La liste de nos interdits de Koethi Zan

Titre : La liste de nos interdits

Auteur :Koethi Zan

Genre : Thriller

Edition : Fleuve Editions / Pocket

Date de publication : 2015 / 14 septembre 2017

Présentation

– Ne pas se rendre seule à la bibliothèque le soir
– Ne pas se garer à plus de six places de sa destination
– Ne pas faire confiance à un inconnu
– Ne pas sortir sans bombe lacrymo
– Toujours repérer les sorties
– Toujours suivre les règles
– Ne jamais paniquer…

ET LA RÈGLE N°1
Ne jamais monter dans la voiture d’un inconnu

Sarah et Jennifer ont tout prévu. Rédigé une liste exhaustive des dangers. Énuméré tous les interdits. Pris toutes les mesures de sécurité pour rendre leur monde plus sûr. Aucun imprévu ne devait pouvoir les surprendre. Mais un soir, elles enfreignent la première règle. Elles prennent un taxi. Dès lors, le cauchemar n’aura plus de fin.

Auteur

Koethi Zan

Koethi Zan a grandi en Alabama et a longtemps exercé la profession de juriste dans le domaine du divertissement et des médias. Après le succès international de son premier roman La Liste de nos interdits (Fleuve Éditions, 2015 ; Pocket, 2017), son deuxième roman, À jamais tu obéiras (Fleuve Éditions, 2017), a confirmé son statut d’auteure de thriller avec laquelle il faut compter. Koethi Zan vit près de New York avec sa famille.

Mon avis

Une lecture anxiogène. Un thriller original.

J’étais partie dans l’idée que l’auteure aller se focaliser sur la captivé. En un sens, il n’en est rien. Et heureusement j’ai envie de dire, je ne suis pas une adepte des thrillers qui abordent le thème de la séquestration. Les seules rares évocations du lieu où les protagonistes ont été retenues m’ont donné la nausée. Il faut dire que je ne suis pas une habituée du genre. Mais ici, pas de place au gore. Nous sommes davantage dans la torture psychologique. Le lecteur est malmené mais l’auteure lui fait grâce des détails sordides. Ce qui pour ma part, me convient très bien !

La tension n’en est pas moins intense. Très intense. Sarah et Jennifer se sont livrées à un exercice pour le moins peu commun. Elles ont rédigé une liste de risques à ne pas encourir. Malgré toutes les précautions prises, elles vont se retrouver dans une situation cauchemardesque. Dix ans après, elles tentent de se reconstruire. Elles ne sont pas au bout de leurs surprises.

Les rebondissements se succèdent. Le lecteur entre dans des mondes obscurs. Dans le monde universitaire, tout d’abord, et la dure compétition que se livrent les enseignants chercheurs. La folie sert-elle à la recherche ? Ou est-ce plutôt derrière un prétexte de recherche que les âmes les plus torturées peuvent assouvir leurs penchants inavouables ? Jusqu’où certains professeurs iraient pour mener à bien leurs travaux ? Pour donner vie à leur côté malsain et obscur. Un autre monde s’ouvre aux lecteurs. Celui de la religion. De l’obsession que certains nourrissent pour elle alors que d’autres feignent la foi afin de dissimuler le côté prédateur qui sommeille en eux. Incursion dans l’Amérique profonde. Dans des bourgades rurales où les sectes fourmillent et où leurs gourous abusent des êtres les plus fragiles.

Les descriptions, d’une grande justesse, rendent le récit très réaliste. Une lecture atypique, à la fin inattendue, qui m’a fait passer un agréable moment. Une belle découverte.

