Phobia / Collectif

Titre : Phobia

Auteur : Collectif

Genre : Thriller

Editions : J’ai lu

Date de sortie : 14/03/2018

Présentation

Dans ce recueil de nouvelles inédites, nos phobies sont disséquées – peur du noir, de la mort, des araignées et même des cons… – et nous lecteurs, sommes malmenés, certes, mais pour la bonne cause !

Mon avis

Je ne suis habituellement pas très friande de recueils de nouvelles mais celui-ci, je ne voulais pas passer à côté. Tout d’abord, parce que son achat contribue à faire une bonne action. Et puis parce que j’étais curieuse de découvrir de nouveaux auteurs ou bien des auteurs que j’ai lus mais dans un autre contexte Et je n’ai pas été déçue. J’ai passé un bon moment de lecture. J’ai frémi, j’ai ri à travers ces histoires très différentes les unes des autres que je ne vous présenterai pas en détails. Pêle-mêle je vous dirais que :  je mettrais une mention spéciale pour la nouvelle d’Armelle Carbonel. Niveau style, je suis conquise à chaque fois par cette auteure tout comme par Johana Gustawsson et sa jolie plume. Niveau humour : la nouvelle de Ian Manook est numéro un ! Niveau angoisse celle d’Olivier Norek m’a fait frémir mais m’a également donné à réfléchir. Jusqu’où ira la tv ? La chute de Jean-Luc Bizien est tordante. Celle de Maud Mayeras m’a touchée. Elle démontre à la perfection à quel point un être triste, fragile et meurtri peut devenir dangereux. Chris Loseus, lui, remettrait les pieds sur terre au plus arrogant d’entre nous. On peut être riche, célèbre et…très seul. Quant à celle de Niko Takian, j’ai envie de dire  » bien fait! » à son protagoniste.

Je vous conseille ce recueil. Vous ne vivrez plus vos phobies de la même façon 😉

 

 

Publicités

INNOCENTE / Amy LLOYD

Titre : Innocente ( The innocent wife )

Auteur : Amy Lloyd

Genre : Thriller

Editions : Hugo thriller

Date de sortie : 15/03/2018

Présentation

Si elle lui fait confiance, pourquoi a-t-elle peur de lui ?
Il y a vingt ans, Dennis Danson était arrêté et emprisonné pour le meurtre d’une jeune fille à Red River, une petite ville de Floride. Alors qu’il est dans le couloir de la mort, Netflix prépare un documentaire sur son histoire pour obtenir la révision de son procès. Les nombreuses erreurs judiciaires commises en attestent : l’arrestation de Danson ressemble à un coup monté.
À des milliers de kilomètres de là, en Angleterre, Samantha, une jeune enseignante, suit le dossier de Dennis avec obsession. Ils commencent une relation épistolaire puis, très vite, Samantha laisse sa vie et ses démons derrière elle pour rejoindre Dennis, l’épouser et œuvrer à sa libération.
Lorsque Dennis est finalement libéré, leur retour à Red River va plonger Samantha dans les eaux troubles d’une communauté recluse, pétrifiée par la haine et hantée par les fantômes de son passé. Mais qui croire et vers qui se tourner, lorsque chacun semble mentir pour protéger ses propres secrets ?

Auteur

Nouvelle plume du thriller psychologique, Amy Lloyd a remporté avec Innocente le prix du meilleur premier roman du Daily Mail.

Mon avis

Tout d’abord, je souhaiterais remercier mon partenaire les éditions Hugo Thriller pour ce fantastique moment de lecture ! Je dois dire que cet éditeur fait vraiment très fort en ce moment. Je vous avais déjà parlé de La JournalisteDéfaillances, Mentor, Âmes sœurs

Aujourd’hui, je vous présente Innocente écrit par Amy Lloyd. Ce thriller vient de remporter le prix Douglas Kennedy. Il le mérite amplement !!!

