L’ordre du jour – Eric Vuillard

Titre : L’ordre du jour

Auteur : Eric Vuillard

Edition : Actes Sud

Genre : Littérature française

Date de sortie : 29/04/2017

Présentation

Ils étaient vingt-quatre, près des arbres morts de la rive, vingt-quatre pardessus noirs, marron ou cognac, vingt-quatre paires d’épaules rembourrées de laine, vingt-quatre costumes trois pièces, et le même nombre de pantalons à pinces avec un large ourlet. Les ombres pénétrèrent le grand vestibule du palais du président de l’Assemblée ; mais bientôt, il n’y aura plus d’Assemblée, il n’y aura plus de président, et, dans quelques années, il n’y aura même plus de Parlement, seulement un amas de décombres fumants.

Auteur 

Résultat d’images pour eric vuillard

Ecrivain et cinéaste né en 1968 à Lyon, Eric Vuillard a reçu le prix Ignatius-J.-Reilly 2010 pour Conquistadors (Léo Scheer, 2009), le prix Franz-Hessel 2012 et le prix Valery-Larbaud 2013 pour Congo et La bataille d’Occident (Actes Sud, 2012). Egalement parus chez Actes Sud : Tristesse de la terre (2014), prix Joseph-Kessel 2015, et 14 juillet (2016), prix Alexandre-Vialatte 2017.

Mon avis 

Un livre que j’ai lu par curiosité. J’en avais, bien sûr, beaucoup entendu parler l’année dernière suite au prix qu’il avait reçu. Si je ne l’avais pas vu trôner fièrement sur l’étagère de la médiathèque de ma commune, je ne suis pas certaine que je l’aurais lu.

Je sors de ma zone de confort. J’en suis même à des lieues. Qu’en dire alors ?

Un récit intéressant qui m’a permis de me pencher sur un sujet sur lequel j’ai bien des lacunes. Je l’ai trouvé tout à fait abordable et plutôt agréable à lire car il va à l’essentiel.  Un chapitre de l’histoire qu’on ne peut oublier et qui nous est bien conté même si ce n’est pas la qualité littéraire qui est ici, à mes yeux, sur le devant de la scène, mais davantage les événements historiques. Je ne m’attendais d’ailleurs pas à ce que le livre soit basé aux trois-quarts sur l’Anschluss.

Un moment agréable donc. De là à lui accorder le Prix Goncourt…Je ne sais pas…

Publicités

Charles Draper – Xavier de Moulins

Titre : Charles Draper

Auteur : Xavier de Moulins

Editions : JC Lattès – Livre de poche

Genre : Littérature française

Date : 10/02/2016 – 12/09/2018

Présentation

À la demande de Mathilde, Charles a quitté Paris et son appartement de la rue de Vaugirard pour s’installer à la campagne avec leurs deux filles, le rêve d’une vie. Une vie au vert, rythmée par ses allers -retours vers la capitale pour s’occuper de sa société. Le bonheur de Mathilde n’a pas de prix, tout le monde le sait, Charles ferait tout pour sa famille.
Alors pourquoi Mathilde est-elle de plus en plus distante ?
Est-ce le regret de Paris, de sa vie d’avant ? Le voisin, Clément, qui lui a montré la voie d’un ailleurs possible ? Ou bien ce reflet dans le miroir, ces quelques kilos en trop qui ont surgi sur la balance, ce profil d’homme mûr, moins ferme que dans leur jeunesse ?
Il y a forcément quelque chose. Si seulement Charles pouvait comprendre…

Apparence, apparences, mensonges et faux-semblants : chez Xavier de Moulins, les héros ont tous cette beauté éclatante, solaire, qui cache les plus noirs secrets

Auteur

Résultat d’images pour xavier de moulins

Xavier de Moulins est journaliste, présentateur du 19h45 sur M6 et de l’émission 66 Minutes. Depuis Que ton règne vienne, paru en 2014 aux Editions J.-C. Lattès, il explore les ressorts et les mécanismes du couple et de la famille dans ce qu’ils ont de plus moderne.

Mon avis

Un roman que j’ai lu d’une traite dans le train Marseille – Bordeaux.

Charles Draper, un homme avec des préoccupations de femme…!

