La Coupure – Fiona Barton

Titre : La Coupure

Auteur : Fiona Barton

Editeur : Fleuve éditions

Genre : Thriller

Date de sortie : 13/09/2018

Présentation

Quand quelques lignes en bas de la colonne des brèves révèlent la découverte d’un squelette de bébé sur un chantier de la banlieue de Londres, la plupart des lecteurs n’y prêtent guère attention. Mais pour trois femmes, cette nouvelle devient impossible à ignorer.
Angela revit à travers elle le pire moment de son existence : quarante ans auparavant, on lui a dérobé sa fille à la maternité. Depuis, elle cherche des réponses.
Pour Emma, jeune éditrice en free lance, c’est le début de la descente aux enfers, car ce fait divers risque fort de mettre son secret le plus noir à jour et de détruire sa vie à jamais.
Quant à Kate, journaliste de renom et avide d’une bonne story, elle flaire là le premier indice d’une affaire qui pourrait bien lui coûter quelques nuits blanches.
Car toutes les histoires ne sont pas bonnes à être publiées… Encore moins quand elles font resurgir des vérités que personne ne souhaite connaître.

L’auteure

Résultat d’images pour fiona barton

Fiona Barton est journaliste et formatrice internationale dans les médias. Elle a notamment écrit pour le Daily Mail, a été rédactrice pour le Daily Telegraph et rédactrice en chef du Mail on Sunday. Née à Cambridge, elle vit aujourd’hui dans le Sud-Ouest de la France. La Coupure est son second roman après La Veuve qui l’a immédiatement propulsée sur le devant de la scène du thriller. Ses œuvres sont traduites dans une trentaine de pays.

Mon avis 

Les lectures se suivent et ne se ressemblent pas.

Dès les premières pages, j’ai su que ça le ferait 😉

Voici un thriller qui m’aura fait passer un très bon moment. J’ai particulièrement apprécié la galerie de personnages féminins réunis  suite à une macabre découverte.  Angela, prête à tout pour obtenir la vérité sur son enfant disparu des décennies plus tard ; Emma qui s’apprête à revivre un cauchemar dont personne ne connait l’existence ; Jude, la mère de celle-ci puis Kate : la journaliste qui compte bien écrire un article sur l’événement. Sans surprise : la vie de ces trois femmes va se croiser.

Pas de grand twist final dans ce thriller mais des éléments du dénouement que, néanmoins, je n’avais pas vu venir tout de suite. Peu importe. A mes yeux, ce n’est pas ce qui compte une fin qui me laisserait bouche bée. Bien sûr, c’est un petit plus, je ne le nie pas. Toutefois, ce que je recherche avant tout c’est me laisser porter jusqu’à la fin sans trouver le temps long, en prenant du plaisir à tourner les pages. Et c’est précisément ce qui s’est produit avec La Coupure. Fiona Barton possède l’art de la narration. Les chapitres courts ,qui laissent tour à tour chacun des personnages s’exprimer, est un exercice littéraire que j’aime beaucoup. Au fil des pages les protagonistes nous livrent des bribes de leur vie et disséminent çà et là des informations qui donnent envie aux lecteurs d’en savoir toujours plus. La narration ne s’essouffle pas. Mon intérêt grandit, ma curiosité est attisée face à la psychologie des héroïnes qui est vraiment bien narrée. Le style est simple et efficace. Les protagonistes sont attachantes. Le tout fait que c’est réussi !

Et ce petit côté british dans l’intrigue, vraiment j’adore !

Une lecture que je vous conseille donc !

Merci à Fleuve éditions d’avoir organisé ce sublime concours de Noël qui m’a permis de gagner 15 livres dont celui-ci !