Publicités

Je t’aime de Barbara Abel

Titre : Je t’aime

Auteur : Barbara Abel

Editeur : Belfond

Genre : Thriller / Roman noir

Date de sortie : 03/05/2018

Présentation

Rien n’est plus proche de l’amour que la haine.
Après un divorce difficile, Maude rencontre le grand amour en la personne de Simon. Un homme dont la fille, Alice, lui mène hélas une guerre au quotidien. Lorsque Maude découvre l’adolescente en train de fumer du cannabis dans sa chambre, celle-ci la supplie de ne rien dire à son père et jure de ne jamais recommencer. Maude hésite, mais voit là l’occasion de tisser un lien avec elle et d’apaiser les tensions au sein de sa famille recomposée.
Six mois plus tard, Alice fume toujours en cachette et son addiction provoque un accident mortel. Maude devient malgré elle sa complice et fait en sorte que Simon n’apprenne pas qu’elle était au courant. Mais toute à sa crainte de le décevoir, elle est loin d’imaginer les effets destructeurs de son petit mensonge par omission…

Ceci n’est pas exactement une histoire d’amour, même si l’influence qu’il va exercer sur les héros de ce roman est capitale. Autant d’hommes et de femmes dont les routes vont se croiser au gré de leur façon d’aimer parfois, de haïr souvent.
Parce que dans les livres de Barbara Abel, comme dans la vie, rien n’est plus proche de l’amour que la haine…

Auteur

Résultat d’image pour barbara abel

Née en 1969, Barbara Abel vit à Bruxelles, où elle se consacre à l’écriture. Pour son premier roman, L’Instinct maternel (Le Masque, 2002), elle a reçu le prix du Roman policier du festival de Cognac en 2002. Aujourd’hui, ses livres sont adaptés à la télévision, au cinéma, et traduits dans plusieurs langues. Après L’Innocence des bourreaux (Belfond, 2015) et Je sais pas (Belfond, 2016), Je t’aime est son douzième roman.

Mon avis

Derrière une apparente simplicité, un machiavélisme à toute épreuve.

Barbara Abel ou l’art d’introduire un événement extraordinaire dans une vie tout ce qu’il y a de plus ordinaire et de la bouleverser à jamais. Nous voici, lecteurs, immergés dans le quotidien, tout ce qu’il y a de plus banal, d’une famille recomposée. Puis soudain, un acte irréversible balaie tout sur son passage. Attention, dans un premier temps, il ne s’agit pas d’une tempête. Non, l’auteure est bien plus subtile que cela. Elle dissémine le malheur façon épidémie. Lentement. Sournoisement.

J’ai dû relire certains passages à plusieurs reprises tant j’ai été chamboulée par la justesse de la description des émotions. Barbara Abel dissèque l’âme humaine avec une minutie et une exactitude absolument épatantes. J’avais déjà relevé ce fait dans certains de ces romans mais je dois dire que l’exercice est encore plus réussi dans cet opus. Parler avec tant de simplicité, s’immiscer avec autant de finesse dans un personnage est époustouflant. Involontairement me voilà décortiquant le texte, me penchant sur chacun des mots. J’ai l’impression d’avoir une radiographie des émotions face à moi.

Rien n’est plus intense que les liens du sang. Un secret peut détruire une vie. Une famille. Jusqu’où peut-on aller pour protéger les siens ? Loin. Très loin. Trop loin. On s’aime. On s’aime extrêmement fort. On prend ce bonheur pour acquis. Et puis, soudain, un événement vient tout remettre en cause et l’amour cède, sans sourciller, sa place à la haine. Amour- haine. La frontière est si ténue. Connaissez-vous les conséquences de ce brutal changement ? L’auteure vous les conte.

C’est fort ! Très fort ! Alors, est ce un thriller ? Un roman noir ? Un roman psychologique ?

Un uppercut. C’est certain !

A découvrir AB-SO-LU-MENT !!! Ce livre est un véritable coup de cœur !!!!!!

 

 

Hunter de Roy Braverman

Titre : Hunter

Auteur : Roy Braverman

Genre : Thriller

Edition : Hugo thriller

Date de sortie : 16/05/2018

Présentation

Si vous croisez sa route, ne vous arrêtez surtout pas.
Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son oeuvre ?

Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues.
Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.

Auteur

Résultat d’images pour ian manook

Plus connu sous le pseudo Ian Manook, Roy Braverman est l’auteur de la série à succès Yeruldelgger chez Albin Michel. Le premier opus de la série a été récompensé en 2014 par : le Prix des lectrices Elle, le Prix SNCF du Polar et le Prix Quais du Polar. Hunter est le premier titre d’une série de trois, à paraître chez Hugo Thriller sous le pseudo Roy Braverman.

