Chloé, Constance et Jane Austen de Marie Vareille

Précipitez-vous, c’est gratuit et c’est sur Amazon et Kobo !!! Vous n’aurez qu’une seule envie à l’issue de cette lecture : vous procurer Je peux très bien me passer de toi .
Présentation
Chloé n’aurait jamais mis les pieds dans un groupe de lecture, si sa grand-mère ne l’y avait pas inscrite, Constance n’aurait jamais rencontré Chloé, si elle n’avait pas espéré trouver l’âme sœur  dans le club en question. Découvrez la rencontre entre deux filles que tout oppose, à commencer par leur opinion sur Jane Austen, pour le meilleur et… pour le pire.
Chloé, Constance et Jane Austen est le prequel de la comédie romantique Je peux très bien me passer de toi de Marie Vareille, découvrez vite comment tout a commencé.
Je peux très bien me passer de toi
L’ auteure…par l’auteure !
Marie Vareille

J’ai eu mon premier coup de foudre à six ans et demi, le jour où j’ai lu un roman pour la première fois. Diplômée en management de l’ESCP-Europe et de l’Université de Cornell aux Etats-Unis, j’ai commencé dans la vie active dans le secteur du marketing en faisant de la communication web pour des start-ups. Je n’ai pour autant jamais oublié mon amour des histoires et j’ai longtemps écrit tous les matins avant d’aller travailler.

À force de coucher sur papier (enfin, sur écran…), les récits plus ou moins rocambolesques qui foisonnent dans ma tête depuis que je suis toute petite, je me suis retrouvée à écrire des livres. Il paraît même qu’il y a des gens que je ne connais pas qui les lisent…

Je me consacre donc désormais à l’écriture et suis l’auteure de trois romans feel-good :Ma vie, mon ex et autres calamités (City Editions, 2014), Je peux très bien me passer de toi (Editions Charleston, 2015 – 1er Prix Confidentielles 2015), et Là où tu iras j’irai (Fayard/Mazarine 2017); ainsi que d’un roman jeunesse : Elia, la Passeuse d’âmes (2016), qui a remporté 4 prix : celui du meilleur roman jeunesse du Parisien/Aujourd’hui en France, le Prix Pierre Bottero 2017, le Prix de la PEEP Maroc 2017 et le Prix des Dévoreurs 2017.

Grande lectrice depuis toujours, je partage aussi mes coups de cœur littéraires sur mon blog, marielitenpyjama.com

Mon avis

J’avais, il y a deux ou trois semaines, écrit un article qui répertoriait quelques romans inspirés par cette grande dame que j’adore. J’ai nommé Jane Austen, l’intemporelle ; celle qui deux cents ans après sa mort fait toujours beaucoup parler d’elle. Plus que ça encore, elle inspire les écrivains qui se servent de ses ingrédients : personnages, thèmes, ton…pour écrire leurs propres histoires. Des romans que j’ai bien l’intention de découvrir.

Hier soir, j’ai commencé par Chloé, Constance et Jane Austen sans trop savoir à quoi m’attendre. Je savais seulement qu’il s’agissait du prequel de la comédie romantique Je peux très bien me passer de toi. Eh bien laissez-moi vous dire que je suis ressortie enchantée de cette lecture ! Tout commence joliment. Une petite ambiance cosy au sein d’un groupe de lecture qui se réunit autour d’une tasse de thé et partage son amour des livres. Le ton est donné dès le début : c’est léger, bien écrit et plein d’humour. Le lecteur fait connaissance avec les personnages : Monique, l’apprenti écrivain qui est aussi une commerciale hors pair, toujours prête à sortir de sac son premier roman qu’elle s’empressera de vous vendre ; Chloé qui débarque un peu par hasard, inscrite par sa grand-mère ; puis Constance, qui pense avoir déjà vu Chloé. Mais où ?

Une entrée en matière très prometteuse. Petit bémol : j’aurais souhaité davantage de références sur Jane Austen. Je compte donc sur la suite pour satisfaire mon envie !

A vos liseuses ! 🙂

Publicités

Trois nouvelles de Jean -Louis Bouzou

Je vous présente trois nouvelles actuellement gratuites en format numérique sur Amazon et Kobo

Titres : Là où tout s’arrête, Entendre le monde, La liseuse

Auteur : Jean-Louis Bouzou

Genre : Nouvelle

Présentation des trois nouvelles

Là où tout s’arrête

61iKmiTXokL._UY250_

Parti de Belgentier, une quinzaine d’années auparavant, afin de fuir une situation embarrassante, Julien revient au pays, assister aux obsèques de son ami d’enfance : Pierre… Cependant la vie est parfois pleine de surprises et derrière cette mort, se cache une nouvelle vie… là, où tout s’est arrêté.

Entendre le monde

61WqhTMvKkL._UY250_

Il y a un peu plus de deux ans, après une sévère dépression, suite à une rupture sentimentale, je quittai Marseille pour venir m’installer dans un petit village de l’arrière-pays : Tourrières.
Lorsque j’arrivai, la commune était en pleine effervescence : un enfant avait disparu qui fut rapidement retrouvé par le Père Pantosque : un vieil homme étrange qui allait changer pour toujours le cours de ma vie…

La liseuse

61Zl-3yAEIL._AC_US160_

Un peintre décide de réaliser un tableau réaliste et, pour ce faire, fait appel en tant que modèle à sa meilleure amie. La toile – un pur chef-d’œuvre –, est aussitôt acquise, mais…

Mon avis sur les trois nouvelles

Il m’aurait été difficile de parler de ces trois nouvelles de façon séparée. En effet, si Entendre le monde est composée de soixante dix pages environ (sur liseuse), les deux autres nouvelles sont extrêmement courtes. Pas même vingt.

D’une manière générale, je peux dire que je suis contente de ma découverte. J’ai apprécié le fait que l’action se déroule en Provence, chez moi et c’est avec un petit sourire que j’ai accueilli les personnages et leur franc-parler. Entendre le monde et La liseuse présentent quelques similitudes, notamment au niveau du style puisque du « fantastique » s’est glissé à l’intérieur des deux textes, ce qui rend la lecture plaisante. Les références au sud de le France, notamment dans Entendre le monde, sont décrites avec beaucoup de justesse. De ce fait, elle permettent au lecteur de s’évader ; un point primordial en lecture !

Là où tout s’est arrêté, est plus terre à terre et ne présente pas une grande originalité même si le petit effet de surprise de la fin est appréciable. J’ai trouvé le texte un peu plat. Très court. Trop. L’histoire aurait certainement gagné à être un peu plus développée

Jean-Louis Bouzou a une écriture fluide, sans prétention, qui sait nous embarquer.

Un bon petit moment de lecture !