 

 

Publicités

Ce soir je vais tuer l’assassin de mon fils – Jacques Expert

Titre : Ce soir je vais tuer l’assassin de mon fils

Auteur : Jacques Expert

Edition : Le livre de poche

Genre : Policier / Thriller

Date de sortie : 18/05/2011

Présentation

Quand son fils meurt, renversé par un chauffard qui a pris la fuite, Antonio Rodriguez jure à sa femme qu’il le vengera. Tandis que l’enquête piétine, il finit par découvrir le meurtrier, un cadre supérieur de sa propre entreprise dont l’attitude lui paraît très suspecte. Pourtant, un jour, les gendarmes l’informent qu’ils viennent d’arrêter le coupable. Les preuves sont formelles, l’homme est passé aux aveux. Mais ce n’est pas le même individu. Dans ce roman à quatre voix – Antonio et sa femme, Sylvia, l’assassin et son épouse –, se noue un ballet macabre, autour du thème de l’autodéfense : qui Antonio Rodriguez va-t-il tuer ce soir ?

L’auteur

Résultat d’images pour jacques expert

Après une carrière de grand reporter, Jacques Expert est aujourd’hui directeur des programmes de RTL, auteur de la série « Les Grands Criminels de l’Histoire », et de neuf polars salués par le public.

Mon avis

Ah, ok…Voici ma réaction à la lecture de ce livre.

Je viens de lire le dernier mot de l’histoire mais je ne le sais pas encore. Je tourne la page et là, plus rien. Il manque un chapitre, non ? Non, dommage. J’aurais bien aimé une fin un peu moins…abrupte ! Alors, ce chapitre  » manquant  » ne gêne en rien la compréhension. Le dénouement est clairement explicité. Néanmoins, les détails manquent. Tant pis, lectrice (ou lecteur). C’est à toi de faire appel à ton imagination.

Malgré tout, je peux dire que j’ai aimé ce bouquin. Je l’ai trouvé captivant.  Et ce, en dépit des petits défauts que je lui reconnais. Le style est simple, un peu trop diraient certains ? Les personnages sont très caricaturaux. Le premier chapitre s’ouvre sur un des protagonistes qu’on ne tarde pas à détester. Il est carrément insupportable. Hautain, suffisant. A Claquer ! A chaque fin de phrase, je me suis dit  » oh, non, il n’a pas pu dire ça ce type « . Eh bien, si ! Et ce n’est qu’un début.

Ne vous fiez pas aux apparences, les personnes les plus fortes ne sont pas toujours celles qu’on croit. Certaines se taisent pendant des années et puis un jour, elles prennent leur revanche. Et les conséquences sont irréversibles. Tragiques. Ne vous fiez pas aux apparences, non. Car rien n’est immuable. En une seconde à peine, des habitudes peuvent être effacées. Des années balayées.

Certains passages m’ont émue. Le sujet est sensible, d’autant plus quand on est parent.

A quoi l’être humain ne serait-il pas prêt pour échapper à la honte et au déshonneur ? Jusqu’où irait – il pour conserver une vie paisible ? Oh, il est prêt à aller loin, très loin…N’en doutez pas !

 

 

Irrespirable – Olivia Kiernan

Titre : Irrespirable

Auteur : Olivia Kiernan

Editeur : Hugo Thriller

Genre : Thriller

Date de sortie : 18/10/2018

Présentation

Entre Le Poète et Le Silence des agneaux, Olivia Kiernan signe son entrée parmi les plus grands.

Irréversible
Dublin. Le docteur Eleanor Costello, scientifi que respectée, est retrouvée morte chez elle. Suicide ?

Implacable
À peine remise des coups reçus lors de sa précédente affaire, la commissaire Frankie Sheehan se voit confi er l’enquête. La disparition du mari d’Eleanor puis la découverte d’une deuxième et bientôt d’une troisième victime lui prouvent qu’elle est en présence d’un tueur en série. Et que ce tueur aime jouer avec la mort.

Irrespirable
Victimes consentantes, sites BDSM,  » near death experiences « , chambres de torture, meurtres filmés et ritualisés : jusqu’à sa confrontation finale avec le tueur, Frankie va s’immerger dans ce que l’âme humaine a de plus noir et de plus pervers. Un noir absolu, malgré les taches de bleu de Prusse, ce pigment utilisé par Chagall et que l’on retrouve sur les victimes comme une signature.

L’autrice

Née en Irlande, Olivia Kiernan vit aujourd’hui en Angleterre. Traduit dans de très nombreux pays, Irrespirable est son premier roman. Elle publiera en 2019 une nouvelle enquête de la commissaire Frankie Sheehan.