Je suis tellement enthousiasmée par cette lecture que tout se bouscule dans ma tête. Je vais tout de même essayer de trouver les mots, les plus justes, pour vous faire part de mon ressenti. Lorsque je referme un livre et que je sens les personnages graviter tout autour de moi, c’est que la lecture fut bonne. Mais quand par une froide journée sans soleil, je ressens la moiteur du climat du sud des Etats-Unis, c’est qu’en plus d’avoir lu une histoire, je l’ai vécue.

Dès les premières pages, le malaise est palpable. Sam, professeur en Angleterre est mal à l’aise dans sa vie. Très vite, elle est obsédée par Dennis et son histoire. On ne comprend pas le comportement de la jeune femme.

Ce thriller est un extraordinaire concentré d’émotions dont le décor est un personnage à lui tout seul. J’adore ce type d’histoires. Celles qui me font oublier que je lis, celles qui me font voyager, celles qui me font vivre une autre vie l’espace de quelques heures. Car moi aussi je me trouvais en Floride. J’ai ressenti cette chaleur humide. Je me suis sentie prise au piège dans cet espèce de trou à rats. Tout comme Sam l’héroïne, au fil des pages qui se tournaient seules, j’ai attendu le signal de Dennis, impatiente de m’échapper de cette petite ville, où tout se sait mais où rien ne se dit de façon explicite. Ce lieu empli de secrets plus malsains les uns que les autres. Les habitants m’ont fait froid dans le dos. Lindsey, Howard ; même le policier Harris ne me rassurait pas. La tension, tout au long de ce thriller est délicieusement insoutenable.  » Bon, on s’en va » avais-je envie de supplier Dennis. Dennis qui vient de passer plus de vingt ans en prison. Comment ressortir indemne d’une enfance emplie de violence et d’un si long enfermement dans le couloir de la mort ? Cet homme a des réactions imprévisibles qui font sursauter le lecteur au fil de sa lecture. Il passe en un rien de temps de la violence à la gentillesse. De l’énervement à la douceur. Mais ce qui est assez extraordinaire, c’est qu’il semble toujours se contenir un minimum. Réalise-t-il la situation, cet homme qui semble parfois ne jamais avoir quitté ses dix-huit ans, l’âge qui l’avait en entrant en prison. Sam a du mal à le comprendre. Jalousement, elle voudrait le garder pour elle. Rien que pour elle. Mais c’est sans compter sur l’omniprésence de Lindsey qu’elle a du mal à supporter, elle qui a tout quitté pour lui alors que, finalement, elle ne le connaissait pas. Mais que ne ferait-on pas par… amour, n’est-ce pas ? Enfin, amour…et les différentes formes qu’il peut revêtir.

Le thème de l’importance de l’image est également très présent dans ce thriller. Dennis et  » son équipe » feront tout ce qui est possible pour tirer profit de la situation. L’argent, la célébrité. Décidément, ces deux là s’immiscent dans les moindres failles.

Une lecture que je vous recommande CHAUDEMENT !!! 😉 Vraiment, vraiment, vraiment…

 

 

La femme à la fenêtre de A.J. Finn

Titre : La femme à la fenêtre

Auteur : A.J. Finn

Genre : Thriller

Edition : Presses de la cité

Date de sortie : 8/02/2018

Présentation

Elle a tout vu, mais faut-il la croire ?
Séparée de son mari et de leur fille, Anna vit recluse dans sa maison de Harlem, abreuvée de merlot, de bêtabloquants et de vieux polars en noir et blanc. Quand elle ne joue pas aux échecs sur internet, elle espionne ses voisins. Surtout la famille Russell – un père, une mère et un adorable ado –, qui vient d’emménager en face. Un soir, Anna est témoin d’un crime. Mais comment convaincre la police quand on doute soi-même de sa raison ?

Auteur

Résultat d’images pour aj finn

Editeur et journaliste, A. J. Finn a collaboré à de nombreux titres de presse, comme le Los Angeles Times, le Washington Post et le supplément littéraire du Times. Natif de New York, Finn a vécu dix ans en Angleterre avant de retourner s’installer dans la Grosse Pomme. Avec son premier roman, A. J. Finn a fait une entrée fracassante dans le monde du thriller. La femme à la fenêtre, publié en février 2018 aux Presses de la cité, a été vendu dans trente-huit pays et est déjà en cours d’adaptation pour le cinéma.