Journaliste, patron d’une agence de communication… On ne compte plus les métiers exercés par Ian Manook. Pas plus que les nombreux prix (Polar SNCF, Grand prix des lectrices de Elle polar, prix Quais du Polar, prix polar des lecteurs du Livre de poche…) qui ont couronné sa trilogie de « thrillers mongols », traduite dans près de 10 langues : Yeruldelgger, Les temps sauvages et La mort nomade.

Mon avis

Tout d’abord, je voudrais remercier les éditions Hugo Thriller pour cette découverte. Mon avis est, certes, un peu mitigé mais…Je vous explique pourquoi !

Je ne m’attendais pas à ça. Telle est ma première réflexion à la fin de cette lecture. Si j’ai beaucoup apprécié le décor : un paysage aussi froid qu’inhospitalier nommé Pilgrim’s rest , une petite communauté qui vit recluse, j’ai eu du mal à adhérer au ton donné à l’histoire. Un peu trop de violence à mon goût : la description de l’impitoyable univers carcéral, les sévices subis par les otages, les morts infligées après d’atroces souffrances…Si j’aime les thrillers, ma préférence va à ce qui est suggéré. Et ici, il y a peu de place à l’imagination. Tout est décrit. Et en détails. Bien décrit, attention ! Mais pour moi, c’est trop.

Je déplore également le fait que l’intrigue soit si vite dévoilée. Alors certes, le dénouement nous réserve quelques surprises mais je n’ai pas été soufflée par ce que j’ai appris.

En dehors des souffrances physiques, les maux psychologiques sont parfois difficilement soutenables. La détresse de Freeman est plus que palpable. Cet homme est brisé par la disparition de sa fille. Tout comme Denise, avec qui il est uni par la douleur. Hunter, quant à lui, n’est plus que l’ombre de lui même.

Adieu? Tu vas entendre parler de moi, mais n’oublie pas que ça ne sera pas moi. ça sera juste celui qu’ils ont fait de moi, d’accord ?

Je trouve cette citation, qui à première vue peut paraître simple, absolument bouleversante. Hunter a été complètement anéanti par les années qu’il a passées en prison. Les viols, les humiliations. Cet homme est déjà mort. Les dernières lignes laissent largement présager qu’il renaîtra de ses cendres, et revêtira la personnalité d’un autre, de celui que toutes ces sombres, très sombres années ont fait de lui. Et les conséquences seront explosives.

Un monstre, Thelma. Un monstre que tu n’as pas envie de connaître.

Globalement, le rythme soutenu, les courts chapitres m’ont permis de lire ce livre assez rapidement. Mais ce ne fut pas un coup de cœur. Il faut dire que je suis littéralement sortie de ma zone de confort avec cette lecture. Je vais toutefois lire le premier tome de la trilogie mongol du même auteur car j’ai apprécié la réparti de ses personnages et les messages qu’il transmet à travers les lignes.

Sans faille de Valentin MUSSO

Titre : Sans faille

Auteur : Valentin Musso

Genre : Thriller psychologique

Edition : Points

Date de sortie : 15/01/2015

Présentation

Ils sont cinq. Cinq amis, la trentaine, qui se retrouvent après plusieurs années pour une randonnée dans les Pyrénées, le temps d’un week-end. Romuald, le gamin des cités à qui tout a réussi, a invité Théo, Dorothée, David et Juliette dans son luxueux chalet. Mais la montagne lui est-elle aussi familière qu’il l’a laissé croire? Le groupe s’égare, d’anciennes inimitiés ressurgissent, les secrets de chacun se font jour. Jusqu’au drame. Impensable. Imprévisible ? C’est du moins ce qu’il croient, au début…

Auteur

Résultat d’images pour valentin musso

Valentin Musso est né en 1977. Agrégé de lettres, il enseigne la littérature dans les Alpes-Maritimes. Il est l’auteur de plusieurs romans, dont Les Cendres froides et Le Murmure de l’Ogre, prix Sang d’encre des lycéens et Prix du polar historique.