J’avoue avoir pris plaisir à le voir se triturer l’esprit ce monsieur Draper  😉 Il veut raviver la flamme de son couple. Son épouse ne le regarde plus de la même façon et cette situation l’insupporte. Il est persuadé que les premiers signes du vieillissement en sont la cause et décide de faire de l’exercice physique, d’avoir une alimentation saine, une hygiène de vie draconienne. Charles Draper fait des efforts. Beaucoup d’efforts. Des efforts que peu d’hommes sont prêts à fournir…Malgré cela, son épouse est toujours aussi distante. Il la croit infidèle. Ses doutes virent à l’obsession. Il supporte de moins en moins d’être séparé de sa famille restée à la campagne quatre jours par semaine pendant que lui est bloqué à Paris avec sa société de déménagement. Le fossé entre Charles et son épouse se creuse chaque jour un peu plus.

Lorsque Charles est immobilisé après un excès de sport, whisky et cigarettes emplissent sa nouvelle vie. Depuis son canapé qu’il ne quitte plus, il peut observer sa femme de plus près. La tension monte. Charles Draper n’est pas au bout de ses surprises. Tout comme le lecteur…

Un dénouement absolument insoupçonnable. Carrément époustouflant qui m’a laissée bouche bée. Cette histoire ne fait que confirmer mes pensées : chaque être humain possède sa part d’ombre et renferme, à double tour, des secrets qu’il s’efforce à tout prix de garder. Une fois, ces secrets révélés, certaines personnes peuvent s’avérer machiavéliques.

On ne connaît jamais vraiment une personne.

Un roman agréable dans lequel le suspense ne manque pas. Une écriture simple sans fioriture. Mon premier de Xavier de Moulins que j’appréciais déjà beaucoup comme journaliste.

Une belle découverte que je dois à Caroline Noël du blog Carobookine. Merci Caroline ! 🙂

 

Qui a tué mon père – Edouard Louis

Titre : Qui a tué à mon père

Auteur : Edouard Louis

Genre : Littérature française

Editions : Le seuil puis 1

Date de sortie : 03/05/2018

Présentation

 » L’histoire de ton corps accuse l’histoire politique.  »

Auteur

Edouard Louis

 Edouard Louis a publié deux livres, En finir avec Eddy Bellegueule et Histoire de la violence, qui ont été traduits dans une trentaine de langues et font l’objet d’adaptations théâtrales et cinématographiques. Il a créé la collection  » Des mots  » aux Presses Universitaires de France et donne régulièrement des cours et des conférences dans des universités américaines et dans de nombreux lieux culturels à travers le monde.

Mon avis 

Je découvre l’auteur avec cet opus. Un écrivain dont j’avais beaucoup entendu parler ; les qualités de sa plume m’ont souvent été vantées.

Je commencerai avec un petit bémol que je garde généralement pour la fin : je n’ai pas eu le temps de profiter de la belle écriture d’Edouard Louis dans ce tout petit livre qui compte un peu moins de cent pages. Si les émotions sont bien présentes à la lecture de cet affrontement père-fils, je déplore néanmoins que le plaisir ait été de si courte durée. J’aurais souhaité une analyse plus poussée même si, il est évident que, ce ne sont pas les intentions de l’auteur.

Parce que les mots sont bien choisis et le style percutant.  J’en redemande encore !

Il y a peu d’amour dans ce foyer et beaucoup trop de violences physiques et morales. L’enfant en souffre. Il n’en est pas le seul. Le père regrette parfois son emportement.  Mais sa colère semble faire partie de lui. Tout comme ses perpétuelles humiliations qu’il fait vivre à son fils. Un fils qu’il veut dur ! Qu’il veut homme ! Qu’il veut viril ! Un fils qu’il ne parvient pas à accepter tel qu’il est. J’ai eu le cœur serré à plusieurs reprises. Notamment lorsque le père se rend compte de sa façon d’agir.

La mère est presque inexistante. Les rares fois où elle s’exprime, elle se fond à la perfection dans le décor… Quelle tristesse !

Une descente au cœur du milieu ouvrier. Un environnement rude dans lequel les gens souffrent. Qui sont les responsables de cette misère sociale qui se répercute irrémédiablement dans les rapports familiaux ? Pas de point d’interrogation dans le titre. Il semblerait que pour l’auteur la question ne se pose même pas…

Khalil de Yasmina Khadra

Titre : Khalil

Auteur : Yasmina Khadra

Genre : Roman francophone

Editeur : Julliard

Date de sortie : 16/08/2018

Présentation

Vendredi 13 novembre 2015. L’air est encore doux pour un soir d’hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d’explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l’acte. Il fait partie du commando qui s’apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?
Dans ce nouveau roman, Yasmina Khadra nous livre une approche inédite du terrorisme, d’un réalisme et d’une justesse époustouflants, une plongée vertigineuse dans l’esprit d’un kamikaze qu’il suit à la trace, jusque dans ses derniers retranchements, pour nous éveiller à notre époque suspendue entre la fragile lucidité de la conscience et l’insoutenable brutalité de la folie.