« Quand j’étais enfant, mes meilleurs amis étaient Sherlock Holmes et Hercule Poirot. Doctorant, j’ai étudié la littérature policière, en particulier les travaux de Patricia Highsmith et Graham Greene. Après mes études, j’ai passé pratiquement dix ans dans l’édition, à Londres et à New York. Et finalement, j’ai décidé d’écrire moi-même un thriller : La femme à la fenêtre. Je suis devenu un écrivain à plein temps en Janvier 2018 ! »

Mon avis

Un bon petit ( enfin 528 pages tout de même ) thriller comme je les aime. Si La femme à la fenêtre ne révolutionne pas le genre, il m’a fait passer un bon moment et ce, malgré quelques longueurs qui, à mon sens n’apportent pas vraiment un plus à l’histoire. Ces dernières nous permettent de faire plus ample connaissance avec l’héroïne : Anna Fox, cette ancienne pédopsychiatre qui, suite à un traumatisme, est dans l’incapacité de sortir de chez elle. Anna est agoraphobe, fan d’Hitchcock, dépendante de l’alcool et de certains médicaments. Un cocktail explosif ! Elle erre depuis des mois dans sa maison et passe une bonne partie de la journée à la fenêtre, son seul et unique tremplin vers le monde depuis lequel elle scrute les faits et gestes de ses voisins. Un jour, elle voit…quelque chose. Mais dans un tel contexte, il est parfois difficile de démêler le vrai du faux. Pour les autres tout comme pour elle.

Une recette classique mais de bons ingrédients. L’auteur manipule le lecteur, le balade et le tient en haleine à travers le personnage principal d’Anna, une trentenaire à la santé mentale…chaotique. L’écriture est simple et efficace. Il m’a été facile de visualiser les scènes, de déambuler avec Anna, de me familiariser avec son quotidien. Un point important et appréciable. D’ailleurs, je dois dire que seule l’héroïne a su attirer ma sympathie. Son côté solitaire. Sa fragilité et le fait qu’elle soit perturbée sans doute. Quant aux personnages secondaires, j’ai ressenti que très peu d’empathie pour eux. J’ai eu l’impression de ne pas les connaître. Peut-être ne sont-ils pas assez fouillés. Du moins, tel est mon ressenti.

Les pages se tournent vite malgré les quelques longueurs évoquées précédemment. Le suspense est présent même si on ne frissonne pas à toutes les pages. On a envie de savoir. Ce thriller psychologique est addictif.

Je n’ai pas pressenti le dénouement, ce qui représente un point positif supplémentaire bien que je n’accorde pas une importance majeure à la résolution d’une histoire. Pour moi, tout ne se joue pas les dix ou vingt dernières pages. Chacune compte.

 

Derrière les portes de B.A. PARIS

Titre : Derrière les portes

Auteur : B.A.PARIS

Genre : Thriller

Editions : Hugo Thriller / Livre de poche

Date de sortie : 03/01/2018 ( Livre de poche )

Présentation

Jack et Grace ont tout pour eux. Le charme, l’amour, l’aisance financière, une superbe maison. Lui, avocat brillant, elle, maîtresse de maison idéale. Le bonheur. Du moins, en apparence. Pourquoi ne voit-on jamais Grace sans son mari  ?
Nous avons tous dans notre entourage un couple comme celui qu’ils forment, le genre de duo qui fait rêver. Et pourtant, parfois, un mariage parfait cache un men­songe parfait.
Et vous, connaissez-vous vraiment vos amis ?

Auteur

B. A. Paris

D’origine franco-irlandaise, B. A. Paris a été élevée en Angleterre avant de partir en France, où elle a notamment créé une école de formation aux langues étrangères et où elle vit aujourd’hui avec son mari et leurs cinq filles. Derrière les portes est son premier roman.

Mon avis

Oppressant. Etouffant. Suffocant.