Mon avis

Mon premier Valentin Musso. Je dois cette découverte à ma présence au salon de Villeneuve les Avignon en octobre dernier. Après avoir rencontré l’auteur, je repars donc avec ce titre. Eh bien, je dois dire que j’ai passé un bon moment au cœur des Pyrénées. Un bon moment, certes, mais empli d’angoisse. Une bonne dose d’angoisse. Juste ce qu’il faut pour me donner le vertige pendant cette épique randonnée.

Très tôt, le malaise est palpable. Le premier mensonge avoué par un des protagonistes me laisse penser que ce ne sera pas le dernier. Et ça ne manque pas ! De réguliers flashbacks confortent mon opinion. On découvre deux des personnages : Théo et Romuald à l’aube de leur vie d’adultes. Entre eux, les relations sont vite tendues. Dès leur rencontre en fait. Une amitié artificielle. Que recherche l’un ? Que veut l’autre ? Au fil des pages, je m’interroge. Lequel des deux est le plus perturbé ? Le moins  » net  » ? Un mauvais cocktail amical que pourtant chacun se plait à consommer. Une marmite en perpétuelle ébullition qui menace de déborder à tout moment. L’auteur m’a tenue en haleine et ce, jusqu’à la fin. Lorsque j’ai cru arriver au dénouement, une fois de plus, je me suis laissée berner. J’adore me laisser mener en bateau dans les thrillers. Lorsque c’est moi qui mène la barque, eh bien, fatalement je m’ennuie !

La vengeance est un plat qui se mange froid ! Glacé, même, dans ce cas ! Voilà comment on pourrait résumer Sans faille. Mais ce serait bien réducteur car si ce thriller est effectivement une histoire de vengeance, ce n’est pas tout. Le côté psychologique est très marqué. Les personnages sont fouillés. On apprend d’eux sans finalement réellement les connaître. Ils continuent de nous surprendre. Ils sont quelque peu déroutants. J’ai trouvé leurs ambiguïtés très intéressantes ; j’aime bien les personnages complexes.

Et pour maintenir le suspense une écriture efficace. Un style agréable.

Je dirais donc que j’ai passé un bon moment. Une histoire, sous certains aspects, classique racontée néanmoins avec une certaine originalité.

J’ai l’intention d’en lire d’autres. Des conseils ? Il me semble que Les cendres froides plait bien.

 

Contre toute attente de Linwood Barclay

Titre : Contre toute attente

Auteur : Linwood Barclay

Genre : Thriller / Policier

Editeur : J’ai lu (anciennement Belfond)

Date de sortie : 26/02/2014 (anciennement le 07/02/2013)

Présentation

Les affaires de Glen Garber allant mal, il a pour seul réconfort sa femme Sheila et leur fillette Kelly. Un soir, Sheila meurt dans un accident de voiture, ivre. Pourtant, elle ne buvait jamais. Quand une voisine est à son tour retrouvée morte dans des circonstances troubles, le doute n’est plus possible : leur paisible banlieue cache une réalité bien plus sombre. Glen réalise alors que la mort de Sheila était tout sauf un accident et qu’il devient urgent de mettre Kelly à l’abri.

Auteur

Linwood Barclay

Linwood Barclay vit à Toronto, au Canada. En tête des ventes en Angleterre mais aussi en Allemagne, traduit dans une dizaine de langues, Linwood Barclay s’affirme comme un auteur majeur de la littérature policière.

Mon avis

Mon premier Linwood Barclay. J’ai entendu beaucoup de bien de cet auteur c’est donc tout naturellement que j’ai voulu le découvrir.

Si j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, la suite du livre s’est lue…toute seule ou presque mais je n’ai pas été complètement happée par l’intrigue. Il m’a manqué quelque chose. Je ne saurais dire quoi exactement. Je vais donc mettre en avant les côtés positifs du livre qui ne manquent pas même si, à mes yeux, le résultat final est bon mais sans plus.