Mon avis

Un thriller qui fleure bon l’Irlande…

Je remercie les éditions Hugo Thriller pour leur confiance renouvelée. Et avec toutes mes excuses pour la looonnngue attente. J’ai enfin retrouvé mon ordi, après bien des péripéties et j’essaie de rattraper le retard niveau chroniques…

En voilà un thriller pour le moins original. Le premier élément que j’apprécie dans Irrespirable, c’est l’originalité de celui-ci. Des thrillers, j’en lis. Beaucoup. Une redite de ce que je connais déjà, vous vous en doutez, ne m’emballe pas plus que ça même si certains se lisent tout de même très bien.

Mais ici, c’est autre chose. Dans le style notamment. L’intrigue a néanmoins toute son importance. Tout comme les éléments qui l’entourent. L’autrice, à travers la narratrice, passe tout au peigne fin. L’utilisation du présent, la description des actions décrites avec précision confère à l’histoire un rythme haletant. Les actions s’enchaînent. Et moi je suffoque. Le caractère glauque du passe temps de certains protagonistes, je n’en dirais pas plus bien sûr(!) donne un petit côté sombre, juste ce qu’il faut. Alors certes, c’est pervers, mais tout à fait soutenable ! C’est une âme sensible qui vous le dit ! On avance à tâtons. On ne sait pas trop où on met les pieds. Et pourtant, on a indéniablement envie d’avancer. De savoir.

Aurons-nous le plaisir d’embarquer de nouveau pour l’Irlande et d’enquêter de nouveau avec la commissaire Frankie Sheehan ? Je l’espère en tout cas !

 

La mère parfaite – Aimee Molloy

Titre : La mère parfaite

Auteur : Aimee Molloy

Editeur : Les escales éditions

Genre : Thriller – Thriller psychologique

Date de sortie : 11/10/2018

Présentation

Un thriller électrisant – lorsqu’un enfant disparaît, les masques tombent au sein d’un paisible quartier de Brooklyn.

Nell, Francie et Colette font partie d’un groupe de jeunes mères de Brooklyn qui ont fait connaissance pendant leur grossesse. Le soir du 4 Juillet, pour échapper quelques heures à leur quotidien, elles décident d’organiser une virée dans un bar : un répit bienvenu en ce premier mois d’été caniculaire. Elles parviennent même à convaincre Winnie, la mère célibataire du groupe, de confier son nouveau-né à une baby-sitter. Mais lorsque Winnie rentre chez elle et découvre que son fils a disparu, la soirée tourne au drame.
Dans un Brooklyn étouffant, alors que l’enquête piétine et que la police accumule les erreurs, Nell, Francie et Colette se lancent dans une course effrénée pour retrouver l’enfant.
Jusqu’à ce que les médias s’emparent de l’affaire et fassent de leurs vies, en apparence si parfaites, le centre de toutes les attentions…

En faisant exploser le vernis d’existences bien ordonnées, Aimee Molloy livre une critique grinçante des pressions subies par les mères dans notre société. un roman rare, à la fois captivant et pertinent.

Un best-seller du New York Times dès sa première semaine de parution.

L’autrice
Aimee Molloy
Aimee Molloy vit à Brooklyn avec son mari et ses deux filles. La mère parfaite est son premier roman.
Mon avis 
Allez, je continue dans la mise à jour de mon blog. Si vous me suivez plus ou moins sur facebook sur ma page La bibliothèque de Céline et sur Instagram Céline1980013, cet article sera une redite. Sinon, voilà voilà :

Dès le départ, ce livre avait tout pour me plaire.

Tout d’abord, l’histoire se déroule à New York. Des détails dans l’histoire, nous permettent de humer la ville. Je ne dirais pas que dans ce livre New York est un personnage à part entière, non il ne s’agit pas de ce type de roman. Néanmoins, on est plongé, absorbé au cœur The Big Apple. Le métro, les parcs, les logements exigus, les cafés et muffins à emporter… Vous voyez le tableau 😄 Un tableau que personnellement j’adore.

