mots m’ont ravie. La lecture est très présente dans ma vie quotidienne qu’ils rendent bien douce 💟

Mon top thriller 2018

Dans mon top thriller 2018 que je vous livre avec un peu de retard toujours dû à mes problèmes techniques, on retrouve :

– Un cri sous la glace de @camillagrebe aux éditions @calmann.levy et @livredepoche

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2019/02/03/un-cri-sous-la-glace-camilla-grebe/

– Innocente de Amy Lloyd aux éditions @hugothriller

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/04/06/innocente-amy-lloyd/

– Les chiens de Détroit de @jeromeloubry aux éditions @calmann.levy

https://labibliothequedecelineblog.wordpress.com/2018/07/31/les-chiens-de-detroit-de-jerome-loubry/

Et bien sûr, je vous les conseille sans plus attendre si ce n’est pas déjà fait 😉

 

La femme qui ne vieillissait pas – Grégoire Delacourt

Titre : La femme qui ne vieillissait pas
Auteur : Grégoire Delacourt
Editeur : J.C Lattès
Genre : Littérature française
Date de sortie : 28/02/2018
Mon avis
Je confirme, je ne suis pas fan des lectures audio. J’ai toutefois voulu retenter l’expérience, des années après avoir lu La princesse des glaces : le premier opus de l’excellente saga de Camilla Läckberg et Une place à prendre de J.K.Rowling.

Je préfère sentir le papier entre mes doigts, avancer dans l’histoire à mon rythme. C’est officiel 😉 Je trouve néanmoins l’histoire extrêmement bien racontée. Le ton de l’actrice correspond à la perfection à la voix que je m’imaginais concernant la protagoniste. Celle que j’aurais entendue dans ma tête si j’avais eu le livre format papier entre mes mains.

J’en viens donc à la conclusion que la plume de l’auteur est belle et élégante à l’image de la voix  » classe » de l’actrice. Les mots sont joliment posés. Tout est dit avec pudeur et délicatesse.
Voilà : Délicatesse. C’est exactement le mot qui, à mon sens, caractérise cette oeuvre. C’est joli, c’est poli. D’ailleurs ce roman n’en est pas tout à fait un. Mi roman-mi conte, Martine, la protagoniste ne vieillit pas. Le temps passe mais il n’a pas d’effet sur elle. Sur son visage. Sur son corps.
Qui ne rêverait pas d’une éternelle jeunesse ? L’idée est séduisante, n’est ce pas ?! De prime abord, on aimerait tous être touchés par ce qu’on peut très rapidement considérer comme une bénédiction. Mais, c’est sans penser au fait que, si Martine semble donc en quelque sorte bénie, il n’en est pas de même pour son entourage. Et cela crée des tensions, des quiproquos, des problèmes au point de perturber complètement sa vie.
Les débuts sont longs : nous avons droit nous lecteurs à des détails sur sa courbe de croissance, sur son évolution physique au fil de son enfance et de son adolescence. Des précisions que j’ai parfois trouvées un peu rébarbatives même si l’on comprend très vite sur quel terrain l’auteur veut nous amener. Une fois les descriptions achevées, je me suis laissée conter la vie de cette femme. Je me suis laissée doucement emportée.

Un moment agréable pour une jolie petite lecture dont le thème jeunesse-beauté est le centre des préoccupations de bien des femmes. Ce n’est néanmoins pas un coup de cœur.

Présentation

À quarante-sept ans, je n’avais toujours aucune ride du lion, du front, aucune patte d’oie ni ride du sillon nasogénien, d’amertume ou du décolleté; aucun cheveu blanc, aucune cerne; j’avais trente ans, désespérément. »

Il y a celle qui ne vieillira pas, car elle a été emportée trop tôt.

Celle qui prend de l’âge sans s’en soucier, parce qu’elle a d’autres problèmes.

Celle qui cherche à paraître plus jeune pour garder son mari, et qui finit par tout perdre.

Et puis, il y a Betty.

L’auteur
Grégoire Delacourt est écrivain et publicitaire né à Valenciennes en 1960. L’écrivain de la famille, paru en 2011 est son premier roman. Il a reçu de nombreux prix. La liste de mes envies, son second roman a été acheté par 27 pays et a fait l’objet d’une adaptation au théâtre puis d’une adaptation cinématographique. La femme qui ne vieillissait jamais est son septième roman.