Auteur

Résultat d’images pour yasmina khadra

Yasmina Khadra est l’auteur de la trilogie Les Hirondelles de Kaboul, L’Attentat et Les Sirènes de Bagdad. La plupart de ses romans sont traduits dans une cinquantaine de pays. L’Attentat (prix des Libraires 2006) et Ce que le jour doit à la nuit (meilleur livre 2008 pour le magazine Lire) ont déjà été portés à l’écran et une adaptation des Hirondelles de Kaboul en film d’animation sortira en salles courant 2018.

Mon avis

La plume de Yasmina Khadra…

Yasmina Khadra est un de mes auteurs préférés. Ses mots, toujours justes, me transportent. Je me laisse bercer par leurs flots. J’écoute, docile, l’histoire qu’il m’est contée. Sa plume est belle. Délicate. Presque poétique.

Khalil est un roman empli d’émotions sur un thème très sensible qu’est celui de la radicalisation. Déjà dans L’attentat, roman centré sur le même thème, j’avais été bouleversée. Je ressors de cette lecture chamboulée.

Qu’en dire ? Comment trouver les mots ? Khalil est un jeune homme qui a choisi son destin. Et par la même occasion celui de ceux qui croiseront sa route. Il est déterminé. Rien ne peut l’arrêter. Il est persuadé de faire ce qu’il faut. Il ment à son entourage. Avec brio. Ses funestes pensées sont insoupçonnables. La personnalité de ce kamikaze est narrée avec une telle clarté que ça en est troublant. Voir avec ses yeux est un exercice dérangeant d’un point de vue éthique bien sûr mais sublime d’un point de vue littéraire. Face à ce personnage, Rayan, un de ses amis d’enfance, a pris la direction opposée. Celle des bancs de l’école puis des études supérieures. Pour lui, pas de petits boulots, ni de trafics. Rayan est intégré dans la société belge. Il a travail stable, un bel appartement et une fiancée qui n’est pas musulmane. Il est loin de s’imaginer ce qu’est devenu son ami, jusqu’au moment où…

Les deux jeunes hommes s’opposent dans un combat d’une intensité incroyable. Chacun défend ses idées. Jusqu’à l’indéfendable. Quand force et faiblesse se côtoient. Quand la frontière entre les deux n’existent plus.

Yasmina Khadra est un magicien qui manie les mots avec une telle subtilité que les personnages et les situations apparaissent comme transparents. Le chemin qu’a parcouru Khalil. La façon dont il est tombé dans ce sombre engrenage. Une telle lucidité dans les mots m’a parfois fait froid dans le dos.

Ce livre m’a donné la chair de poule. Une de mes plus belles lectures du moment. La rentrée littéraire commence merveilleusement bien.

 

Les prénoms épicènes – Amélie Nothomb

Titre : Les prénoms épicènes

Auteur : Amélie Nothomb

Genre : Littérature francophone

Editeur : Albin Michel

Date de sortie : 22 août 2018

Présentation

« La personne qui aime est toujours la plus forte. »

Auteure

Amélie Nothomb, nom de plume de la baronne Fabienne Claire Nothomb, née en 1966 à Etterbeek (Région de Bruxelles-Capitale), est une romancière belge.

Auteur prolifique, elle publie un ouvrage par an depuis son premier roman, Hygiène de l’assassin (). Ses romans font partie des meilleures ventes littéraires et certains sont traduits en plusieurs langues.

Ce succès lui vaut d’avoir été nommée commandeur de l’ordre de la Couronne et d’avoir reçu du roi Philippe le titre personnel de baronne. Son roman Stupeur et Tremblements a remporté en 1999 le Grand prix du roman de l’Académie française.

En 2015, elle est élue membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

Mon avis 

Amélie Nothomb est une auteure qu’on adore ou qu’on déteste. Je schématise peut-être un peu sans être pour autant très éloignée de la vérité. Personnellement, je fais partie de la première catégorie et, comme tous les ans, je suis au rendez-vous.