Au delà de cet aspect, ce sont les mamans qui sont au centre de l’histoire. Une fois de plus, c’est en plein dans le mille pour moi ! J’aime les bouquins qui traitent du quotidien des mères, des difficultés qu’elles rencontrent, de la complexité de gérer leur vie de maman et d’épouse tout en essayant d’avoir une vie professionnelle épanouie. On entre ici au cœur des foyers et cette intrusion sociologique me fascine. A mes yeux, c’est très loin d’être ennuyeux. Bien au contraire !!! Le plausible me plait énormément en littérature.

Et à ces deux éléments, on ajoute une dose de suspense !!! De très bons ingrédients pour une recette succulente même si au début de ma lecture, j’ai buté sur certains aspects. En effet, j’ai eu un peu de mal à comprendre qui était qui étant donné le nombre conséquent de personnages puis, tout est rentré dans l’ordre 😄 Je n’ai même pas eu besoin d’un carnet et d’un crayon pour prendre des notes 😂😂 L’ écriture est agréable, le style également et j’ai pris plaisir à rencontrer ces mamans ( et papa! ) qui ont cherché à obtenir du réconfort en se réunissant. Les apparences peuvent être fort trompeuses lorsqu’on observe son nombril de trop près. Heureusement, certaines personnes font naturellement preuve d’altruisme dans l’adversité : cela pourrait être la morale de cette histoire… Une lecture qui m’a fait passé un très bon moment.

Agatha Raisin enquête, tome 14 – Gare aux fantômes : Qui vivra verra ! MC Beaton

Titre : Agatha Raisin enquête, tome 14 – Gare aux fantômes : Qui vivra verra !

Auteure : MC Beaton

Editeur : Albin Michel

Genre : Humour / Policier

Date de sortie : 31/10/2018

Présentation

Croyez-vous aux fantômes ? Mrs Witherspoon, une vieille mégère détestée de ses voisins et de ses propres enfants, se plaint de visites spectrales. Chuchotements, bruits de pas, brouillard suspect… sa maison serait hantée ! Les blagues vont bon train au village : mensonges ou hallucinations ?
Lorsque la vieille dame meurt dans des circonstances suspectes, plus personne ne rit : s’agit-il d’une farce qui a mal tourné ou d’un règlement de compte ? Mrs. Whiterspoon avait-elle de féroces ennemis ? Quels dangereux secrets abrite sa demeure ?
Agatha Raisin n’a plus l’âge de jouer aux fantômes mais bel et bien celui de traquer des meurtriers. Avec l’aide de son voisin, le charmant Paul Chatterton, elle compte bien démasquer ces « revenants » qui ont déjà fait beaucoup trop de mal.

Auteure

Résultat d’images pour mc beaton

Bon, je ne présente plus MC Beaton… Si ?! Alors, voilà : née en 1936 à Glasgow, Marion Chesney alias M.C. Beaton a été libraire et journaliste avant de devenir un des auteurs de best-sellers les plus lus de Grande-Bretagne avec ses deux séries de romans policiers : Hamish MacBeth et surtout Agatha Raisin qui s’est vendu à plus de 15 millions d’exemplaires dans le monde.

Mon avis

J’achève ce quatorzième tome que j’ai dévoré tout comme les autres. Alors, cette fois-ci, je ne vais peut-être pas faire une chronique détaillée dans la mesure où j’ai chroniqué treize livres de la série précédemment et que ma dernière chronique remonte, il me semble, à deux jours…Donc bon, que dire de plus ? La protagoniste : Agatha Raisin, les habitués la connaissent bien !!!

Comment ça ??? Vous ne connaissez pas Agatha Raisin ?? IN-CRO-YA-BLE !!!! Agatha c’est un mélange de Miss Marple et de …Bridget Jones. Sauf qu’elle a soufflé ces cinquante bougies il y a quelques années déjà. La professionnelle en communication, originaire de Birmigham et qui a exercé des années à Londres, a décidé de s’offrir une retraite anticipée et s’est retirée dans un petit village des Cotswolds : Carsely. A chaque fois que notre quinqua déjantée préférée s’ennuie, le destin met sur son chemin un ou plusieurs meurtres à résoudre ! Et des meurtres, il y en a dans cette magnifique région rurale à l’apparente tranquillité. Car, comme nous le savons tous, les apparences sont trompeuses…

Malgré les multiples rappels à l’ordre de la police, Agatha se mêle toujours de ce qui ne la regarde pas quitte à parfois risquer sa vie.