Certains éléments qui, à première vue, apparaissent anodins ont par la suite toute leur importance. De ce fait, je reconnais le minutieux puzzle que l’auteur construit. C’est plutôt bien ficelé. De plus, j’ai trouvé intéressant le fond de crise économique évoqué. L’auteur démontre avec justesse la façon dont certains ont pu s’enliser dans des prêts impossibles à rembourser. Les cartes de crédit s’ajoutent dangereusement et poussent à la surconsommation. Les personnages de Contre toute attente se retrouvent dans des situations cauchemardesques qui les poussent à commettre des actes parfois irréparables afin de sauver leur peau. Mais comme nul ne l’ignore, ce n’est pas LA solution…Des secrets, des magouilles, une économie parallèle, des personnes dénuées de toute moralité. La petite ville de Milford devient le théâtre de crimes. Les habitants peuvent-ils être lavés de tout soupçon ? Tous ? On se regarde. On se suspecte. Jusqu’à la dernière page ou presque.

Mon petit coup de cœur va au narrateur, Glen Garber, que j’ai trouvé fort sympathique. J’ai trouvé les autres personnages bien moins travaillés. Dommage…Par exemple, Kelly, la fille de Glen apparaît comme bien trop mature pour une petite fille de huit ans. Ses paroles résonnent souvent comme celles d’une adulte, ce qui ne gagne pas en crédibilité…

Un livre distrayant qui ne me marquera pas plus que ça. J’essaierai d’en lire un autre afin de ne pas rester sur cette note quelque peu mitigée. Des conseils pour une prochaine lecture de l’auteur ?

 

 

Phobia / Collectif

Titre : Phobia

Auteur : Collectif

Genre : Thriller

Editions : J’ai lu

Date de sortie : 14/03/2018

Présentation

Dans ce recueil de nouvelles inédites, nos phobies sont disséquées – peur du noir, de la mort, des araignées et même des cons… – et nous lecteurs, sommes malmenés, certes, mais pour la bonne cause !

Mon avis

Je ne suis habituellement pas très friande de recueils de nouvelles mais celui-ci, je ne voulais pas passer à côté. Tout d’abord, parce que son achat contribue à faire une bonne action. Et puis parce que j’étais curieuse de découvrir de nouveaux auteurs ou bien des auteurs que j’ai lus mais dans un autre contexte Et je n’ai pas été déçue. J’ai passé un bon moment de lecture. J’ai frémi, j’ai ri à travers ces histoires très différentes les unes des autres que je ne vous présenterai pas en détails. Pêle-mêle je vous dirais que :  je mettrais une mention spéciale pour la nouvelle d’Armelle Carbonel. Niveau style, je suis conquise à chaque fois par cette auteure tout comme par Johana Gustawsson et sa jolie plume. Niveau humour : la nouvelle de Ian Manook est numéro un ! Niveau angoisse celle d’Olivier Norek m’a fait frémir mais m’a également donné à réfléchir. Jusqu’où ira la tv ? La chute de Jean-Luc Bizien est tordante. Celle de Maud Mayeras m’a touchée. Elle démontre à la perfection à quel point un être triste, fragile et meurtri peut devenir dangereux. Chris Loseus, lui, remettrait les pieds sur terre au plus arrogant d’entre nous. On peut être riche, célèbre et…très seul. Quant à celle de Niko Takian, j’ai envie de dire  » bien fait! » à son protagoniste.

Je vous conseille ce recueil. Vous ne vivrez plus vos phobies de la même façon 😉

 

 

INNOCENTE / Amy LLOYD

Titre : Innocente ( The innocent wife )

Auteur : Amy Lloyd

Genre : Thriller

Editions : Hugo thriller

Date de sortie : 15/03/2018

Présentation

Si elle lui fait confiance, pourquoi a-t-elle peur de lui ?
Il y a vingt ans, Dennis Danson était arrêté et emprisonné pour le meurtre d’une jeune fille à Red River, une petite ville de Floride. Alors qu’il est dans le couloir de la mort, Netflix prépare un documentaire sur son histoire pour obtenir la révision de son procès. Les nombreuses erreurs judiciaires commises en attestent : l’arrestation de Danson ressemble à un coup monté.
À des milliers de kilomètres de là, en Angleterre, Samantha, une jeune enseignante, suit le dossier de Dennis avec obsession. Ils commencent une relation épistolaire puis, très vite, Samantha laisse sa vie et ses démons derrière elle pour rejoindre Dennis, l’épouser et œuvrer à sa libération.
Lorsque Dennis est finalement libéré, leur retour à Red River va plonger Samantha dans les eaux troubles d’une communauté recluse, pétrifiée par la haine et hantée par les fantômes de son passé. Mais qui croire et vers qui se tourner, lorsque chacun semble mentir pour protéger ses propres secrets ?