Derrière les visages les plus doux peuvent se cacher les âmes les plus viles. Au delà de la perfection, observez-bien : il y a forcément des failles. Un thriller qui traite du thème des apparences, des faux semblants et des revers de la perfection. De la perfection qui…n’existe pas ; de la folie, de la perversion humaine, de la violence psychologique, d’un être qui veut s’en approprier un autre comme s’il était une chose. Sa chose.

Tout au long de ma lecture, j’ai éprouvé une certaine gêne. Le malaise ne m’a pas quittée. J’ai voulu secouer Grace même si celle-ci se trouve dans une situation plus que délicate qui ne lui laisse que peut d’options. J’ai tremblé pour elle. A maintes reprises. J’ai fini par admirer sa force de caractère. Je déplore cependant le manque de suspense car on comprend assez vite de quoi il en retourne. Je m’attendais à une intrigue un peu plus difficile à démêler tant j’avais entendu d’éloges sur ce thriller psychologique. L’histoire est assez prévisible. Bien contée mais pas très originale.

Une écriture simple pour un livre agréable à lire. Addictif ! Je n’ai pas dit bon ! Je n’ai pas dit mauvais non plus… Mais dans lequel, à mon goût, il manque un  » petit quelque chose ». Quelques invraisemblances qui ne m’ont pas dérangée pendant la lecture mais dont je reconnais les faiblesses.

Suis-je la seule à avoir préféré Défaillances, le second opus de l’auteure ?

 

 

 

Âmes sœurs de John Marrs

Titre : Âmes sœurs

Auteur : John Marrs

Genre : Thriller

Editions : Hugo Thriller

Date de sortie : 01/02/2018

Présentation

Un simple test ADN suffit désormais pour vous permettre de trouver celui ou celle qui partage avec vous  » le  » gêne, celui qui indique que vous êtes faits l’un pour l’autre. Dans le monde entier, des millions d’individus passent le test. Parmi eux, Jade, Mandy, Nick, Christopher et Ellie. Chacun croit avoir enfin trouvé son Binôme, le grand amour qui l’accompagnera jusqu’à la fin de ses jours. Sans se douter qu’un piège vient de se refermer sur eux et que pour certains, la fin arrivera beaucoup plus vite que prévu. Car les assassins aussi ont une âme sœur.

Auteur

 John Marrs est journaliste free-lance (The Guardian, The Independant). Il a publié deux autres romans, encore inédits en français.

Mon avis

Votre ADN vous permet de rencontrer votre âme sœur. Voilà un thème original. Visionnaire ? Qui sait… Quelle crédibilité peut-on accorder à cette découverte à la fois rassurante et effrayante ? Il semblerait que tous ou presque aient une confiance absolue en Mariez vos ADN. Une situation qui permet à la science et à l’amour de se confronter. Lequel des deux sera le plus fort d’après vous ? Le plus juste ? Pour cela, il faut lire Âmes sœurs, un livre que, personnellement, je classerais entre le thriller et la romance car si le suspense est bien présent, il est ici énormément question d’amour. Ce thème est au cœur même de l’histoire. Des histoires, devrais-je dire de Jade, Nick, Mandy, Christopher et Ellie. Rencontrer son âme sœur, vivre le grand amour, rencontrer son binôme (et se marier avec !) est une véritable obsession pour eux. Car, le grand amour, le vrai ne peut être vécu qu’avec celui ou celle déterminé(e) par l’ADN.

Un thriller aux multiples rebondissements car il faut dire que l’ADN n’est pas toujours très tendre avec ses propriétaires. Il ne les ménage pas et les fait se retrouver dans des situations plutôt délicates dont il n’est pas toujours aisé de se sortir. Mais que ne ferait-on pas pour vivre avec sa moitié !

L’écriture est simple mais agréable même si, à mon sens, l’histoire l’emporte sur le style.

Les courts chapitres présentent, tour à tour, chaque personnage ; nous suivons donc cinq histoires en parallèle. Chacun se termine sur une pointe de suspense, ce qui donne un rythme effréné à l’œuvre. Si, au début, j’étais un peu perdue entre les différents personnages, j’ai très vite pris mes marques. Une très belle galerie de portraits. Les protagonistes sont très bien travaillés.