Après Frappe-toi le cœur que j’avais particulièrement aimé, je me laisse séduire cette année par Les prénoms épicènes. En voilà un joli doublé. Si l’auteure belge m’avait précédemment déçue avec quelques uns de ses titres, je retrouve la plume qui m’a envoûtée il y a fort longtemps déjà. Les pages, toujours peu nombreuses certes, défilent entre mes doigts. A une vitesse vertigineuse. De telle sorte que je ne me rends pas compte que je suis debout chez mon libraire, et que celui-ci me prie de poser le livre ou bien de l’acheter.  Tout d’abord, je ne comprends pas ce qu’il me dit. J’ai été arrachée à l’histoire avec une telle violence que j’ai dû mettre quelques secondes pour réaliser ce qui était en train d’arriver. Je lui assure que je repartirai avec le livre. Un moment d’égarement. Je prends néanmoins plutôt mal sa remarque étant donné l’argent que je laisse tous les mois en cet endroit. Bref, je décide de passer sur cet événement, je paie mon livre et rentre le terminer sur mon fauteuil là où personne ne m’interrompra plus ! 😉

Une histoire originale. Une plume qui ne l’est pas moins. J’ai l’habitude. Et c’est précisément ce qui m’attire. Il s’agit ici d’amour filial ou plutôt d’absence d’amour. Des ravages que ce néant peut engendrer et qu’il ne faut surtout pas sous-estimer. Le deuxième thème est la vengeance. Une longue et lente vengeance qui appellera à tous les sacrifices et causera des dégâts.

Des dialogues durs dans lesquels les protagonistes se livrent sans langue de bois. Des paroles sans filtre. Des sentiments inavouables avoués sans détour. Des vies peu ordinaires malgré les apparences. Ces apparences si trompeuses qui priment sur la réalité. Ses émotions qui vous rongent de l’intérieur. En silence.

Un bel opus qui me laissera le goût d’un agréable souvenir. Celui d’un rendez-vous furtif qu’on souhaite renouveler aussitôt achevé…

Le voisin – Tatiana de Rosnay

Titre : Le voisin

Auteur : Tatiana de Rosnay

Genre : Littérature française – Suspense

Edition : Plon / Le livre de poche

Date de sortie : 2000 / 2011

Présentation

Un mari souvent absent. Un métier qui ne l’épanouit guère. Un quotidien banal. Colombe Barou est une femme sans histoires. Comment imaginer ce qui l’attend dans le charmant appartement où elle vient d’emménager ? À l’étage supérieur, un inconnu lui a déclaré la guerre. Seule l’épaisseur d’un plancher la sépare désormais de son pire ennemi… Quel prix est-elle prête à payer pour retrouver sommeil et sérénité ? Grâce à un scénario implacable, Tatiana de Rosnay installe une tension psychologique extrême. Situant le danger à notre porte, elle réveille nos terreurs intimes.

Auteure

Née en 1961, Tatiana de Rosnay est franco-anglaise. Auteur notamment de Elle s’appelait Sarah (best seller international vendu à plus de 9 millions d’exemplaires dans le monde et adapté au cinéma), Boomerang et Rose (Prix Hauserman), elle est l’écrivain français le plus lu en Europe en 2011. Elle vit à Paris avec sa famille.

Mon avis 

Mon premier Tatiana de Rosnay. Pourquoi ai-je tant tardé ? Je ressors de ma lecture quelque peu bouleversée.

Colombe s’est mariée très vite. Trop vite. Elle a été mère très tôt. Trop tôt. Elle est aujourd’hui installée dans une vie d’épouse et de mère qui ne laisse que peu de place à son existence de femme. Hors du ménage, elle travaille à mi-temps pour un éditeur en tant que nègre. Elle rêve d’écrire son propre roman mais n’en trouve pas la force. Car, elle est ainsi Colombe : réservée, effacée, s’excusant presque de vivre. Ecrasée par la forte personnalité de son mari et de sa sœur, elle étouffe. Doucement. Silencieusement. Sans faire de remous. Jusqu’au jour où…

Ce quotidien pèse de plus en plus dans la quotidien de la protagoniste. La famille a déménagé dans un bel appartement. L’occasion de redonner un peu d’éclat à sa vie ? Colombe y croit une fraction de seconde. Jusqu’à ce que son voisin, peu de temps après son installation, lui fasse mener un véritable cauchemar. A son image. Tout en délicatesse et en subtilité. L’existence de Colombe vire au noir.

J’ai lu ce livre le soir, lorsque ma maison était endormie. Tout comme Colombe, je me suis posée mille questions sur ce qu’elle était en train de vivre. Mieux. J’ai parfois vécu les événements avec elle. J’ai guetté les bruits et hésité à me lever. Je ne suis pas très téméraire… Comment aurais-je réagi à sa place ? Le manque de réactivité amène parfois à des situations irréversibles. Nous en avons ici l’illustration.