Comme vous l’aurez compris, humour et légèreté sont au programme !!!

Cerise sur le gâteau dans ce tome : le dénouement nous laisse penser qu’il va y avoir du changement pour notre Agatha internationale ! J’ai donc plus que hâte de lire la suite de ses aventures le 27 février 2019 avec le tome 15 intitulé Bal Fatal.

Bien sûr, je vous conseille de découvrir au plus vite cette série si ce n’est déjà fait…:)

 

 

 

Les jumeaux de Piolenc – Sandrine Destombes

Titre : Les jumeaux de Piolenc

Auteur : Sandrine Destombes

Genre : Thriller / Roman policier

Editeur : Hugo roman (collection Hugo thriller)

Date de sortie : 03/05/2018

Présentation

Août 1989. Solène et Raphaël, des jumeaux de onze ans originaires du village de Piolenc, dans le Vaucluse, disparaissent lors de la fête de l’ail. Trois mois plus tard, seul l’un d’eux est retrouvé. Mort.

Juin 2018. De nouveaux enfants sont portés disparus à Piolenc. L’histoire recommence, comme en macabre écho aux événements survenus presque trente ans plus tôt, et la psychose s’installe. Le seul espoir de les retrouver vivants, c’est de comprendre enfin ce qui est arrivé à Solène et Raphaël. Au risque de réveiller de terribles souvenirs.

Auteur

Sandrine Destombes

Née en 1971, Sandrine Destombes vit à Paris et travaille dans la production d’événements. Les Jumeaux de Piolenc est son cinquième thriller.

Mon avis

LE page turner !!!

Bon, je n’irai pas par quatre chemins : j’ai vraiment beaucoup apprécié ma lecture ! J’en profite donc pour remercier mon partenaire les éditions Hugo thriller pour cette très belle découverte.

Je n’étais pas forcément partie pour découvrir ce titre si tôt étant donné que ma PAL déborde de livres qui la constituent depuis bien plus longtemps que celui-ci. Mais j’ai commencé à lire les premières pages par curiosité puis…les mots ont fait le reste. Les chapitres courts qui s’achèvent par une phrase choc ont fait que j’ai littéralement dévoré cette histoire. J’ai été frappée par le syndrome classique du « encore un chapitre et j’arrête ». Eh bien oui, qu’est-il arrivé aux jumeaux Solène et Rafaël en 1989 ? La disparition de ces enfants a fait beaucoup de ravages dans le village et il semblerait que, même trente ans plus tard, lorsque le drame connaît des rebondissements, certains habitants soient encore et toujours à la recherche de la vérité. La détresse du père, l’acharnement de l’ancien policier, l’amitié qui est née au fil du temps entre ces deux hommes. La disparition d’enfants est un sujet qui est souvent traité dans les thrillers et les polars mais…pas de cette façon !

Autant d’éléments qui ne m’ont laissée indifférente. Beaucoup d’émotions au cours de cette histoire (très) addictive dans laquelle sensibilité et effroi se mêlent. J’avoue avoir été assez mal à l’aise à la lecture de certains passages. Plus on avance et plus les détails sordides sautent au visage du lecteur. Je ne suis habituellement pas friande de ce type d’informations, néanmoins la plume de l’auteure m’a facilité la digestion tout comme le rythme haletant et la remarquable construction du récit. Pas de sang mis en avant mais…une certaine torture psychique.

Un thriller à forte dimension psychologique pour un sujet très sensible. Un prix AMPLEMENT mérité que celui du meilleur thriller français RTL présidé par Michel Bussi.

Une lecture que je vous conseille sans plus attendre. Une histoire très prenante que vous aurez du mal à lâcher. Je peux vous l’assurer !

 

 

Rendez-vous avec le crime de Julia Chapman

Titre : Rendez-vous avec le crime. Une enquête de Samson et Delilah, les détectives du Yorkshire.