A plusieurs reprises, j’ai pesté car je devrais attendre plusieurs chapitres afin d’en savoir plus sur telle ou telle intrigue ! Difficile d’attendre. Alors, les pages défilent sans même que je ne m’en aperçoive. Encore un livre des éditions Hugo Thriller que j’ai dévoré. J’en profite donc pour les remercier de cette belle découverte que je vous conseille fortement. Un très bon moment en perspective avec, entre les mains, un thriller qui ne ressemble à aucun AUTRE.

 

Vertige de Franck Thilliez

Titre : Vertige

Auteur : Franck Thilliez

Genre : Thriller

Editions : Pocket

Date de sortie : 11/10/2012

Présentation

Un homme se réveille au fond d’un gouffre, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d’infortune. Il est enchaîné au poignet, l’un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d’un masque effroyable, qui explosera s’il s’éloigne des deux autres.
Qui les a emmenés là ? Pourquoi ?

L’auteur

Franck Thilliez

Franck Thilliez est l’auteur de plus d’une dizaine de romans, parmi lesquels Atomka, Le Syndrome E et, plus récemment, Pandemia. Lauréat du prix Étoiles du Parisien-Aujourd’hui en France pour le meilleur polar 2014 avec Angor, il confirme sa place de pilier du thriller français et continue d’alterner one-shots et enquêtes menées par son couple phare Lucie Henebelle/Franck Sharko.
Adapté au cinéma pour La Chambre des morts (prix SNCF du polar français), Franck Thilliez est aussi scénariste.
En 2016, le Palais de Tokyo lui commande une nouvelle, publiée chez Fleuve Éditions, dans le cadre de l’exposition « Double Je ». Ses livres sont traduits dans le monde entier.
Mon avis

A en croire les échos, en débutant Vertige, je me suis dit que j’allais vraiment passer un exceptionnel moment livresque !

Eh bien une fois de plus, enfin ça ne m’arrive pas fréquemment mais ça m’arrive, je suis à contre courant. J’ai trouvé ce thriller assez long bien que plutôt court 😉 Heureusement les chapitres, courts eux aussi, permettent de donner…un peu de rythme. J’ai également apprécié le fait que chacun d’entre eux s’ouvre sur des citations d’auteurs ou des propos de Jonathan, le protagoniste.

Alors non, je n’ai pas songé une seule seconde à ne pas achever ma lecture. Et oui, je voulais à tout prix savoir le fin mot de l’histoire. Mais, pas de cette façon. Pas en presque m’ennuyant en tournant les pages. Le terme  » ennuyer » est peut-être un peu fort, j’en conviens. Néanmoins, je trouve que les trois-quarts du livre manquent un peu d’actions et de rebondissements. Seuls les passages qui présentent des rétrospectives et permettent d’en savoir un peu plus sur les personnages m’ont tenue en haleine. Ce que bien sûr je déplore…

Point positif  : je conseillerais aux claustrophobes de s’abstenir car dans ce huis-clos, l’atmosphère étouffante, vite malsaine, finit par devenir irrespirable. Ce qui est bon signe pour les autres ! L’auteur sait jouer avec nos émotions et nos états d’âme, je ne me permettrais pas d’affirmer le contraire. Mais…il m’a manqué un « petit quelque chose ». Une réflexion intéressante cependant est soulevée : Jusqu’où serions-nous capables d’aller pour sauver notre peau ?  » Second point positif : j’ai retourné le scénario dans tous les sens sans parvenir à deviner le dénouement. D’ailleurs, ce sont les dernières pages et le retournement de situation jusqu’à la dernière ligne ( non non on ne triche pas en commençant le livre par la fin ou en sautant des pages !) qui feront que je garderai de ce thriller un souvenir mitigé, un moment moyen + et non moyen – . Un petit bémol au point positif ( je ne suis pas très indulgente aujourd’hui…), Vertige me fait penser sur un certain point à Puzzle. Ceux qui auront lu les deux comprendront certainement ce à quoi je fais allusion.