L’écriture, irréprochable de l’auteure, offre une forte tension psychologique. Jusqu’à la fin, j’ai été en apnée. Que va-t-il arriver à la gentille Colombe ? Son existence prendra quelle orientation ? J’ai été tenue en haleine par l’intrigue du début à la fin.

Petit bémol : certaines situations, lors du dénouement, m’ont paru quelque peu improbables.

Ma prochaine lecture de cette auteure sera L’appartement témoin. Parce que ce qui se passe de l’autre côté de la porte, au sein d’un foyer, cette différence entre ce qu’on imagine et ce qui est m’intrigue. Enormément.

Haut les cœurs ! Caroline Noël

Titre : Haut les cœurs !

Auteur : Caroline Noël

Genre : Littérature française

Editeur : Charleston

Date de sortie : 22/05/2018

Présentation 

Les amies, les amours, les enfants, un boulot passion, sans compter le succès de son blog de voyages… La vie de Chloé était si belle jusqu’à ce qu’elle assiste, incapable de réagir, à un événement bouleversant. En l’espace d’une seconde, la jeune femme sait que plus rien ne sera comme avant…
Sous le choc, elle décide de ne rien dire. À personne. Mais le silence est un lourd fardeau à porter. Désormais, tout semble s’enrayer dans sa vie. Comme si on lui avait coupé les ailes.
En pensant compter sur ses amies proches, Ada, Jess, et Mila, Chloé va se rendre compte que certaines décisions ne peuvent être prises qu’en solitaire. Leur amitié tiendra-t-elle le choc ? Et qu’en sera-t-il de son couple ?

Auteure 

Afficher l’image source

Grande lectrice, jeune maman de deux garçons, Caroline Noel a créé en 2016 son blog Carobookine, dont le succès n’est plus à faire.

Afficher l’image source

Elle a été membre 2016 du Prix Relay des Voyageurs-Lecteurs, membre du comité de lecture Cultura 2016, juré du Prix du Livre Romantique en 2017, Lectrice Charleston 2017 et Lectrice-Jurée 2017 du Grand Prix des Lectrices ELLE. Elle organise régulièrement des apéros-littéraires dans les librairies de son entourage. Haut les coeurs ! est son premier roman.

Mon avis 

Une belle bouffée d’oxygène ! Si la canicule m’avait plus ou moins ôté toute énergie, ce roman m’a regonflée à bloc ! 😉

Chloé, l’héroïne, est une femme assez exceptionnelle. Elle mène une vie à cent à l’heure. Mariée, maman de trois enfants, hôtesse de l’air et à la tête d’un blog de voyages qui connaît un franc succès, la jeune femme trouve encore du temps, et pas qu’un peu, pour ses amies. La trentenaire est sur tous les fronts ! J’avoue avoir éprouvé à plusieurs reprises de l’admiration pour le personnage. Si son côté  » super woman  » peut lui valoir de ne pas toujours être aimée, eh bien oui soyons honnêtes(!), on ne peut détester Chloé trop longtemps. Malgré son obsession pour l’organisation, cette volonté de sauver les apparences coûte que coûte jusqu’au point de parfois arranger un peu la vérité afin que sa vie lui semble plus douce, à ses yeux et à ceux des autres, comme nous toutes, elle a des failles. Des failles qui se apparaissent ce matin-là où rien ne le laisse présager. Comme à son habitude, elle part faire un footing lorsque le spectacle qui se déroule sous ses yeux lui laissera longtemps des séquelles. Des séquelles qu’elle souhaite taire. Un silence qui ne sera pas sans conséquence sur son quotidien et ses relations aux autres. Car, est-il possible de tout se dire entre amies ou dans un couple ? La transparence existe-t-elle ? Avons-nous tous notre petit jardin secret ?

Un bon roman résolument moderne qui met en exergue les difficultés (mais aussi les joies) d’être une femme au 21ème siècle et qui a suscité chez moi un certain nombre de réflexions sur l’amitié et son importance, la vie de famille et son quotidien pas toujours aisé. Les facultés qu’a l’héroïne d’être à la fois une épouse, une mère, une amie, le tout en vivant sa vie comme elle l’entend sont remarquables. Une vie sans chaines. Celles avec lesquelles nous avons toutes plus ou moins tendance à nous ligoter.

Si vous ressentez une petite baisse d’énergie, je vous recommande ce roman ! Si ce n’est pas le cas, je vous le recommande également ! Sa fraîcheur vous fera passer un excellent moment de lecture. Assurément !