Auteur

Nouvelle plume du thriller psychologique, Amy Lloyd a remporté avec Innocente le prix du meilleur premier roman du Daily Mail.

Mon avis

Tout d’abord, je souhaiterais remercier mon partenaire les éditions Hugo Thriller pour ce fantastique moment de lecture ! Je dois dire que cet éditeur fait vraiment très fort en ce moment. Je vous avais déjà parlé de La JournalisteDéfaillances, Mentor, Âmes sœurs

Aujourd’hui, je vous présente Innocente écrit par Amy Lloyd. Ce thriller vient de remporter le prix Douglas Kennedy. Il le mérite amplement !!!

Je suis tellement enthousiasmée par cette lecture que tout se bouscule dans ma tête. Je vais tout de même essayer de trouver les mots, les plus justes, pour vous faire part de mon ressenti. Lorsque je referme un livre et que je sens les personnages graviter tout autour de moi, c’est que la lecture fut bonne. Mais quand par une froide journée sans soleil, je ressens la moiteur du climat du sud des Etats-Unis, c’est qu’en plus d’avoir lu une histoire, je l’ai vécue.

Dès les premières pages, le malaise est palpable. Sam, professeur en Angleterre est mal à l’aise dans sa vie. Très vite, elle est obsédée par Dennis et son histoire. On ne comprend pas le comportement de la jeune femme.

Ce thriller est un extraordinaire concentré d’émotions dont le décor est un personnage à lui tout seul. J’adore ce type d’histoires. Celles qui me font oublier que je lis, celles qui me font voyager, celles qui me font vivre une autre vie l’espace de quelques heures. Car moi aussi je me trouvais en Floride. J’ai ressenti cette chaleur humide. Je me suis sentie prise au piège dans cet espèce de trou à rats. Tout comme Sam l’héroïne, au fil des pages qui se tournaient seules, j’ai attendu le signal de Dennis, impatiente de m’échapper de cette petite ville, où tout se sait mais où rien ne se dit de façon explicite. Ce lieu empli de secrets plus malsains les uns que les autres. Les habitants m’ont fait froid dans le dos. Lindsey, Howard ; même le policier Harris ne me rassurait pas. La tension, tout au long de ce thriller est délicieusement insoutenable.  » Bon, on s’en va » avais-je envie de supplier Dennis. Dennis qui vient de passer plus de vingt ans en prison. Comment ressortir indemne d’une enfance emplie de violence et d’un si long enfermement dans le couloir de la mort ? Cet homme a des réactions imprévisibles qui font sursauter le lecteur au fil de sa lecture. Il passe en un rien de temps de la violence à la gentillesse. De l’énervement à la douceur. Mais ce qui est assez extraordinaire, c’est qu’il semble toujours se contenir un minimum. Réalise-t-il la situation, cet homme qui semble parfois ne jamais avoir quitté ses dix-huit ans, l’âge qui l’avait en entrant en prison. Sam a du mal à le comprendre. Jalousement, elle voudrait le garder pour elle. Rien que pour elle. Mais c’est sans compter sur l’omniprésence de Lindsey qu’elle a du mal à supporter, elle qui a tout quitté pour lui alors que, finalement, elle ne le connaissait pas. Mais que ne ferait-on pas par… amour, n’est-ce pas ? Enfin, amour…et les différentes formes qu’il peut revêtir.

Le thème de l’importance de l’image est également très présent dans ce thriller. Dennis et  » son équipe » feront tout ce qui est possible pour tirer profit de la situation. L’argent, la célébrité. Décidément, ces deux là s’immiscent dans les moindres failles.

Une lecture que je vous recommande CHAUDEMENT !!! 😉 Vraiment, vraiment, vraiment…