J’avais d’ailleurs adoré Puzzle !!! Rêver m’avait également plu. J’ai encore beaucoup de titres de l’auteur à découvrir, ce que je ferai au fur et à mesure. Je n’ai pas l’intention de rester sur ce constat. D’ailleurs, si vous êtes amateurs de Franck Thilliez, n’hésitez pas à me faire part de vos coups de cœur de l’auteur !

 

 

Ceux qui ne renonçaient pas de Luca Tahtieazym

Titre : Ceux qui ne renonçaient pas

Auteur : Luca Tahtieazym

Genre : Roman noir / Thriller

Edition : Autoédition

Date de sortie : 18/01/2018

Présentation

Quand le sort crache son fiel et s’acharne sur l’homme en quête de rédemption, il n’y a plus qu’une issue : fermer les yeux, prendre une grande inspiration et encaisser les coups.

Puis, le moment venu, les rendre…

Auteur

Luca Tahtieazym

Auteur au nom imprononçable, Luca Tahtieazym est l’auteur de six romans : un thriller crépusculaire ayant pour cadre notre monde recouvert par une neige qui ne cesse plus de tomber (CHAOS), un diptyque sur la quête d’identité au suspens haletant (L’OMBRE et LE ROMAN INACHEVÉ), un OLNI flirtant avec l’humour et la philosophie (BAGATELLE ET LA CHAMADE DES CŒURS PERDUS), unique en son genre et finalement inclassable, VERSUS, un thriller dans lequel les codes sont inversés et où le tueur en série mène l’enquête, et ÉLISE, qui conte l’histoire d’une petite fille qui trouve la force de résister grâce à ses lectures.

Tahtieazym a remporté le concours des plumes francophones 2017 (plume des lecteurs) pour VERSUS.

CEUX QUI NE RENONÇAIENT PAS, son dernier roman, est paru en janvier 2018.

Mon avis

J’avais déjà fait connaissance avec la plume de l’auteur à travers Le roman inachevé. Mais dans cet opus, je trouve que nous sommes encore un cran au dessus. Je me suis laissée complètement embarquer par Romain, le protagoniste. Celui qui dès son plus jeune âge veut être un autre. Etre un « gris », ça ne lui convient pas. Etre quelqu’un de bien, ce n’est pas ce qu’il recherche. Romain, veut être respecté. Craint. Et c’est alors qu’il confond tout. Il veut forcer l’admiration en instaurant la peur. Il veut lutter contre sa nature et changer de camp. Y parviendra-t-il ?

Les actes ont toujours des conséquences. Quelles seront-elles ?

Si j’ai mis quelques pages à me plonger dans l’histoire, la suite se lut d’un trait. Ce n’est d’ailleurs qu’après coup que j’ai pu comprendre la raison pour laquelle l’auteur a, au début, pris son temps. Rien n’est laissé au hasard. Lecteurs, soyez vigilants, le moindre détail compte dans ce roman construit avec la même minutie qu’un puzzle. Une lecture intense, puissante, pleine de rebondissements, dans laquelle vous  ne serez pas ménagés. Je suis passée par des tas d’émotions différentes : la colère, la tristesse, la compassion. La vie de Romain, on la vit à ses côtés. L’Homme peut être mauvais. Très mauvais. Cruel. Très cruel. Rancunier. Et plus encore…Nous en avons la preuve dans Ceux qui ne renonçaient jamais.

Certains passages prennent vraiment aux tripes. Le gouffre abyssal dans lequel s’enfonce Romain, ses lendemains toujours plus tristes que la veille, ses errances à travers la France, l’Italie, le Maroc, l’Espagne. Cet homme complètement déraciné m’a touchée en plein cœur.

Je mettrais juste un petit bémol quant à cette fin osée…

Je ne vous en dirai pas plus, je ne rentrerai pas davantage dans l’histoire. Je vous laisse le soin de la découvrir par vous même. Mais par contre, j’insisterai sur un point : lisez-la ! Si si, vraiment, lisez- là !!! J’insiste…