Auteur : Julia Chapman

Editeur : La bête noire

Genre : Policier

Date de sortie : 12/04/2018

Présentation

La mort est aveugle.

Quand Samson O’Brien débarque sur sa moto rouge à Bruncliffe, dans le Yorkshire, pour y ouvrir son agence de détective privé, la plupart des habitants voient son arrivée d’un très mauvais œil. De son côté, Delilah Metcalfe, génie de l’informatique au caractère bien trempé, tente de sauver de la faillite son site de rencontres amoureuses. Pour cela, elle décide de louer le rez-de-chaussée de ses locaux. Quelle n’est pas sa surprise quand son nouveau locataire se révèle être Samson – et qu’elle découvre que son entreprise porte les mêmes initiales que la sienne !
Les choses prennent un tour inattendu lorsque Samson met au jour une série de morts suspectes dont la piste le mène tout droit… à l’agence de rencontres de Delilah !

Auteur

Julia Chapman

Julia Chapman est en réalité le pseudonyme de Julia Stagg, auteur de la série Fogas Chronicles qui se déroule dans les Pyrénées françaises. Née en Angleterre, Julia a exercé comme professeur d’anglais au Japon, en Australie, aux États-Unis et en France. Elle a même dirigé une auberge dans les Pyrénées avec son mari pendant six ans. Aujourd’hui, elle habite dans le Yorkshire Dales, dans le nord de l’Angleterre, dont les paysages si typiques lui ont inspiré sa dernière série de romans : Les Détectives du Yorkshire.

Mon avis

Tout d’abord, je voudrais remercier Babelio et La bête noire pour cette découverte. Mon avis sera mitigé. Je m’explique.

J’ai été séduite par les personnages principaux : Samson et Delilah. Samson O’Brien  pourrait paraître caricatural (pas à mon goût) : un homme fort qui débarque à moto dans la ville de son enfance après avoir exercé plusieurs années en tant que policier à Londres. Dès son arrivée, il fait face à l’animosité générale. Tous les habitants le détestent et pourtant, ce dernier saura se faire une petite place parmi eux.  Le décor m’a également attirée : la campagne du Yorkshire et ses alléchantes descriptions. Le côté mentalité rurale, commérages et secrets offrent un arrière plan plutôt agréable. Une jolie toile de fond. Tous les ingrédients sont présents pour proposer à la lectrice friande de policiers anglais que je suis de bons moments de lecture. S’ajoutent, en plus, au gré des pages du thé bien fort accompagné de scones et des descentes au pub autour de tourtes et de bière. Le charme à la british. Je suis comblée.

Néanmoins, j’ai trouvé le devant du tableau bien moins attrayant. L’intrigue est extrêmement longue à se mettre en place. Les personnages secondaires sont (trop) nombreux. Il ne se passe pas grand chose pendant quasiment la première moitié du livre. Ma lecture fut pénible à bien des moments. Pourtant, j’ai poursuivi. Et c’est précisément cette toile de fond à laquelle j’ai précédemment fait allusion qui en fut la cause. J’aurais souhaité plus de suspense. Les morts (suicides ou crimes ?) s’enchaînent et pourtant, il m’a manqué « quelque chose ».

J’ai davantage été séduite par les relations complexes entre les Metcalfe, Lucy, Nathan et le protagoniste que par le côté policier. Ce point permettra-t-il au tome 2 d’acquérir un peu plus de consistance que ce premier opus qui me semble sur certains points un peu décousu ? Je m’essaierai toutefois à sa lecture. Par curiosité. Parce que j’ai malgré tout envie de savoir ce qui va se passer à Bruncliffe, petit village des Vallons du Yorkshire. Dans l’épilogue, l’auteure entrouvre une porte que j’ai bien envie de pousser.

Si une comparaison entre Rendez-vous avec le crime et Agatha Raisin vous a traversé l’esprit, je vous arrête tout de suite. Il n’en est rien. L’écriture de MC Beaton et celle de Julia Chapman (enfin, la traduction du moins) diffèrent en bien des points. La première est bien plus légère. L’humour y est présent, ce qui n’est pas le cas chez Julie Chapman où, entre deux réunions familiales ou amicales, le climat est plus austère.